Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 08 avril 2009

Simonetta Greggio

Avril 2009 002.JPG
Simonetta Greggio La Douceur des hommes.
Quatrième de couverture :

« Toute ma vie, j’ai aimé, bu, mangé, fumé, ri, dormi, lu. De l’avoir si bien fait, on m’a blâmée de l’avoir trop fait. Je me suis bagarrée avec les hommes pendant plus de soixante ans. Je les ai aimés, épousés, maudits, délaissés. Je les ai adorés et détestés, mais jamais je n’ai pu m’en passer…La chaleur des hommes, qui m’a si bien enveloppée, ne fait que me rendre plus odieux ce grand froid qui avance. Il n’y a pas de bras assez puissants pour m’en préserver dans la nuit qui vient. »
 Simonetta Greggio est italienne mais elle écrit en français.Je l'ai aperçue dans l'émission La Grande librairie et cette femme m'a inspirée. De suite, j'avais envie de découvrir ses romans.
J'ai commencé par La Douceur des hommes.
C'est une rencontre,des retrouvailles puis un voyage entre Constance et sa grand-mère Fosca. Fosca , la vieille dame, est pleine de vie. Tour à tour pétillante, joviale, mélancolique, elle raconte à sa petite fille son rapport avec les hommes. Fosca est une croqueuse de vie. Elle multiplie les amours et vante leurs mérites et désillusions.
Le récit de Simonetta Greggio est très doux comme peut l'être la relation entre une grand-mère et sa petite fille. Les confidences sont de plus en plus fortes et empreintes  de grâces. La relation entre les deux femmes de deux générations différentes  m'attire beaucoup. Ce rapport aux hommes également et ce qu'elles en disent.
Fosca me rappelle Le Castor dans Mémoires d'une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir.
C'est un beau roman, je poursuis ma découverte de cet auteur avec son deuxième roman Etoiles.
Quelques extraits:
"Il paraît que les femmes donnent du sexe pour être aimées et les  hommes de l'amour pour avoir du sexe. Ce n'est pas tout à fait faux. Mais le contraire est vrai aussi. Combien d'hommes sont des moines, affligés de femmes lubriques? Et on réglerait la chose avec cette culbute qu'on appelle "le mariage"?"  (Cette phrase m'a beaucoup amusée)
              "Toute petite déjà j'avais compris que la faiblesse, comme la force, est un choix. Une volonté."
Cette phrase est presque un mantra pour moi...  
                                                                    
Livre lu dans le cadre de mon défi de littérature italienne bannière 3.jpg (même si ce roman est francophone!)



Commentaires

Je l'ai vu à la même émission, et depuis j'ai envie de lire son dernier livre, celui dont a parlé Clarabel dont le sujet assez délicat est traité de façon soft

Écrit par : Ys | mercredi, 08 avril 2009

@Ys: Comme toi, j'aimerais lire son dernier roman .Etoiles me plait bien pour l'instant...

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 08 avril 2009

J'ai vraiment aimé ce roman, qui m'avait été offert par Stéphanie!

Écrit par : Karine :) | samedi, 11 avril 2009

J'ai adoré cette histoire !! J'ai également "Etoiles" dans ma PAL et il me tarde de le découvrir !! Bonne semaine Mirontaine !

Écrit par : Florinette | lundi, 27 avril 2009

Les commentaires sont fermés.