Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 février 2010

La Diagonale du vide de Pierre Péju.

Pierre Péju.jpg

Marc Travenne, designer, décide de ne pas prendre l'avion qui l'emmenait pour un énième voyage d'affaire. Il préfère se réfugier dans un gîte perdu quelque part en Ardèche. Dans cet endroit isolé, il fera la rencontre d' une femme très particulière qui lui racontera sa vie. Une vie faite  d'obéissance et de violence extrême. Elle est allée, là-bas, en Afghanistan et elle a vu des horreurs. Elle a peut-être même participé à ces horreurs. Elle se livrera et expliquera la diagonale du vide. Cette étroite bande de territoire qui partage la France des Landes aux Ardennes et sur laquelle la densité de population est faible et les zones sauvages nombreuses.Travenne va suivre et poursuivre cette aventurière qui, avant d’être enlevée sous ses yeux, a le temps de lui livrer une part de son secret. De rencontres en révélations, Travenne va voir sa vie basculer, découvrant que la diagonale des solitudes traverse aussi l’Afghanistan ou New York. Il nous narre la connaissance d'Irène qui vivait à New York et nous raconte son 11 septembre. Entre la guerre en Afghanistan et l'effondrement du World Trade Center, cela fait déjà beaucoup pour un seul homme mais il faut y rajouter un enfant caché, un village d'enfance où eurent lieu de nombreux suicides et une mère qui perd la tête.

Car notre enfance n’est jamais de l’histoire ancienne. L’enfant que nous avons été, même si nous ne tenons pas à le revoir, même si nous ne l’avons pas convoqué, est soudain là. Il hante notre présent qui se trouble et s’obscurcit. Il a l’éclat légèrement tremblant des revenants.
Enfance pas morte, même si mon adolescence s’est couchée dessus pour l’étouffer. Même si ma maturité, lourde et large, s’est couchée sur mon adolescence. Même si toutes les figures, personnages et visages que j’ai utilisés au cours de ma vie se sont tassés les uns sur les autres, en strates successives, au fil des époques et des saisons, au gré des replis, des élans, des échecs ou des chances.
J’ai souvent songé à une sorte de sonde, tube étroit et résistant qu’il suffirait d’enfoncer verticalement à travers ces couches superposées de ma vie, un peu comme font les glaciologues qui prélèvent des échantillons dans les profondeurs de la banquise en pratiquant ce qui’ls appellent un “carottage”, puis en analysant les gaz contenus dans les bulles figées dans la glace. Sur le long cylindre de mon existence congelée, on pourrait alors identifier différents moments. On ne découvrirait pas des bulles, mais des mots énigmatiques. Des cris, des sonorités, des impressions, des croyances, des traces. Myriades de significations orphelines en suspension dans la gélatine du temps.

 

Voici un roman à l'allure d'une intrigue policière.Mais le héros Marc Travenne n'a rien du détective, on se laisse happer par les confidences où il ne cesse de remettre en question son rythme de vie et de se laisser porter par les péripéties de son destin. Beaucoup de thèmes s'entrecroisent: réflexion sur le temps qui passe, réflexion sur le sens de la vie et l'enquête. Un roman qui s'ouvre sur un sentiment de quiétude, nous emporte sur la route et se clot de manière sereine. Un beau roman que je vous invite à lire tant par la beauté du style que pour la réflexion qu'il suscite.

J'ai retrouvé la belle plume de Pierre Péju, découverte avec La Petite chartreuse.

 

Commentaires

Je ne suis pas bien tentée par les endroits où il ne se passe rien, même en Ardèche qui est si belle. Pour découvrir cet auteur, je lirai plutôt un jour "La petite chartreuse".

Écrit par : Ys | dimanche, 28 février 2010

Je pense que tu fais un bon choix avec La Petite chartreuse, je te conseille également l'adaptation cinématographique que j'ai commentée dernièrement.

Écrit par : mirontaine | dimanche, 28 février 2010

Plus j'avançais dans la lecture de ce livre plus je le trouvais bon.

Écrit par : BelleSahi | dimanche, 28 février 2010

J'ai la même impression que toi Bellesahi.J'ai eu quelques difficultés à entrer dans le récit puis je voulais connaître le parcours de cette femme mystérieuse. Les réflexions de cet homme sont si joliment décrites, avec de belles métaphores.

Écrit par : mirontaine | dimanche, 28 février 2010

J'ai beaucoup aimé "la petite Chartreuse", mais moi aussi le thème des endroits vides ne m'attire pas beaucoup...Je passe mon tour.
Bises

Écrit par : christine | dimanche, 28 février 2010

Certes, le roman a lieu dans un endroit vide mais Pierre Péju a réussi à emmêler des trajectoires de vies très palpitantes.Je pensais aussi lire un roman contemplatif mais il n'en est rien ;).Bises.

Écrit par : mirontaine | dimanche, 28 février 2010

Pourquoi pas tu m'as fait lire la petite chartreuse (d'ailleurs un grand merci pour cette découverte et envie que tu as fait naitre en moi)alors pourquoi pas tenter ce dernier roman.... Je veux une bibliothèque près de chez moi !!!!

Écrit par : Natur-Elle | dimanche, 28 février 2010

J'ai cette chance d'avoir une médiathèque bien achalandée mais j'achète beaucoup de livres malgré tout. Heureuse que tu aies aimé La Petite chartreuse.

