Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 17 janvier 2009

Bobin ...en moi...

8cvrh4kJgWt6Vp528Bg5MA.jpg

"Lire c'est faire l'épreuve de soi dans la parole d'un autre, faire venir de l'encre par voie de sang jusqu'au fond de l'âme et que cette âme en soit imprégnée, manger ce qu'on lit, le transformer en soi et se transformer en lui."

Christian Bobin 
(L'épuisement, p.95, Éd. Le temps qu'il fait, 1994)
 

La petite tricoteuse...

9782092516119.jpg
J'aimerais vous parler de cet album, qui m'a été offert par une amie: La Petite tricoteuse de mots d'Agnès de Lestrade et Marie Caudry.
Miée plante des graines de mots.Au printemps,les mots sortent timidement.Certains mots ont besoin d'aide,le mot "nous" est le plus difficile à cultiver.
En hiver,Miée récolte les mots,afin de tricoter manteaux,écharpes et bonnets...
On dirait que les mots veulent lui parler.Les aiguilles courent toutes seules.
Janvier 2009 012.JPG
Miée va tricoter une jolie couverture pour protéger le village de la guerre...
Cet album est teinté de poésie et de douceur.Il évoque des thèmes que j'affectionne particulièrement:les mots,le tricot,des maux,le fil d'une vie...
005.JPG
(Châle réalisé à la naissance de mon fils pour nous entourer lorsque je l'allaitais...)
J'aimerais ,parfois,être une tricoteuse de mots :)
Je suis une tricoteuse qui chasse ses maux!

Un bel échange...

Suite à mon billet pour le PIF,une gentille bloggueuse m'a sollicitée pour une gentille proposition: une jolie écharpe contre un joli sac le tout fait main!

Voici ce que j'ai reçu ,peu de temps avant Noël,probablement l'un de mes plus beaux cadeaux:

Janvier 2009 007.JPG
Un très joli sac ,le tout cousu à la main ...Ma charmante bloggueuse a passé des heures à assembler tous ses petits carrés!
Je trouve ce cadeau magnifique par son aspect mais aussi par ce qu'il reflète: un travail minutieux et appliqué.
J'étais très touchée!
Janvier 2009 002.JPG
Mon petit sac n'est pas arrivé seul,outre les friandises vite disparues,les marque-pages au creux des livres,un petit livre pour accompagner une longue soirée d'hiver,un petit oiseau des îles est venu se poser sur les livres( ceux prêtés par Naniela) ...
Janvier 2009 005.JPG
En échange,voici ce qui est tombé de mes aiguilles...
Décembre 2008 006.JPG
Une écharpe aux couleurs chaudes,toute douce!
Décembre 2008 002.JPG
Encore un grand merci pour ce bel échange ma chère bloggueuse secrète!
Oui...j'aime les mystères...

mercredi, 14 janvier 2009

Desperate...

Cusk 2.jpg
Arlington Park est une petite banlieue anglaise, ni trop chic ni trop ringarde, c'est un quartier tout ce qu'il y a de plus ordinaire, avec ses habitants tout aussi quelconques.

C'est la nuit, les rares passants rentrent chez eux, affrontant sans ciller la pluie torrentielle, lorsque Juliet Randall se réveille d'un cauchemar. Ce cafard qui faisait son nid dans ses cheveux lui semble l'image fantasmée de sa vie devenue impossible. Ancienne étudiante brillante, désormais mariée et mère de deux enfants, Juliet a le sentiment d'être assassinée à petits feux par son semblant d'existence.
Et puis l'on découvre la petite vie des autres habitantes du quartier mais ce n'est pas très passionnant...Je me suis ennuyée alors qu'au départ j'étais très enthousiaste.
Rachel Cusk organise son récit à la manière de Wirginia Woolf dans Miss Dalloway en racontant  la journée de ces femmes au foyer.
J'ai apprécié deux passages: le club de lecture et l'analyse des Hauts du Hurlevent et la splendeur toute hypocrite du repas entre amis .
Mon personnage préféré reste Christine lors du repas!
C'était un endroit dangereux où vivre, une famille: aussi tumultueux que la pleine mer sous un ciel traître, avec ses allégeances passagères, ses rafales de cruauté et de vertu, ses grandes vagues d'humeur et de mortalité, son incessante alternance de tempête et de bonace" .

