Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 octobre 2009

Joyeuse fête de Samhain

samhain.jpg
Je ne fête pas Halloween mais j'attache de l'importance à la symbolique de la fête de Samhain dans le calendrier païen.
Samain (le mot s'écrit Samhain en Irlande, Samhuinn en Ecosse et Sauin sur l'île de Man) est la fête religieuse qui célèbre le début de la saison « sombre » de l’année celtique (pour les Celtes, l’année était composée de deux saisons : une saison sombre et une saison claire). C’est une fête de transition , le passage d’une année à l'autre . Elle est mentionnée dans de nombreux récits épiques irlandais car, de par sa définition, elle est propice aux évènements magiques et mythiques.
Pas de monstre ni de vampire chez Mirontaine mais un petit rituel de transition pour honorer ce 31 Octobre. J'aime les arbres, j'ai donc choisi l'arbre du petit Korrigan, dans mon jardin, pour déposer tout ce que je souhaitais lui confier.
                             
En pensée avec mon amie canadienne Nolwenn.
Découvrez la playlist Enya avec Enya

Défis!

Je suis inscrite au challenge de Mariel, J'aime les classiques! Un classique par mois, ça tombe bien, je souhaite me replonger dans les grands classiques du théâtre... 
                                                             

Bladelor lance le challenge Lire en VO

 Allez chez Bladelor
, je choisis pour ma part l'italien afin de poursuivre mon défi personnel de littérature italienne!

 

vendredi, 30 octobre 2009

Dans l'or du temps de Claudie Gallay

Gallay 002.JPG
J'avais envie de soleil, de  poésie et de découverte. J'ai donc choisi ce roman de Claudie Gallay Dans l'or du temps, offert par Katell, lors du swap d'été.
Ce roman est un voyage initiatique entremêlant personnages romanesques et personnalités du monde artistique: Breton, Braque et Guggenheim. Une vieille dame, Alice berthier, depuis sa maison perdue de Haute-Normandie, nous confie par petites touches les mystères de sa vie. C'est grâce à son confident, un homme trentenaire, vacancier déboussolé , que l'on appréciera les secrets de cette femme qui s'est tue depuis bien longtemps et de cet homme qui se tait trop souvent.
Claudie Gallay met en parallèle cette dissolution du couple en vacances au bord de mer, de cet homme fuyant sa femme Anna et ses filles pour retrouver cette femme âgée, unis par l'amour de l'art amérindien.
Ce livre est aussi délicat qu'une perle, il semble façonné comme les statuettes indiennes de la tibu Hopi. J'ai apprécié sa lenteur, sa nonchalence dans le style elliptique des phrases dépouillées.
Alice est pleine de sagesse, j'aime sa façon de fuir les questions embarassantes.Claudie Gallay livre  les interrogations des personnages sur le temps qui s'écoule, sur la beauté de l'or du temps.
Un très bon moment de lecture, je suis heureuse d'avoir découvert cet auteur et puis... je ne pouvais refermer ce billet sans évoquer l'émotion suscitée par la dédicace.
Gallay 004.JPG
Merci à Katell et à l'auteur Claudie Gallay pour ce beau cadeau.

vendredi, 23 octobre 2009

Une jolie bannière!

45472677_p.jpg
Une petite bannière pour Le monde de Mirontaine afin d'illustrer ce fil de vie!
Sur le fil... les piles de livres, une femme enfant funambule qui avance légère et souriante, des petits oiseaux prêts à s'envoler comme les billets plus personnels de Mirontaine. Ils se posent momentanément sur le fil puis disparaissent pour ne laisser place qu'aux billets littéraires.
Un fil tendu entre les récits livresques et la force tranquille de l'arbre de vie.
Merci à la talentueuse et patiente Damouredo ^_^.

