Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Pigeon de Patrick Süskind

pigeon 001.jpg
Jonathan Noël, quinquagénaire, est un vieux garçon qui vit seul. Traumatisé par les persécutions nazies et le départ de sa maman pendant la guerre, il vit dans la routine  du quotidien. Sa chambre de bonne est un îlot de sécurité.Le quinquagénaire occulte ce passé douloureux en prenant un soin extrême à ce que rien ne vienne perturber un quotidien organisé avec la précision du métronome.
 «De toutes ces péripéties, Jonathan Noël tira la conclusion qu’on ne pouvait se fier aux humains et qu’on ne saurait vivre en paix qu’en les tenant à l’écart.»

 

Il se sent protégé par ce mode de vie. Il redoute les changements.Il ne quitte ce havre douillet que pour aller travailler en tant que vigile sur le parvis d’une banque.

Pourtant, un beau matin, un évènement banal va bouleverser son quotidien. Alors qu'il quitte sa chambre,il tombe inopinèment sur un pigeon dans le hall de son immeuble. Cette rencontre va perturber sa vision du réel.

«Lorsque lui arriva cette histoire de pigeon qui, du jour au lendemain, bouleversa son existence, Jonathan Noël avait déjà dépassé la cinquantaine, il avait derrière lui une période d'une bonne vingtaine d'années qui n'avait pas été marquée par le moindre événement, et jamais il n'aurait escompté que pût encore lui arriver rien de notable, sauf de mourir un jour. Et cela lui convenait tout à fait. Car il n'aimait pas les événements, et il avait une véritable horreur de ceux qui ébranlaient son équilibre intérieur et chamboulaient l'ordonnance de sa vie.»

 

Dès lors, on va suivre les délires paranoïaques de Jonathan tout au long d'une journée. J'ai repéré ce roman chez Emilie, étudiante en psychologie. J'ai lu Le Parfum dont j'ai peu de souvenirs mais je trouve que l'intérêt de ce court roman réside dans la tension dramatique parfaitement mise en scène par l'auteur.Le malaise va grandissant et l'attitude de fuite est remarquable. Patrick Süskind montre combien un évènement peut ranimer la douleur des souvenirs. La rencontre avec le pigeon rappelle celle des champs de bataille, du soldat face à l'ennemi .

«Il était posé devant sa porte, à moins de vingt centimètres du seuil, dans la lueur blafarde du petit matin qui filtrait par la fenêtre. Il avait ses pattes rouges et crochues plantées dans le carrelage sang de boeuf du couloir, et son plumage lisse était d'un gris de plomb: le pigeon. Il avait penché sa tête de côté et fixait Jonathan de son oeil gauche. Cet oeil, un petit disque rond, brun avec un point noir au centre, était effrayant à voir. Il était fixé comme un bouton cousu sur le plumage de la tête, il était dépourvu de cils et de sourcils, il était tout nu et impudemment tourné vers l'extérieur, et monstrueusement ouvert; mais en même temps il y avait là, dans cet oeil, une sorte de sournoiserie retenue; et, en même temps encore, il ne semblait être ni sournois, ni ouvert, mais tout simplement sans vie, comme l'objectif d'une caméra qui avale toute la lumière extérieure et ne laisse passer aucun rayon en provenance de son intérieur. Il n'y avait pas d'éclat, pas de lueur dans cet oeil, pas la moindre étincelle de vie. C'était un oeil sans regard. Et il fixait Jonathan.»

 

L'oeil du pigeon incarne toutes les peurs humaines . Certains passages sont jubilatoires dans la tension que met en scène l'auteur pour décrire des petites choses en apparence anodines mais dramatiques pour notre vieil homme.Un bon livre sur le sentiment de peur qui tétanise nos vies et une possibilité d'en rire.

Je remercie mon frère pour ce beau moment de lecture.

Découvrez la playlist Lhasa avec Lhasa De Sela

 

 

Commentaires

  • Je n'ai jamais lu cet auteur, ce n'est pourtant pas faute d'en avoir entendu parler. Ton article me donne très envie de choisir ce titre pour le découvrir, il m'attire plus que Le Parfum.

  • Je suis contente si ce billet te donne envie de découvrir cet auteur. ^_^.

  • Une magnifique photo comme d'habitude et l'envie de lire ce livre !

  • Merci Celsmoon! Il est étrange ce livre mais j'ai beaucoup aimé son message.

