Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 mars 2010

Le Goût des pépins de pomme de Katharina Hagena.

pomme.jpg
A la mort de Bertha, sa petite-fille Iris, hérite de la maison de famille dans le nord de l’Allemagne. Bibliothécaire à Fribourg, cet héritage l’encombre. Mais en visitant la maison, de nombreux souvenirs de son enfance lui reviennent en mémoire. On découvre alors l’histoire émouvante et rocambolesque de trois générations de femmes : sa grand-mère, sa mère et ses soeurs et elle-même. Des destins liés par de nombreux secrets…
J'ai repéré ce roman chez Aifelle. Je trouvais cette couverture très jolie et puis l'histoire de la famille et les réminiscences d'Iris m'intriguaient. Ce roman ressemble à la madeleine de Proust: chaque objet rappelle à la mémoire d'Iris un ensemble de souvenirs. Une toile se tisse entre tous les personnages féminins, la trame narrative est toute en sensibilité.
"Plus les mailles se distendaient dans la mémoire de Bertha, plus gros devenaient les fragments de souvenirs qui s'échappaient à travers. Plus la progression progressait dans sa tête, plus extravagantes devenaient les choses qu'elle tricotait, des choses dont les bords, parce qu'elle laissait continuellement des mailles de côté, en entrecroisait d'autres ou en tricotait de nouvelles, croissaient et se recroquevillaient en tous sens, béaient et feutraient et se défaisaient de partout."

 

Iris détricote le fil de la vie des trois soeurs sorcières, sa mère et ses tantes, comme celles de Macbeth. Les trous de mémoire sont devenus tricots. La narratrice découvre dans cette maison les petits  bouts de fil qui mènent à la vérité sur l'histoire d'une famille.
"En revanche, était-il raisonnable de chercher la vérité précisément là où l'oubli n'était pas? La vérité ne se cachait-elle pas avec prédilection dans les failles et les trous de la mémoire, Mais les mots, au bout du compte, ne m'avançaient pas à grand chose." 

Iris nous emmène au fil des pages au creux de cette maison, aux abords d'un jardin magnifique, en quête d'une âme, celle de la maison qui renferme tant de doux moments, tant de silences et de secrets.

"Quiconque oublie le temps cesse de vieillir. L'oubli triomphe du temps, ennemi de la mémoire.Car le temps, en définitive, ne guérit toutes les blessures qu'en s'alliant à l'oubli." 

Voici un magnifique roman qui vous emporte pour découvrir cette maison dans laquelle je me suis réfugiée le temps d'un  week-end. Partez à votre tour à la découverte  d'Iris, Bertha, Inga, Harriet et Christa...tant de femmes si mystérieuses qui ont partagé le même verger.

Merci Aifelle. Ce livre voyageur reprend sa route, j'espère qu'il ravira chacune des lectrices lors de ses escales.

Découvrez la playlist Stacey Kent avec Stacey Kent

dimanche, 28 mars 2010

Swap au long cours 2010

afrique.jpg
Premier échange dans le cadre du Swap au long cours pour l'année 2010 organisé par Bladelor . Ma binomette est Katell car nous souhaitions toutes les deux poursuivre cette aventure. Nous avions déterminé notre thème pour ce premier rendez-vous: la découverte d'un continent l'Afrique.
Je connais peu la littérature africaine, je n'ai lu qu'un roman de Léonora Miano. En revanche, j'aime beaucoup les sculptures d'Ousmane Saw suite à un projet d'école et j'ai souhaité partagé mon admiration pour cet artiste avec Katell.
Voici de bien jolis paquets et je souriais en lisant la note de Katell ce jour qui explique son respect des emballages et son souhait de donner une seconde vie en classe avec les enfants pour des réalisations artistiques. Il en est de même pour moi et avec Petit Korrigan nous nous apprêtons à réaliser un tap-tap africain en utilisant tous ces beaux papiers!
Afrique 1.jpg
Je voulais découvrir la littérature d'Afrique du Sud. Katell a choisi pour moi quelques auteurs: J.M. Coetzee, Hampaté Bâ, Florent Couad-Zotti et un Alexander Mc Call Smith avec une enquête au Botswana! Je suis comblée, le tout est accompagné de marque-pages à l'effigie des oeuvres de Marso illustrant l'art africain.
Afrique 003.jpg
Katell a pensé à mon Petit Korrigan comme toujours! d'ailleurs il attend les colis "SPAP" avec impatience! Un Philippe Corentin à découvrir en suivant les aventures de Zigomar et Pipioli, et un poème Wolof dans la magnifique collection Petits Géants du monde chez Rue du Monde.
"Elle est gentille saperlipopette, elle a même trouvé des chocolats d'une poule africaine".
                                                                             Petit Korrigan (sic!)
  