jeudi, 22 octobre 2009

Le Poisson de Jade et l'épingle au phénix

swap été 010.JPG
 Voici un petit conte chinois anonyme du XVII ème siècle qui raconte l'histoire d'un couple aux moeurs légères. Ce petit conte est libertin  et poétique, il alterne prose et poésie pour relater le parcours d'un jeune homme de dix-huit ans,étudiant et orphelin , nommé Xu Xuan.
Le Poisson de jade et l'épingle au phénix nous livre sa rencontre avec Rongniang, sa voisine. A partir d'un rêve commun, le conte tisse une histoire d'amour et d'adultère . Xu Xuan sera condamné.
Ce petit conte nous offre de très bons moments de poésie:
Dessus le pavillon, les belles entrevues
Ont égaré mes sens, troublés à leur insu.
Un vol par trop goûteux gâte-t-il pas la fleur?
Papillons de Printemps: modère-t-on leurs ardeurs?
Ce coeur qu'amour embaume, las! à qui le confier?
A de longues rêveries, je l'ai abandonné.
Ces rires tendres et doux se troublent et disparaissent,
Laissant, indifférents, ce coeur qu'un mal oppresse.
J'ai passé un agréable moment de lecture avec ce conte offert par Katell lors du swap d'été,un beau voyage dans la Chine du XVII ème siècle, période féconde de la production romanesque chinoise que je connais peu, merci!

samedi, 17 octobre 2009

La Cucina de Lily Prior

Prior 002.JPG
Ce roman de Lily Prior évoque la vie de Rosa Fiore, dans la campagne sicilienne, juste avant la seconde guerre mondiale. Elle va quitter la cuisine familiale, après le meurtre de son premier amour, pour s'émanciper à Palerme. Rosa exerce alors le travail de bibliothécaire et voue une véritable passion pour la cuisine. Sa rencontre avec "l'Inglese" va lui ouvrir la voie de la sensualité et des plaisirs pantagruéliques.
Ce livre est un hymne à la rusticité de la campagne et à la cuisine sicilienne. J'ai particulièrement apprécié l'évocation épique de la Sicile, la richesse de sa terre et la présence en demi-teinte des Hommes de la Mafia. Je trouve cependant dommage que nous ne puissions retrouver en annexe les recettes siciliennes de Rosa, toutes ces recettes qui honoraient  les repas dominicaux ches mes grands-parents siciliens... 
Une très belle invitation au voyage et à la gastronomie!
Roman traduit par Marie-France Girod.
babelio masse critique.gif
Livre lu dans le cadre de l'opération Masse critique Babelio, je remercie  Hachette livre et Guillaume pour l'envoi.
................................................................................
Ce livre m'a donné l'envie de revoir le film "Chocolat" de Lasse Halström avec J. Binoche adapté du roman de Joanne Harris et de me plonger dans ce magnifique livre de recettes de Giada de Laurentiis
Prior 003.JPG
                                 (Ringratio mio fratello!) 

lundi, 12 octobre 2009

La Mélodie des tuyaux de Benjamin Lacombe.

lacombe.jpg

Je l'attendais avec impatience le dernier album de Benjamin Lacombe! Il raconte l'histoire du petit Alexandre qui grandit au coeur d'une ville austère, avec des parents tristes et sévères. Son avenir sera celui de l'usine comme les générations précédentes.
Quand arrive au coeur de la ville, la troupe des  gitans et leur chapiteau: un festival de couleurs pour Alexandre et une jolie rencontre avec Elena. La belle andalouse lui ouvre les portes de son monde et notre petit Alexandre se découvre alors un don pour la musique.

 

Ce conte musical est magnifique, on voyage au fil des pages. Les illustrations de Benjamin Lacombe sont foisonnantes d'idées, chaque page est un festival de couleurs.

L2.jpg

 Les rythmes des chansons ( interprétées par Loris Vallois, J.B. Marino, Alex El  Rubio) vous emportent et la voix mélodieuse d'Olivia Ruiz donne la bonne tonalité à cette belle aventure.On l'écoute en boucle!

 

Le contraste entre le monde gris de la ville et celui  chatoyant des roulottes est impressionnant.

L3.jpg

Je suis très sensible au fait que le monde des gitans soit mis à l'honneur, j'ai hâte de pouvoir lire cet album aux enfants du voyage que j'accompagne ...

Un très bel hymne à la liberté de création, à la différence et à la tolérance également!

"-Ce ne sont pas des voleurs. Ce sont des artistes. Et moi, je veux être comme eux."

Merci à mon frère pour ce beau cadeau.

anniversaire Tilou 017.JPG
Petit korrigan a sorti sa guitare!
L1.jpg

dimanche, 11 octobre 2009

Quelque chose en lui de Bartleby de Philippe Delerm.