"C'est ici que Maisie se sentait le plus éloignée de ses aspirations, voyait son mari et ses enfants comme les étrangers qu'ils étaient de temps à autre. C'est ici qu'elle sentait le plus souvent qu'il étaient dans une pièce de théâtre,et que ce n'était pas une pièce de théâtre qu'elle appréciait"

 

lundi, 12 janvier 2009

Elle s'en va...

Janvier 2009 002.JPG
Je surveille l'heure...Aujourd'hui ,Nolwenn s'en va.
Elle part s'installer définitivement au Canada.
Je garde précieusement cette carte sur ma table de nuit.
Elle, qui m'a initiée à l'art thérapie, au mixed-media,à l'univers de Suziblu,qui m'accorde beaucoup de temps et d'écoute,je suis triste aujourd'hui.
Un rendez-vous manqué hier sur Paris...
Des petits bouts de toi dans ma maison...Un beau livre sur les Artist Trading Cards,un livre de recettes pour une belle au blé dormant,l'histoire d'un petit bonhomme dans la chambre du petit korrigan...
12h 50 L'avion part...
Soulagée d'entendre le son de ta voix devant l'aéroport.19 heures de vol...
Bonne route et à très vite sur Skype.
Blu 4.jpg

vendredi, 09 janvier 2009

La sacoche bleue

Janvier 2009 024.JPG
Voilà la sacoche bleue est revenue!
Je l'attendais depuis hier déjà .J'avais hâte de retrouver les enfants que j'accompagne cette année.Beaucoup d'enfants du voyage,des enfants aux besoins éducatifs particuliers.
Sur mon bureau le chat de Valdebaz veille sur mon magnétophone,le maneki neko d'Audrey se balance à la poignée du tiroir,la théière brodée par une gentille blogueuse me rappelle l'heure du thé,le mug de Lisa supporte tous mes crayons.
Beaucoup d'objets de la blogosphère me tiennent compagnie pendant les corrections.
Janvier 2009 021.JPG 
J'ai moins de temps pour lire mais j'apprécie chaque minute grapillée pour ouvrir Arlington Park   de Rachel Cusk.Mes lettres de voeux attendent sur le coin de mon bureau,une note sur un très bel échange attend patiemment,le questionnaire du Swap au long cours( organisé par Bladelor) prend forme.Depuis mon bureau,je me sens utile pour tous ces enfants qui apprennent à distance.Leur expérience est très enrichissante.
Janvier 2009 023.JPG
La bigoudène me tient compagnie et parfois un petit korrigan s'invite!Il veut entendre parler les enfants de "maman-maîcresse en pyjama".

dimanche, 04 janvier 2009

Val de Grâce de Colombe schneck

Colombe.jpg
Colombe Schneck nous livre un récit autobiographique sur sa famille et leur lieu de vie: Val de Grâce.
Elle évoque la maladie puis la mort de sa mère Hélène,avec les souvenirs d'une enfance hors du commun qui se déroula dans le 5 ème arrondissement de Paris.
"Une évidence, je ne peux pas rêver d'une meilleure enfance.Nous habitions dans le plus beau quartier de la plus belle ville du monde,capitale d'un pays envié par la terre entière?Nous étions libres et heureux.Nous avions le droit de tout.Le monde tournait autour de nous et nous regardait avec envie."
Que dire de plus?Ce roman emprunté(heureusement!) m'a particulièrement ennuyée...Je pèse mes mots mais je le vois bien figurer dans le Jourde et Nolleau.
Jourde.jpg
J'ai rarement un avis aussi négatif sur un livre,j'essaie de trouver des avis différents sur ce roman de Colombe Schneck,suis-je passée complètement à côté?
Je m'intéresse de plus en plus à la littérature contemporaine .Comment comprendre ce qui s'écrit aujourd'hui?
Je suis plongée dans ce livre co-écrit par mon ancien directeur de mémoire Dominique Viart(Professeur de littérature moderne et contemporaine à l'Université de Lille 3) et Bruno Vercier(Sorbonne -Nouvelle).Je vous en reparle prochainement.
Viart.jpg
Merci donc à Colombe Schneck de m'avoir permis de reprendre goût aux recherches en  lettres modernes et de souhaiter pour cette année 2009 reprendre mes études littéraires ...par correspondance,cela va de soi!