Afrique 004.jpg
Quelques délices et saveurs au parfum d'Afrique: pois du Cap, bâtons de cannelle, thés noirs Edit de 18H: après dégustation c'est du roobïos,choc'fleurs et chocolat noir au piment d'espelette! Et puis ...
Afrique 006.jpg
 alors là, nous allons tous de nos hypothèses: gingembre confit? sucre? (monsieur Mirontaine s'interroge encore...,nous sommes incultes en gastronomie africaine!), aidez-nous! EDIT DE 18H: c'est du gingembre confit après dégustation, je me suis lancée courageusement face à deux hommes dubitatifs! c'est parfait pour une future recette de moelleux au choco!
Un grand merci à katell pour le temps et le coeur mis dans ce colis tandis que le Trieux et sa maison étaient en peine. Merci à Bladelor pour ce sympathique Swap au long cours!LogoSwapLongCours2010.jpg
A très vite pour un autre rendez-vous cet été , le deuxième épisode de ce swap au long cours, nous partirons à la découverte de la poésie d'un pays! En attendant, j'écoute Amadou et Mariam, la musique qui m'a accompagnée pendant toute la préparation de ce swap!(tandis que Petit Korrigan s'adonnait aux plaisirs du djembé en dandinant du popotin!) 
                      
Découvrez la playlist Afrique avec Amadou & Mariam

mercredi, 24 mars 2010

Des Bibliothèques pleines de fantômes de Jacques Bonnet.

Bibliothèques 001.jpg

Avez-vous peur de mourir dans votre sommeil, enseveli sous l'écroulement de votre bibliothèque ? L'accumulation de livres ne met-elle pas en danger l'existence même de votre famille ? Classez-vous les volumes par thème, langue, auteur, date de parution, format ou selon un autre critère de vous seul connu ? Peut-on faire voisiner sur une étagère deux auteurs irrémédiablement brouillés dans la vie ? Autant de graves questions se posant à cette espèce en voie de disparition : les bibliomanes, qui, outre la passion de posséder les livres, ont celle de les lire. Les bibliothèques sont des êtres vivants à l'image de notre complexité intérieure. Elles finissent pas composer un labyrinthe dont pour notre plus grand, et dangereux, plaisir, nous pouvons très bien ne plus sortir. Dans ce petit traité sur l'art de vivre avec trop de livres apparaissent, parmi nombre d'autres, Pessoa tentant de devenir bibliothécaire, Matisse postulant au poste de " contrôleur du droit des pauvres " ou encore le capitaine Achab et le mystère de sa jambe abandonnée à Moby Dick. En fait, ces milliers de pages qui occupent nos étagères sont peuplées de fantômes bien vivants qui, une fois rencontrés, ne nous quittent plus.

Voici ce que nous révèle la quatrième de couverture de cet essai repéré chez de nombreux lecteurs. J'avais très envie de me plonger dans les confidences de ce bibliomane et la superbe couverture m'incitait à découvrir toutes ces bibliothèques. Un livre sur les livres...difficile de résister pour une passionnée!

Jacques Bonnet possède des dizaines de milliers de livres, j'en suis loin mais son intérêt pour les bibliothèques, sa manière érudite de nous les présenter m'a vraiment séduite.Il évoque le choix des livres, les typologies de livres mais aussi la manière de les classer. Beaucoup d'anecdotes fourmillent notamment celles du "fantôme".

"Fantôme: feuille, carton que l'on met à la place d'un livre sorti d'un rayon de bibliothèque, d'un document emprunté." Petit Larousse.

 

J'ai aimé sa façon d'aborder les livres "non scolairement prescrits" comme L'Ecume des jours de Boris Vian à sa sortie. J'ai souvent eu des difficultés à apprécier les lectures imposées pendant ma scolarité. J'aime les retrouver désormais en ne cherchant plus à décrire la focalisation et les figures de styles.

Grâce à cet essai, j'ai très envie de découvrir les romans d'Alberto Manguel:

 

 

  • Une histoire de la lecture, Actes Sud, 1998 (Prix Medicis de l'essai)
  • Journal d'un lecteur, Actes Sud, 2004
  • La Bibliothèque, la nuit, Actes Sud, 2006

Merci Mariel pour ce prêt!