Delerm 009.JPG
M. Spitzweg est un "'banal" employé de La Poste. Il vit modestement à Paris, une vie très calme. C'est un contemplatif; il semble d'une autre époque, il aime prendre le temps de regarder, de marcher dans Paris. Comme son auteur, il a le plaisir des choses simples (un café sur une terrasse), voyager à travers les livres, pique-niquer au bord de la Seine.
Malgré tout, M. Spitzweg va créer son blog; d'abord sous son propre nom, ce qui n'attirera que quelques collègues puis sous le titre "antiaction.com". Arrive alors une pluie de messages variés mais surtout de beaucoup d'admiratrices. Son site fera même le sujet d'une chronique sur France-Inter et pour finir d'une offre de contrat pour la publication de son histoire.
Je suis toujours en admiration devant la plume de Philippe Delerm. J'ai aimé les déambulations parisiennes d'Arnold Spitzweg, cet "archétype de l'homme moyen, banal, interchangeable." 
 En médiocre voyageur, il nous offre le plaisir de voir le temps passer, véritable anachronisme parisien.Il connaît "son pays mental", s'appuie "sur le coussin des jours" et évoque la banalité du quotidien avec beaucoup d'humour et de finesse.C'est un homme vélléitaire, à la manière de Bartleby (Melville) ou encore de Frédéric Moreau(L'Education sentimentale de Flaubert). Le roman s'ouvre sur une évocation du film de Woody Allen Manhattan, que j'ai revu en parallèle de ma lecture. Arnold est heureux de pouvoir mettre en lumière "son Paris".
J'ai aimé ce roman mais il m'a semblé court, aussi courts que puissent être les billets d'un blog. Je pense intimement que Delerm a survolé volontairement cette question de l'écriture blogguesque pour nous offrir des pépites sngulières du minimalisme positif qui lui est propre.
 Et toujours, au hasard des lignes, des jolis moments de poésie:
"La vie nous tient en laisse, mais nous donne parfois comme un bonheur de labrador: on ne détache pas le lien: on le porte insolemment, c'est presque mieux que la liberté pure."

"Pour sa part, Arnold ne trouvait pas d'antinomie entre sa disposition à vivre des petites bulles de temps arrêté et le désir de les prolonger, de les authentifier avec des mots. Peut-être parce qu'il ne pouvait prétendre au style ? Il posait les mots comme ils lui venaient sans réel effort et sans recherche. Il éprouvait à l'inverse des grands écrivains voués au silence la délicieuse sensation de multiplier le pouvoir du présent par la tentation de le dire."
Et puis, j'ai aimé les clins d'oeil au fils...Vincent...L'Heure du thé...
Découvrez la playlist Vincent avec Vincent Delerm

mardi, 06 octobre 2009

Bienvenue à Louise...

Une très belle animation à partir de l'album Il faudra d'Olivier Tallec et Thierry Lenain( Ed. Sarbacane) pour honorer la naissance de ma nièce Louise cette nuit.    
                                

faudra.jpg

dimanche, 04 octobre 2009

Le Magicien d'Oz de L. Frank Baum

Octobre 2009 016.JPG
Cette semaine, j'ai lu un billet de    Leiloona  avec plaisir et nostalgie. Je me suis souvenue de mon album de petite fille, une version illustrée du Magicien d'Oz de L. Frank Baum aux Editions Fabbri, paru en 1961 et illustré par Maraja.
Octobre 2009 012.JPG
Je passais des heures dans ma chambre de petite fille à regarder ces illustrations.
Octobre 2009 013.JPG
Je n'évoque pas le texte volontairement, je vous renvoie au billet de Leiloona.
Octobre 2009 015.JPG
 
Je garde tellement en mémoire toutes ces images qui ont sollicité mon imagination.
Ce livre m'emportait dans mon pays imaginaire, j'inventais des histoires car il me semble que je ne savais pas encore lire au moment où mon papa me l'a offert au retour d'une brocante...probablement mon plus beau cadeau, celui qui ouvrait le bal des plaisirs de la lecture.
Octobre 2009 014.JPG
Un très bel album que j'ai relu cette semaine en partageant mon plaisir avec un petit korrigan émerveillé.
Pensée pour Emmyne ;)