Un Brillant avenir Catherine Cusset

Cusset.jpg

 

Ce nouveau roman de Catherine Cusset est à la fois ancré dans le passé et totalement contemporain.

Il raconte le destin d'Elena,une jeune Roumaine, née en Bessarabie dans les années 1940, ballotée sans cesse d'un pays à un autre, obligée de fuir les Russes avec sa famille, de quitter une maison pour se cacher plus loin, laissant derrière elle son enfance et ses souvenirs.

En 1958, Elena rencontre Jacob, un jeune juif dont elle tombe amoureuse. Ses parents refusent ce mariage,inquiets devant l'antisémitisme qui sévit dans le pays de Caucescu. Mais elle parviendra à épouser l'homme qu'elle aime,à quitter la Roumanie pour les Etats-Unis et obtenir la citoyenneté américaine comme le symbole d'une nouvelle existence de femme libre.

Catherine Cusset s'intéresse surtout à la femme qu'est devenue Elena.Une mère qui est incapable d'accepter que son fils épouse une française,symbole de cette vieille Europe qu'elle a voulu fuir. Elena est devenue une femme endurcie par l'expérience et formidablement attachante.

Certains éléments de ce roman sont probablement autobiographiques mais Catherine Cusset évite l'autofiction.Elle nous offre un texte très dense et riche mêlant la fiction et l'Histoire.Le style est très sobre.

J'ai particulièrement aimé les relations entre Marie(la française) et Elena, leurs confrotations...

Je vous conseille la lecture de ce très beau roman.

vendredi, 02 janvier 2009

La Dame en blanc de Wilkie Collins

Collins.jpg
Quatrième de couverture: Dans la fournaise de l'été,en ce milieu du 19 ème siècle,William Hartright, jeune professeur de dessin émérite, s'apprête à quitter Londres pour enseigner l'aquarelle à deux jeunes filles de l'aristocratie, dans le Cumberland.
Il laisse derrière lui la vie trépidante de la ville et ses étranges incidents,comme cette rencontre en pleine nuit avec une jeune femme terrorisée, toute de blanc vêtue,semblant fuir un invisible danger...
Mais la campagne anglaise, malgré ses charmes bucoliques,n'apaise pas le jeune William autant qu'il le souhaiterait.La demeure de Limmeridge recèle en effet de biens lourds secrets,et lorsque resurgit la mystérieuse Dame en blanc, il est bien difficile d'affirmer qu'il ne s'agit pas d'un présage funeste...
J'en suis à la page 276,je suis en retard pour cette note qui devait paraître hier,aussi je viens éditer mon billet une fois tournée la page 476! A ce stade de ma lecture,j'apprécie le style de l'auteur qui me rappelle celui d'Anne Perry.Je n'aime pas particulièrement le genre "roman policier" mais l'univers de ce roman est particulièrement prenant.Depuis l'arrivée du comte Fosco,l'intrigue s'intensifie.Je ne sais toujours pas quel rôle va jouer Anne Catherick dans cet univers très "cosy" ,je me replonge dans le livre! Wilkie Collins donne admirablement une épaisseur aux personnages ,notamment pour ceux de Marian Halcombe et Fosco(personnage très ambigü) mais je suis un peu déçue pour l'instant sur le manque d'éléments historiques de cette période victorienne.Donc pour l'instant impression mitigée: les dernières pages vont-elles me révéler un coup de coeur?!
EDIT :Voilà je viens de refermer ce roman...dois-je parler de coup de coeur? Pas vraiment mais j'ai fort apprécié les cent dernières pages où le tempo s'accélère et les intrigues s'emmêlent!J'ai surtout  aimé les diverses focalisations qui donnent un autre élan à l'enquête.
Ce livre m'a donné envie de lire d'autres oeuvres de cet auteur ,je vais faire le tour du blogoclub pour connaître vos avis.
Livre lu dans le cadre du Blogoclub de lecture: