Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le Défi Valérie Hobbs

    42_le_defi_2.jpgQuatrième de couverture:

    Toby a onze ans et rêve d'oublier sa maladie.Tandis qu'il se repose à la campagne avec sa mère,il goûte à la liberté grâce à ses promenades à vélo.Lors d'une de ces échappées,il fait la connaissance de Perle,une vieille dame pas comme les autres.Peu à peu se noue entre eux une amitié inattendue,faite de complicité,de rires et de poésie...
    Cette drôle de rencontre pourrait bien changer la vie de Toby.

    J'ai choisi ce livre pour la liberté et l'optimisme qu'il laissait entrevoir.Je n'ai pas été déçue.C'est un beau petit livre .L'auteur nous raconte la rencontre insolite entre deux êtres marginaux qui tiennent tellement à leur liberté qu'elle en devient un défi.Le défi de se battre et de croire   que  la vie  peut se croquer à pleines dents.Il suffit juste d'y croire...

    J'ai passé un très bon moment de lecture.

  • Yoko Ogawa

     

    juin 2008 005.JPGLes billets de Lou et Katell m'ont incitée à découvrir Ogawa.

    J'ai choisi ces trois courts récits  avec un intérêt plus particulier pour La Grossesse.

    Trois voix différentes portent ces trois récits.

    Celle de la jeune fille enfermée dans l'orphelinat que dirige son père où il lui faut vivre la même vie collective et morne que ses camarades dans La Piscine.

    Celle de la jeune femme qui ,souhaitant venir en aide à son cousin,lui indique l'adresse d'un foyer sans savoir que ce lieu,qu'elle a naguère habité,est le théâtre d'un étrange processus de dégradation dans Les Abeilles.

    Celle d'une femme qui observe d'un oeil froidement objectif la grossesse de sa soeur dans La Grossesse.

    J'ai été surprise par la simplicité dans cette manière d'écrire de l'auteur laissant planer une  certaine angoisse et l'inquiétude grandissante sous couvert d'ironie.

    Le monde décrit par Ogawa est celui des peurs inavouées dans un monde étrange ,reflètant l'inquiétude et une perversité troublante.

    J'aimerais poursuivre ma découverte de cet auteur ...

  • Battement d'ailes Milena Agus

    resize.jpg

    Un lieu enchanteur en Sardaigne. Sur la colline qui domine la mer, au milieu des terres arrachées au maquis, se tient la maison de Madame, dernier bastion de résistance aux barres à touristes. Seule, décalée dans ses robes bizarres cousues main et son naïf refus de l'argent, Madame est hors normes. Quand la nervosité la gagne, que malgré les rites magiques le grand amour se dérobe, elle dévale les deux cents mètres du chemin escarpé jusqu'à la plage et nage vers le large. Madame dérange, mais pas sa jeune amie de quatorze ans et son grand-père, ni le fils aîné des voisins qui ne suit pas la route tracée par ses parents. Eux savent...

    J'avais beaucoup aimé son précédent roman Mal de pierres,celui-ci est plus énigmatique.

    Milena Agus nous offre un beau portrait de femme en quête d'amour dans un joli paysage sarde.Tous les personnages sont singuliers du grand-père à Pietrolino en passant par le médecin.

    Les portraits sont tout en nuance,ce qui me gêne pourtant c'est la profusion d'images violentes et de mots crus,un style qui me gêne parfois.

    L'auteur nous offre une farandole d'histoires qui n'en forment plus qu'une en refermant le livre.

    Je retiens surtout sa poésie ,ses rêves et sa magie.

    Merci à Elodie de me l'avoir offert.