Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 juillet 2007

Tout le monde est occupé de Bobin

7b4973c92062fb3274f74497bb034eee.gif« Je m'appelle Manège, j'ai neuf mois et je pense quelque chose que je ne sais pas encore dire. Entrez dans ma tête. Mon cerveau est plié en huit comme une nappe de coton. En huit ou en seize. Dépliez la nappe, voilà ma pensée de neuf mois : d'une part, les coccinelles n'ont pas bon goût. D'autre part, les ronces brûlent. Enfin, les mères volent. Bref, rien que d'ordinaire. Il n'y a que du naturel dans ce monde. Ou si vous voulez, c'est pareil : il n'y a que des miracles dans ce monde. »

Résumer le  roman de Christian Bobin, c'est forcément en affadir son propos, tant il est évident que tout ici, de l'intrigue à la forme, relève de la fantasmagorie et du miracle littéraire. Cent vingt-cinq pages oniriques qui, feignant de raconter le quotidien banal d'une jeune femme employée de maison se prénommant Ariane, parle d'innocence, de ruse, de jalousie, de tristesse, d'orgueil, d'amour fou, de lendemains sans espoir et d'illuminations sans retour. Un texte sans véritable dialogue rapporté qui sculpte de subtiles arabesques ayant pour motifs la fuite du temps ou la danse des amants séparés par l'indifférence, l'habitude et parfois même la mort. Ariane, «robe bleue, cœur rouge», orchestre les rêves de chacun avec une grâce aérienne.

Entrent successivement dans la ronde M. Gomez, Mme Carl et M. Lucien, ses trois employeurs, Léopold de Gramure, son amoureux bègue, plombier mélomane, qui «répare les lavabos en chantant des airs du Don Juan de Mozart», quelques autres dont Roméo, Théodore, Ezra, les «anges» de ses trois enfants Manège, Tambour et Crevette, et aussi un chat s'appelant Rembrandt qui disserte de l'état du monde avec un canari baptisé Van Gogh.

On découvrira, comme le signale le titre du roman, que Tout le monde est occupé à tenter d'accrocher des guirlandes à l'interminable sarabande des jours moroses. Sous la baguette de l'enchanteur Bobin, maître de l'illusion, prodige de la métaphore et roi du romanesque merveilleux.

C'est beau,donnez-moi encore du Bobin!!!

Commentaires

Tu seras exaucée ma belle...

(je saute de joie dans ma tête)

:o)))))))))))))))))))

Écrit par : mere no | lundi, 09 juillet 2007

Bobin, tu dis??? A force de le répéter, tu vas finir par nous convaincre que Bobin, c'est bien!!!

Écrit par : Naniela | lundi, 09 juillet 2007

Elle va nous faire une indigestion lol ;)

Écrit par : mere no | lundi, 09 juillet 2007

Voilà longtemps que j'ai lu du Bobin, bon, ben, ton billet me donne envie de m'y remettre ! Bobi, c'est tout bon!

Écrit par : cathulu | mardi, 10 juillet 2007

Bobin... depuis mes 15 ans et sa petite robe de fête, je l'ai oublié dans un coin de ma tête, te lire me donne envie de le lire, je vais rechercher mes livres oubliés... Binou

Écrit par : binou 26 | mercredi, 11 juillet 2007

Les commentaires sont fermés.