  • Ca me fait plaisir de savoir que tu l'avais repéré chez moi. Je suis en ce moment même en train de réviser mes cours de Psycho. Mon prof s'est servi de ce roman pour illustrer soncours sur le Syndrome de Vulnérabilité. C'est un syndrome qui apparait quand la personne est placée dans une situation extrème voulue ou non, cette situation dépasse les qualités d'adaptation de la personne. Il y a trois phases, un sentiment de vulnérabilté avec une impréssion de dépersonnalisation, cf attaque de panique chez Jonathan ensuite des troubles anxieux enfin la personne met en place des stratégies de défense pour contrer ce sentiment, respect de l'ordre...
    Je suis désolée il y aurait encorre pleins de choses à dire et je ne sais pas si je suis arrivée à rester claire tout en restant concise.
    Ps, lis le joueur d'échecs de Zweig qui est magnifique et où on retrouve la situation extreme et le syndrome de vulnérabilité.

  • Merci beaucoup pour toutes ces infos très claires! Je viens de repérer dans ma bibliothèque Le Joueur d'échecs, je vais donc le lire bientôt. J'aurais aimé faire psycho je pense ^_^.

  • à noter donc!

  • Tu peux le noter, en effet! Bises Katell.

  • J'ai découvert cet auteur avec Le parfum. Excellent livre. J'ai enchainé avec La contrebasse que j'ai beaucoup aimé aussi puis j'ai lu le pigeon. Suskind est une très bon auteur. Pas de doute !

  • Il me reste donc La Contrebasse à découvrir!;)

  • J'ai tellement détesté "le parfum" que je n'ai aucune envie de lire autre chose de l'auteur. Ta photo est très belle.

  • Merci Aifelle. Je ne garde que très peu de souvenirs du livre Le Parfum.J'aimerais voir l'adaptation cependant. celui-ci semble fort différent.

  • La posture du pigeon sur ta photo est particulièrement en accord avec ton commentaire sur ce roman.J'ai beaucoup aimé Le Parfum, le thème de celui-ci me paraît intéressant aussi.Bises

  • Le thème est très intéressant même si au départ j'avais peur de m'ennuyer avec ce pigeon! Bises.

  • Un livre que j'ai offert lors d'un swap, mais que je n'ai pas lu. Malgré tout, j'avais bien aimé "Le parfum". Et comme le livre est fin, pourquoi pas ? :)
    Et belle programmation musicale ... une artiste partie bien trop tôt. :(

  • Il me semble avoir vu le swap en question! Pour Lhasa,je suis triste aussi.J'aimais beaucoup son parcours de vie, son enfance nomade,déscolarisée, une belle voix.

  • Le parfum m'avait tellement déçue, j'hésite!

  • Il est un peu surprenant ce livre...différent je trouve du Parfum même si j'ai conservé en vérité peu de souvenirs.

  • Je le note, ça me permettrait peut-être de me réconcilier avec Süskind... Je n'avais pas trop aimé le Parfum...

  • Il est court et surprenant, j'espère qu'il te plaira.

  • J'en ai déjà entendu du bien. Je le lirai ;)

  • J'ai passé un bon moment même si au départ j'étais sceptique...depuis je ne regarde plus les pigeons du même oeil! encore qu'il y en a peu dans mon village!^_^.

  • Ah quelle bonne idée, j'ai adoré le parfum... il faudrait que j'essaye un autre livre de cet auteur !

  • Alors essaie celui-ci!^_^.

  • Émilie m'avait déjà mis l'eau à la bouche avec ce "Pigeon de Süskind, mais ton billet me donne vraiment envie de lire ce roman qui titille mon intérêt ! En plus, si je me souviens bien, c'est un petit roman par le nombre de pages ?!

  • Oui ce roman est court, il se lit très vite Nanne. Bisous.

  • De lui, je ne connais aussi que "Le parfum" qui m'avait bien plu mais dont je ne me souviens plus vraiment non plus; Si ce roman-ci est court, je crois qu'il me plairait bien!

  • C'est un beau petit livre, surprenant au départ.;)

  • J'ai ce livre depuis plusieurs années dans ma pal ! Si si c'est possible !
    Je l'avais acheté après avoir lu Le parfum...
    Suite à ton billet, il va falloir que je fouille dans mes étagères pour le retrouver ! ;-)

  • Je connais aussi les fouilles archéologiques dans mes bibliothèques!^_^.

  • Je n'ai pas aimé du tout le parfum, peut-être préfèrerais-je celui ci ?

  • Il est court donc tu peux toujours tenter ;)

  • encore un auteur que je ne connais pas, mais j'essaie de combler mes lacunes...

  • Tu n'as pas lu Le Parfum? je l'ai si ça t'intéresse ;).

  • j'ai lu un recueil de nouvelles intitulé Un Combat (de Süskind aussi), et je n'ai pas aimé du tout, enfin très peu...


    euh... ta théière serait-elle à vendre? :-)))

  • Tiens Un Combat de Sûskind...ça ne me dit rien du tout...
    Désolée gentille Violette mais ma théière n'est pas à vendre ;) Je l'ai trouvée chez Alin*a.^_^.

  • la théière de la photo sur les contes siciliens bien sûr.... bouhhh, suis fatiguée moi!

Les commentaires sont fermés.