"Geai était morte depuis deux mille trois cent quarante-deux jours quand elle commença à sourire".

Ensemble, ils vont au fil de la vie d'Albain. L"enfant grandit et découvre la vie, toujours dans son petit monde à lui, sous le regard et le sourire toujours bienfaisant, bienveillant de Geai.
Albain grandit, devient un homme. Il rencontre un autre amour, différent de celui qui le lie à Geai. Mais peut être était-ce la mission de Geai ?

Un vrai coup de foudre. Hélas, vraiment trop court à mon goût. J'aurai voulu rester plus longtemps dans ce conte-roman au style limpide et d'une poésie envoûtante. D'une grande fraîcheur, aussi. J'aime beaucoup cette écriture épurée, presque minimaliste. De petits tableaux de moments simples. On ressort de cette lecture apaisé, un sourire aux lèvres.

 Geai est un voyage poétique,  un baume au cœur et à l'âme.
Christian Bobin sème ses mots comme un magicien. On lit et relit certaines phrases pour le plaisir de les voir rouler comme des pierres dans le lit d'une rivière.
On se prend à rêver de croiser un Albain ou une Geai sur sa route; d'entendre le son du violon en se promenant dans la campagne; de lire les mots d'excuses poétiques sur les devantures des magasins.
Mais après tout, nous avons tous un Albain et une Geai au fond de nous cœur. Il nous suffit parfois d'être simplement un peu plus à l'écoute de l'enfant que nous avons été.

 

Extraits :

Quand on aime quelqu'un, on a toujours quelque chose à lui dire ou à lui écrire, jusqu'à la fin des temps.

Est-ce qu'un sourire peut changer le cours d'une vie ? Voilà une bonne question. La preuve : elle continue de vivre bien après que l'on y a répondu, que cette réponse soit oui ou qu'elle soit non. Elle se moque de sa réponse. Elle file, vagabonde, musarde, bat des ailes - papillon de la question insoucieux du filet des réponses. Est-ce qu'un sourire, sachant qu'il ne dure jamais qu'un dixième de seconde, est assez solide pour y bâtir sa vie entière, des années et des années ? Pas de réponse, au diable les réponses, au diable les années et les années.

Le vrai bonheur, c'est çà : un visage inconnu, et comment la parole peu à peu l'éclaire, le fait devenir familier, proche, magnifique, pur.

Voir, entendre, aimer. La vie est un cadeau dont je défais les ficelles chaque matin, au réveil. La vie est un trésor dont je découvre le plus beau chaque soir, avant de fermer les paupières : Geai assise au pied du lit, souriante.

Je connais moi-aussi un "visage inconnu"  au grand coeur,une Geai ,celle qui m'a offert ce beau livre...