Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 septembre 2009

L'Usage de la photo d'Annie Ernaux

 

 

swap été 001.JPG

("Les ornements sacrés" actuels de Mirontaine)

 

 

 

 


"Souvent, depuis le début de notre relation, j'étais restée fascinée en découvrant au réveil la table non desservie du dîner, les chaises déplacées, nos vêtements emmêlés, jetés par terre n'importe où la veille au soir en faisant l'amour. C'était un paysage à chaque fois différent. Je me demande pourquoi l'idée de le photographier ne m'est pas venue plus tôt. Ni pourquoi je n'ai jamais proposé cela à aucun homme. Peut-être considérais-je qu'il y avait là quelque chose de vaguement honteux, ou d'indigne. En un sens, il était moins obscène pour moi de photographier le sexe de M. Peut-être aussi ne pouvais-je le faire qu'avec cet homme-là et qu'à cette période de ma vie."



Annie Ernaux est née à Lillebonne et elle a passé toute sa jeunesse à Yvetot, en Normandie. Agrégée de lettres modernes, elle a enseigné à Annecy, Pontoise et au Centre national d'enseignement à distance.(C'est une ancienne collègue  ;)) Elle vit dans le Val-d'Oise, à Cergy.

 Né en 1962 à Boulogne-Billancourt, Marc Marie passe son enfance à Bruxelles. Après des études de lettres modernes, il partage son temps entre écriture, travail en entreprise et piges journalistiques à Paris. Il vit aujourd'hui en Normandie.

J'ai beaucoup aimé ce livre,je me souvenais d'un plaisir de lecture avec Journal du dehors d'Annie Ernaux et j'ai retrouvé ce même plaisir avec ce livre au sujet plutôt original...

J'aime sa façon de mettre en scène un corps souffrant au fil des photos,un corps néanmoins digne d'amour caché sous des "ornements sacrés".Comme il est facile de paraître...(et heureusement parfois!)

J'aime relire ce passage:

"Je me suis demandé si les soldes ne constituaient pas la forme enchantée de l'avilissement des gens par le capitalisme,de la profanation des choses et du travail-si mal payé- dont elles sont le produit.Et j'ai pensé d'une façon tendre aux compositions  de nos vêtements abandonnés après l'amour,si loin de ces entassements anonymes.Les photographier m'a paru une dignité rendue à ces choses que l'on met si près de soi,une tentative d'en faire,d'une certaine façon,nos ornements sacrés."

 

Commentaires

Ce sont de très très beaux passages!!!
"Les années" attendent quelques lectures urgentes pour enfin atterrir dans mes mains!

Écrit par : katell | dimanche, 13 septembre 2009

encore un livre qui a l'air passionnant... mais jamais assez de temps pour lire tout ceci...

Écrit par : AudreyV | dimanche, 13 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.