Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 août 2007

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai Sijie

88320047cb2c1cca25268d2c184f5e2b.jpgDans la Chine de Mao, savoir lire, c'est déjà faire partie des intellectuels. Et on ne badine pas avec les intellectuels : on les envoie se rééduquer dans les campagnes, travailler dans des rizières ou dans des mines. C'est ce qui est arrivé au narrateur et à son ami Luo, si jeunes et déjà marqués du sceau infamant d'"ennemis du peuple". Pour ne pas sombrer, ils ont heureusement encore quelques histoires, quelques films à se raconter, mais cela fait bien peu. Jusqu'à ce que, par miracle, ils tombent sur un roman de Balzac : petit livre à lire en cachette, tellement dangereux, mais tellement magique, qui changera le cours de leur vie en leur ouvrant la porte de la fille du tailleur, en rendant possible ce qui ne l'aurait jamais été...

Il fallait oser confronter le monde de Balzac et la Chine de Mao : Dai Sijie, réalisateur renommé qui vit en France, a réussi cet improbable pari et on lit avec enthousiasme et frénésie ce premier roman parfaitement maîtrisé. --Karla Manuele

Quatrième de couverture
« Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l'ouvrîmes silencieusement. À l'intérieur, des piles de livres s'illuminèrent sous notre torche électrique; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts: à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski, et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë... - Quel éblouissement! - Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara : Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde. »

Ce livre m'a été offert à l'occasion d'un swap...c'est un livre que j'ai souvent eu entre mes mains et je ne sais pourquoi ,je ne l'avais jamais lu...Cyberneteek me l'a envoyé et je la remercie infiniment pour ce choix.J'ai aimé l'univers ,le thème et le style littéraire,ce livre est un petit bijou,il nous permet de réfléchir également sur la culture et la liberté d'expression...une richesse  dont on prend soudainement conscience après la lecture de ce livre...

Je me suis interrogée aussi sur ce qui nous relie à un livre,pourquoi l'avoir effleuré depuis si longtemps et n'avoir jamais franchi le pas? comment choisit-on ses livres? (en ce moment c'est bien souvent grâce à la blogosphère,fréquemment par les médias et la presse..)on en a beaucoup parlé de ce livre...mais comme bien souvent Mirontaine préfère laisser passer la tendance  et se donner l'occasion de lire un beau livre après la vague des critiques.Merci Cyber cette fois-ci d'avoir fait ce choix pour moi.

Commentaires

Un très bon souvenir pour moi que ce livre. Effectivement la rencontre osée entre les deux mondes est très réussie.

Écrit par : Bobine | vendredi, 24 août 2007

Dis-donc toi... Quand tu dis que tu reviens... c'est peu de le dire!!!!
J'avais beaucoup aimé ce roman ainsi que le film. Il fait partie de mes préférés.

Écrit par : Naniela | dimanche, 26 août 2007

Les commentaires sont fermés.