ChocolaT2

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Brooklyn Follies de Paul Auster

51NSRCEZXFL__SS500_.jpg
Quatrième de couverture: Nathan Glass a soixante ans.Un divorce,un cancer en rémission,trente ans de carrière dans une compagnie d'assurances à Manhattan et une certaine solitude qui ne l'empêche pas d'aborder le dernier versant de son existence avec sérénité.
Chaque jour,Brooklyn et ses habitants le séduisent davantage,il prend ses habitudes,tombe sous le charme d'une serveuse et décide de faire un ivre dans lequel seraient consignés ses souvenirs,ses lapsus,ses faiblesses de langage,ses grandes et petites histoires mais aussi celles des gens qu'il a croisés,rencontrés ou aimés.
Ce livre, Nathan va l'écrire suite à sa rencontre inopinée avec Tom Wood ,son neveu, dans une librairie...Ils rêvent d'une vie meilleure à l'hôtel Existence...
J'ai tout de suite aimé ce livre,dès les premières pages Paul Auster nous entraîne dans le petit monde de Nathan en évoquant la littérature:
"La lecture était ma liberté et mon réconfort,ma consolation,mon stimulant favori:lire pour le pur plaisir de lire ,pour ce beau calme qui vous entoure quand vous entendez dans votre tête résonner les mots d'un auteur".
On va suivre les péripéties de ces hommes dans le Brooklyn d'aujourd'hui .Leur quête du bonheur au fil des pages nous emmène dans un tourbillon de vies (semblable à celles d'Anna Gavalda dans son opus Ensemble c'est tout)très  riches en émotions,amours et tourments.
Je n'avais lu que La Nuit de l'oracle de cet auteur ,j'étais restée perplexe sur le sens à lui accorder et Brooklyn Follies m'a convaincue du talent de cet auteur.Certes Brooklyn Follies prêche le bon sentiment mas la plume de Paul Auster offre un témoignage très intéressant sur la société américaine.L'auteur grossit les traits de certains personnages politiques,des moeurs de son pays et du quotidien de cette ville américaine.
Un passage a retenu mon attention également:
"C'est ce qui vous arrive quand vous aboutissez à l'hôpital.On vous déshabille,on vous enfile une de ces liquettes humiliantes et ,soudain,vous n'êtes plus vous-même.Vous devenez l'individu qui habite votre corps et ce que vous êtes désormais,c'est la somme de tout ce qui va mal dans ce corps.Etre ainsi diminué,c'est perdre tout droit à l'intimité."
La déshumanisation est admirablement  décrite dans ce roman ,celle de Rory,celle d'Harry,celle de Nathan lui-même au début du roman,en somme celle d'une  société entière...Mais Paul Auster parvient à contre-balancer cette déshumanisation au profit d'une chaleur humaine ..juste avant le 11 Septembre 2001.
Ce livre a été choisi par le blogoclub de lecture,je suis désolée pour le retard ...Ce livre m'a accompagnée à la mer...
Novembre 2008 016.JPG

Commentaires

  • J'ai aimé aussi! Je n'ai pas du tout été embêtée par le côté bons sentiments, ce qui ne manque que rarement d'arriver en temps normal. Mais bon, j'aime beaucoup la plume d'auster, je crois! Ca aide!

  • J'aime bien les deux passages que tu cites. Finalement, tous ces articles sur le même livre lui donnent à chaque fois un nouvel éclairage, c'est une bonne idée ce blogoclub.

  • J'ai moi aussi fait le rapprochement avec "ensemble c'est tout" que j'avais aimé tout comme j'ai aimé "brooklyn follies".
    Aucun soucis pour le retard :-) Bon week-end !

  • A mon tour de découvrir ton blog ! Merci pour ton passage.
    L'aspect concernant la mise à nu de l'individu et de là la perte de son identité est effectivement aussi un passage marquant .

    Bon week end

  • tout comme toi j'ai apprécié ce roman. On ne peut pas lire et courir accompagnée de son p'ti korrigan :-))

Les commentaires sont fermés.