Écrit par : mirontaine | dimanche, 28 février 2010

Ah et je vois que tu lis Maudit Karma hihihi il m' a bien fait rire et m'évader.

Écrit par : Natur-Elle | dimanche, 28 février 2010

Pour l'instant, je n'arrive pas trop à entrer dans le récit et ce livre me tombe des mains mais je persiste pour le blogoclub...qui sait peut-être vais-je finir par apprécier!^_^.

Écrit par : mirontaine | dimanche, 28 février 2010

Je n'étais pas très tentée par ce livre, une rencontre avec Pierre Péju m'a fait changer d'avis. Il est sur ma LAL.

Écrit par : Aifelle | dimanche, 28 février 2010

Ce doit être une jolie rencontre. Tu verras ce livre est surprenant.

Écrit par : mirontaine | dimanche, 28 février 2010

Encore un auteur (dont j'entends beaucoup parlé) qu'il me reste à découvrir!


euh... question bête : c'est quoi la "LAL" de Aifelle? ???

Écrit par : Violette | dimanche, 28 février 2010

Je te souhaite de le découvrir car il a une belle plume. LAL= Liste à Lire. PAL= Pile à lire. La pile à lire étant celle où tu possèdes les livres, l'autre est comme une wishlist. C'est rigolo tout ce vocabulaire de la blogosphère. *_*.

Écrit par : mirontaine | dimanche, 28 février 2010

Pierre Péju, un auteur que j'aime beaucoup notamment grace à la petite chartreuse, un magnifique roman qui m'a beaucoup marqué!

Écrit par : Emilie | dimanche, 28 février 2010

Tu as vu l'adaptation cinématographique Emilie? Tu peux te plonger dans celui-ci alors car il est assez envoutant.:)

Écrit par : mirontaine | lundi, 01 mars 2010

L'intrigue ne me tente guère mais ton avis me donne envie. Je retiens tes mots "quiétude" et "sereine". J'ai besoin de ça mais bon... Contrairement à d'autres ce n'est pas "la diagonale du vide" qui m'effraie (j'ai grandi dedans ;) mais plus la partie concernant l'Afghanistan. Je suis un peu soûlée des histoires autour de ce pays. Je note quelque part dans ma tête quand même :)

J'avais beaucoup aimé "La petite chartreuse" mais pas le roman qui avait suivi (et dont le titre m'échappe). Depuis je ne suis pas retournée vers Péju.

Écrit par : Flo | lundi, 01 mars 2010

Le passage sur l'Afghanistan est assez court. Il évoque aussi le 11 Septembre et pour le coup j'ai trouvé ce récit un peu mal à propos, je ne voyais pas trop son utilité.
Bises Flo.

Écrit par : mirontaine | lundi, 01 mars 2010

Le passage sur l'Afghanistan est assez court. Il évoque aussi le 11 Septembre et pour le coup j'ai trouvé ce récit un peu mal à propos, je ne voyais pas trop son utilité.
Bises Flo.

Écrit par : mirontaine | lundi, 01 mars 2010

Je ne connais Péju que de nom... Ce roman m'a souvent intriguée... Je garde donc cette "idée lecture" de côté (pour quand ma PAL sera diminuée)... :)

Écrit par : Marie L. | mardi, 02 mars 2010

J'ai honte de l'ampleur de ma PAL! Je comprends très bien!^_^.

Écrit par : mirontaine | mardi, 02 mars 2010

Le résumé et ton commentaire donnent vraiment envie. je note ce titre et l'entoure !

Écrit par : Géraldine | mardi, 02 mars 2010

Je pense que tu passeras un bon moment de lecture.;)

Écrit par : mirontaine | mardi, 02 mars 2010

Ok :)
Au fait, j'ai lu récemment "Chaos calme" suite à ton billet et bien qu'inégal, le roman m'a plu et contient des moments de grâce indéniables. Merci !

Bizz

Écrit par : Flo | mardi, 02 mars 2010

Très heureuse si cette lecture t'a enchantée. Bises Flo.

Écrit par : mirontaine | mardi, 02 mars 2010

J'hésitais un peu beaucoup, ne connaissant pas vraiment la plume de Peju! Ce sera un peut-être un peu plus concaincu!

Écrit par : chiffonnette | vendredi, 05 mars 2010

J'aime beaucoup Pierre Péju, c'est un style de roman que j'aime beaucoup.

Écrit par : Mirontaine | mardi, 09 mars 2010

J'ai le "Rire de l'ogre" de Pierre Péju qui attend depuis sa sortie en poche d'être lu ! On me l'avait conseillé, de même que "La petite chartreuse" ... Je pense je vais commencer par lire le livre que je possède avant de continuer avec cet auteur. Mais j'ai lu des avis partagés sur la "Diagonale du vide", du bon et du moins bon. Ton billet me fait quand même envie !

Écrit par : Nanne | vendredi, 05 mars 2010

Je n'ai pas encore lu "Le Rire de l'ogre" mais je le garde en mémoire.

Écrit par : Mirontaine | mardi, 09 mars 2010

lu et aimé. j'aime l'extrait que tu as choisi

Écrit par : lucie | samedi, 08 mai 2010

C'est un bon moment de lecture, peu d'actions mais j'aime beaucoup ce style contemplatif, un peu à la manière de Delerm...

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 09 mai 2010

Les commentaires sont fermés.