Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 22 septembre 2007

Mirontaine curieuse...

afaf560e58aec83eeffecd0f8148b743.jpgLe cimetière des poupées de Mazarine Pingeot

Je vois ce livre sur beaucoup de blogs,je vois cette jeune femme en couverture de magazines,je la vois sur des plateaux télés,je la lis dans des interviews,j'entends des polémiques,j'assiste à des railleries,je participe à des questionnements:quel intérêt de lire un livre sur l'infanticide?...bref je suis venue à ce livre comme on regarde une émission de Delarue en cultivant notre curiosité(malsaine ,devrais-je ajouter...).

Mirontaine a ouvert ce livre ,non sans réticence,elle ne s'est pas résolue à l'acheter(merci lulu de me l'avoir mis entre les mains)c'est dire qu'il y avait bien une certaine gêne à lire ce bouquin.

Et puis elle découvre cette femme,oui cette mère,dans son isolement en pleine réfexion sur non pas ce qu'elle a commis mais ce qui détermine dans la vie d'une personne ce point de non-retour.Loin des descriptions machiavéliques ,nous assistons à un condensé psychologique des travers du personnage mais surtout de son entourage par le biais de champs lexicaux du vide,du mal,du laid,du sâle...rien de très réjouissant,c'est vrai ,ce livre parfois glauque n'en est pas moins un récit criant,prenant,une vérité qui dérange,un microcosme familial étouffant,un cri que l'auteur ne cautionne pas,indubitablement,mais elle nous donne ce cri de femme,ce cri enfoui qui amène au pire.

Merci Mazarine Pingeot de nous avoir permis d'entendre ce cri ,dérangeant certes,mais si l'attention portée à ce cri pouvait permettre de donner plus de place  dans la vie réelle à la fiction romanesque qu'à la rubrique faits divers alors je vous en remercie. 

Je dois poursuivre avec la lecture de Tom est mort de Marie Darrieussecq,mais je vais souffler un peu...

Commentaires

Des livres "dérangeants" dont on entend beaucoup parlé pour celui de Darrieusecq il faut avoir le coeur bien accroché parait-il.

Écrit par : mammig | dimanche, 23 septembre 2007

Les commentaires sont fermés.