Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aldabra la tortue qui aimait Shakespeare de Silvana Gandolfi.

Aldabra.jpg
C'est l'histoire d'une petite fille Elisa, qui chaque jour, rend visite à sa grand-mère Eia, à l'autre bout de Venise. Passionnées de théâtre shakespearien, elles passent des après-midi entiers à déclamer. Mais Elisa va être la spectatrice d'une bien étrange métamorphose, car la vieille dame se glisse peu à peu dans la peau d'une tortue géante de l'archipel d'Aldabra.
« L'astuce, pour tromper la mort, c'est de se transformer ».

Tels sont les mots de la surprenante mamie Eia à sa petite-fille. Silvana Gandolfi aborde dans ce roman fantastique et fantaisiste la vieillesse, le rapport entre la mère et son enfant. La grand-mère et la mère sont des thèmes qui sont rarement aussi bien traités, sans ostentation mais efficacement. Et puis il y a Shakespeare, qui reste le fil, le lien entre ces trois générations jusqu'à la scène de dénouement, superbe et si émouvante ! La question de la schizophrénie , thème difficile, est abordée de manière  très réfléchie. Un récit plein de tendresse sur le temps qui passe, mais également sur l’immortalité et les choses qui nous sont vraiment nécessaires pour continuer à vivre.
Un très beau voyage dans l'imaginaire.
Roman publié chez Seuil jeunesse et traduit de l'italien par Nathalie Bauer.
bannière 3.jpg

Commentaires

  • Parmi les romans jeunesse de Silvana Gandolfi que j’ai lus, Aldabra… n’est pas mon préféré. La transformation de la grand-mère me met mal à l’aise. J’ai bien aimé « Un ange gardien avec des lunettes noires », « La mémoire de l’eau » et surtout j’aime beaucoup « Un chat dans l’œil ».

  • Heureuse de te lire ici Bergamote ;). Je ne connaissais pas les autres titres de Silvana GAndolfi. Le thème de la métamorphose est assez surprenant mais l'auteur a réussi à le rendre crédible je trouve. Je note "Un Chat dans l'oeil".

  • Pour une passionnée comme moi de Shakespeare tu me donnes envie de découvrir ce roman... Merci

  • L'auteur cite quelques tirades et tu as de nombreuses références shakespeariennes ;).

  • J'admire la variété de tes billets.J'ai lu "un chat dans l'oeil" et j'avais été entraînée par la dimension fantastique du roman.Celui-ci semble attirant par son aspect culturel.
    J'ai commencé mon cadeau, encore merci-^-.

  • J'admire la variété de tes billets.J'ai lu "un chat dans l'oeil" et j'avais été entraînée par la dimension fantastique du roman.Celui-ci semble attirant par son aspect culturel.
    J'ai commencé mon cadeau, encore merci-^-.

  • C'est le premier roman de cet auteur que je lis, je pense en lire d'autres. Heureuse que mon cadeau te plaise et surprise que la hasard fasse si bien les choses ;).

  • Ah j'ai lu le baume du dragon du même auteur et j'avais bien aimé sa plume ! :)

  • Je note! ^_^.

  • c'est tentant... bien tentant... ces références shakespeariennes sont alléchantes! :-)

  • La lecture fut agréable et surprenante! ;)

  • Décidemment, il y a bcp de livres traitant de la schiso sur la blogo en ce moment. Il me tente bien néanmoins ce bouquin.

  • Le thème est abordé de manière assez curieuse et originale, la douceur du lien tissé entre Eia et Elisa est très beau.

  • Ca a l'air chouette!

  • C'est un bon moment de lecture que j'ai bien apprécié pourtant le fantastique n'est pas ma tasse de thé ;) mais c'est soft ;)

  • Bonjour, a tous, je suis à la recherche de ce livre qui est rupture chez tout les libraires. La professeur de ma petite soeur, lui a demander, nous avons fait toute les libraires, sans le trouver si vous en avez un ou si vous savez ou je pourrais l'acheter informer moi svp URGENT!!!

  • Merci de me laisser votre adresse sur ma boîte mail ninemic@msn.com.

  • Oui la schizophrénie aussi... J'ai comme toi beaucoup aimé ce livre. En as-tu lu d'autres de cette auteure depuis?

  • Je n'ai lu que l'Innocent de Palerme. Je l'apprécie pourtant beaucoup.

Les commentaires sont fermés.