Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 janvier 2010

Sans gravité de Vendela Vida

Vendela 005.jpg
(Triptyque réalisé par Isa)
"Dans ma tête, l'histoire est toujours au présent, elle commence toujours à deux heures et quart. Je me promène le long de l'allée du parc quand j'entends derrière moi un homme dire : "Madame ?". Puis, l'homme,  l'entraînant un peu l'écart, sur un banc, lui pointe un revolver sur la tempe.
"Je veux mourir", "Je veux pas mourir seul"
"Je veux mourir avec quelqu'un."...
Ellis, fraîchement débarquée à New-York, inscrite en histoire de l'art à Columbia, est sortie miraculeusement indemne de cette rencontre. Elle décide de réciter quelques vers de poésie à cet homme et le convainc de ne pas se donner la mort. La jeune étudiante n'en est pas moins profondément ébranlée. Sa vie semble lui glisser entre les doigts, elle a peu d'amis, ne s'entend guère avec sa colocataire et multiplie les relations instables. Cette rencontre perturbe le cours de sa vie et on assiste au point de vue de son entourage sur cet évènement. Chacun juge, émet une hypothèse, tandis qu'Ellis s'interroge.Elle semble seule, emprisonnée dans ses pensées comme  un personnage dans un tableau artistique de Duchamp.
"Je jette un oeil par une fente et aperçois le corps d'une femme nue, prostrée, abandonnée au flanc d'une colline. De la main gauche, elle tient une lampe à pétrole, dont la flamme brûle toujours.
De l'endroit où je suis, je ne vois pas son visage. Il faut que je le voie. Qui lui a fait ça ? Est-ce qu'elle était en train de pique-niquer ?  Je tire fort sur les battants  de bois patiné. Ils ne s'ouvrent pas. Je ne peux voir la femme qu'au travers d'une petite fente, mais je ne peux ni m'en approcher, ni la regarder, ni la toucher."

 

Ma lecture fut laborieuse, voilà une dizaine de jours que ce livre m'accompagne et me laisse perplexe. Je suis restée muette face aux vicissitudes d'esprit de cette étudiante. J'ai aimé son parcours, l'excipit est merveilleux. Ellis avance, Vendela Vida offre le pardon et ce livre se termine sur quelques anecdotes, la vie continue...C'est un beau premier roman mais je suis restée en dehors de l'histoire, un rendez-vous manqué peut-être...

Editions de l'Olivier - Janvier 2005 - traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Adèle Carasso et Stéphane Roques.

Commentaires

De cette auteure, j'ai lu Soleil de minuit et j'ai beaucoup aimé. Je te le conseille. Je n'ai pas lu celui-ci.

Écrit par : BelleSahi | dimanche, 17 janvier 2010

De cette auteure, j'ai lu Soleil de minuit et j'ai beaucoup aimé. Je te le conseille. Je n'ai pas lu celui-ci.

Écrit par : BelleSahi | dimanche, 17 janvier 2010

Je note ce titre alors ;) Pour l'instant, je suis sceptique, pourtant la critique est plutôt élogieuse sur cet auteur.

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 17 janvier 2010

Gloups...deux fois !

Écrit par : BelleSahi | dimanche, 17 janvier 2010

Dommage, le sujet semblait prometteur.

Écrit par : Manu | dimanche, 17 janvier 2010

J'aimais beaucoup le sujet et je ne veux pas être trop "négative " sur ce livre car je pense plutôt à un rendez-vous manqué. ;)

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 17 janvier 2010

Je ne suis pas très tentée par ce que tu racontes.

Écrit par : Aifelle | dimanche, 17 janvier 2010

Je comprends, je reste perplexe, j'ai failli abandonner. Je ne regrette pas d'avoir persévéré car la fin est lumineuse mais j'ai vite envie de me plonger dans une lecture plus sympathique.

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 17 janvier 2010

Aaaah, la chute de ton billet! Jusque-là, ce que tu disais du roman me séduisait assez. Le sujet a l'air fort... mais s'il est traité froidement...
A essayer malgré tout, à l'occasion.
Au passage: j'adore ton triptyque!

Écrit par : Marie L. | dimanche, 17 janvier 2010

J'espère ne pas être trop négative sur ce roman, je suis probablement passée à côté car en général, la critique est plutôt bonne.
Isa a des doigts de fée!;)

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 17 janvier 2010

C'est comme ça avec certains romans, on leur trouve des beautés, mais ils ne correspondent pas à notre sensibilité intérieure.Conservons les beautés !

Écrit par : christine | dimanche, 17 janvier 2010

Je préfère ne retenir que les beautés en effet! (Sur mon bureau, un petit colis prêt à partir, merci pour ta carte ;))

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 22 janvier 2010

Ce que tu en dis ne me donne pas envie de découvrir cette histoire. :/

Écrit par : Leiloona | lundi, 18 janvier 2010

Tu peux passer en effet ;)

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 22 janvier 2010

Ce livre ne t'a pas vraiment séduite finalement... J'attendrai un peu pour découvrir cet auteur !!!

Écrit par : Marie | lundi, 18 janvier 2010

Pourtant beaucoup de lecteurs ont aimé ... alors est-ce un style qui ne me convient pas?

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 22 janvier 2010

je n'ai jamais été attirée par les Editions de l'Olivier... oui, je sais, c'est n'importe quoi!!! :-O :-)

Écrit par : Violette | lundi, 18 janvier 2010

^_^... tu m'amuses Violette!

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 22 janvier 2010

Au moment même où je lisais le résumé je me suis dit ça ce n'est pas pour moi, je ne sais pas si c'est moi mais j'ai toujours l'impression de retrouver des thèmes redondants ...

Écrit par : Emilie | lundi, 18 janvier 2010

Parfois on a cette impression de répétition dans les thèmes, trop de subjectivités aussi...

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 22 janvier 2010

Dommage, le pitch me plaisait mais je fais confiance à ton avis , je ne lirais pas ce livre.

Écrit par : Géraldine | dimanche, 24 janvier 2010

J'espère ne pas être trop négative, je sais que certaines lectrices ont beaucoup apprécié et je n'aime pas donner un avis négatif sur un livre, peut-être n'était-ce pas le bon boment de lecture pour moi...;)

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 24 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.