Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 avril 2008

La Déclaration de Gemma Malley



Angleterre, 2140.
Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s'ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hal un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n'auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n'a plus de parents désormais. Confinée dans l'enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute.
Anna a tout oublié de son passé. Jusqu'au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter ? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée ?

Extrait du livre :
Hier, Peter a été envoyé en Isolement pour avoir dit à Mr Sargent que c'étaient les vieux qui étaient des Surplus, pas nous. On avait du mal à en croire nos oreilles. Je n'avais jamais vu Mr Sargent aussi furieux. Il n'est pas devenu rouge - il est devenu tout blanc, et une veine s'est mise à palpiter sur son front. J'ai bien cru qu'il allait le corriger, mais à la place, il a préféré appeler Mrs Pincent et Peter a été envoyé en Isolement. Le pire, c'est qu'il m'a fait un clin d'oeil quand ils l'ont emmené hors de la classe. Comme si ça l'amusait, d'aller en Isolement.
Il en est ressorti ce soir, mais je ne suis pas sûre qu'il ait vraiment compris la leçon, parce qu'il m'a fait un grand sourire idiot au Réfectoire central, comme si on était copains ou je ne sais quoi. Peter n'est PAS mon copain. Je voudrais que Mrs Pincent le transfère ailleurs, pour que les choses puissent enfin revenir à la normale. Ou, mieux, je voudrais que Mrs Sharpe décide de m'embaucher comme gouvernante, comme ça je voyagerais avec elle à travers le monde et je garderais sa maison propre comme un sou neuf. Je voudrais qu'elle m'emmène loin d'ici.

Anna referma soigneusement son journal et le remit à sa place dans sa cachette derrière la baignoire. Elle le considérait déjà comme un ami proche, un confident. Autrefois, avec les autres Surplus de son dortoir, elles se parlaient souvent entre elles, parfois jusqu'à tard dans la nuit, pour échanger leurs secrets et leurs pensées. Mais Mrs Pincent l'avait alors nommée Chef de dortoir, ce qui voulait dire qu'elle était censée lui rapporter tous les secrets ou manquements des membres de la chambrée. Ses anciennes copines avaient rapidement cessé de lui parler et elle s'était habituée, depuis, chaque fois qu'elle entrait dans une pièce, à voir les conversations s'arrêter et les petits groupes se disperser. Ça ne l'atteignait pas, se disait-elle fièrement ; mieux valait s'efforcer d'être un bon Surplus. De toute façon, les Surplus n'étaient pas là pour échanger des messes basses. Ils étaient là pour appliquer les ordres et obéir aux Légaux. Anna était bien décidée à devenir le meilleur Surplus de tous les temps.


Je souhaitais lire ce livre depuis Noël mais le bonhomme rouge ne me l'a pas offert.Je fus donc très heureuse de le trouver en médiathèque car le billet de Mélanie m'avait plu.
Très belle histoire, dans un monde où la jeunesse n'a plus sa place. Les enfants sont des Surplus, mais ils peuvent aussi être éradiqués. L'être humain a vaincu toute les maladies, et même le vieillissement. Il est devenu immortel. Donc pour éviter la surpopulation, les enfants sont interdits, sauf pour les Affranchis (ceux qui ne prennent pas la pilule rendant immortel), et qui n'ont pas signé la Déclaration.
Un monde désolant, où tout est figé. Un monde sans vie.


Il se lit très facilement, c'est un roman jeunesse.(à partir de 13 ans)

J'aime beauoup le questionnement qu'il induit sur l'immortalité.Et la dernière page est magnifique...Très beau livre.

Commentaires

ça me rappelle "auprès de moi toujours"...un peu...et pourquoi pas?

Écrit par : bel-gazou | dimanche, 20 avril 2008

je n'entends que du bien de ce livre

Écrit par : mammig | lundi, 28 avril 2008

Les commentaires sont fermés.