Ce livre me donne l'envie de faire le point sur mes bibliothèques. On en trouve dans chacune des pièces de la maison.(Clic clic sur les photos)

Bibliothèque collage.jpg
Celles du salon abritent les livres de littérature, les albums de jeunesse, les livres voyageurs...
On trouve les érudits, mes livres d'ancien-français du temps où Greimas me tenait compagnie pendant mes années de recherches en philologie. Je traduisais la Geste des Lorrains.
Bibliothèques 004.jpg
(Vous pouvez observer l'ombre de mon chien qui m'assiste toujours dans mes prises de photos!)
Et puis on trouve parfois des livres dont on ne sait se séparer, je les appelle mes chatons. Une fois, j'eus l'idée de les remettre dans une bouquinerie de la ville voisine. Les bras chargés, j'explique à la bouquiniste l'amour que je porte à mes livres, mon attachement à leur lecture, au fait qu'ils marquent bien souvent une anecdote de ma vie...Parfois un Orban très peu intéressant aurait fait de la place dans ma bibliothèque...mais il me rappelle ce dimanche où je l'ai lu, assise dans mon petit appartement, une heure avant de rechercher mes résultats de grossesse...Alors je suis repartie avec mes livres sous le bras comme si je revenais de la SPA, sur le point d'abandonner quelques chatons avant de renoncer!
Biblio collage.jpg
Bibliothèques 020.jpg
On retrouve également une partie de la PAL actuelle...
Bibliothèques 007.jpg
Et puis les "orphelins" ceux collectés à Emmaüs pendant mes études de lettres, des classiques pour la plupart. Des livres, issus de brocantes, déposés sur une table par  mio padre, certain de me faire plaisir de cette manière.
Bibliothèques 026.jpg
Et puis la bibliothèque de mon bureau,tour à tour celle d'une professeur de lettres , d'une professeur d'école et d'une maîtresse en pyjama depuis que j'enseigne par correspondance. C'est celle que j'ouvre le moins...tout simplement depuis qu'une enfant que j'accompagne ( je dis "enfant" plus "élève" et j'apprécie cette liberté!), une enfant tzigane est restée perplexe face à un problème de mathématiques proposé en remédiation dans un de ces livres.
"Madame M., vous savez les problèmes qui parlent de poules et d'oeufs à partager, je m'en fiche un peu dans mon camp. Nous les voleurs de poules, on a plutôt des problèmes de bâches!"
Depuis j'ouvre de moins en moins les livres scolaires et cherche sous mon chapeau des problèmes plus "terre à terre" pour des enfants libres dont le périmètre de clôture n'a aucun sens face à l'immensité de leurs parcours.
Bibliothèques 014.jpg
 Voilà un petit aperçu de mes bibliothèques sans compter les livres "SDF" qui sont encore dans des cartons...A venir un billet sur les bibliothèques du Petit Korrigan, celle de la cuisine...
bblio collage.jpg
Découvrez la playlist Livres avec Kings of Convenience

lundi, 22 mars 2010

En passant

printps.jpg
Pour honorer la venue du Printemps, quelques fleurs se sont invitées à mes fenêtres... A l'intérieur, je suis plongée dans les livres: les voyageurs qui sont en escale chez moi (merci Mariel, Aifelle et Nanne), ceux d'italien qui occupent mes matins, ceux d'Anne-Marie Jobin qui animent mes soirées ...et puis les albums jeunesse qu'un Petit Korrigan m'apporte gaiement...Ouvrir la porte aux amis, remplir la maison de rires, de lectures et de doux moments.
Penser à l'aube du Printemps à cette citation de Balzac que j'ai souvent recopiée dans mes cahiers:
"Je me réjouissais en pensant que j'allais vivre dans le monde des livres et des idées, dans une sphère inaccessible, sphère de travail et de silence, où je me bâtissais, comme les chrysalides, une tombe, pour renaître brillant et glorieux...J'allais risquer de mourir pour vivre."

vendredi, 19 mars 2010

La Vie silencieuse de Marianna Ucria de Dacia Maraini.

marianna 003.jpg
"Trembler avec les personnages qui circulent entre les pages, boire le suc de la pensée d'autrui, éprouver en miroir l'ivresse d'un plaisir qui appartient à un autre. Exalter ses propres sens à travers le spectacle toujours répété de l'amour en représentation, n'est-ce pas aussi de l'amour? Quelle importance si cet amour n'a jamais été vécu directement en face à face? Assister aux entrelacements de corps étrangers mais si proches et connus par la lecture, n'est-ce pas comme les vivre, ces enlacements, avec le privilège en plus de rester maître de soi?"
                                                                                                                                                       
La jeune Marianna Ucrìa, devenue sourde et muette à l'âge de cinq ans, brisée par un douloureux secret, vit murée dans son silence. Pour communiquer avec le monde, à défaut de parler et d'entendre, Marianna choisit la lecture et la connaissance. Elle se réfugie dans la bibliothèque où, influencée par les idées des Lumières, elle découvre la vie. C'est dans ce savoir qu'elle trouvera le courage d'affronter la vérité sur son infirmité. Après des années de silence et de solitude, sur cette île où tout est extrême, la splendeur et la misère, la tendresse et la violence, Marianna Ucria se révélera et apprendra à conquérir sa liberté.

On suit l'apprentissage de Marianna, son destin au fil des pages, des années passées dans le couloir des chambres d'enfants comme un chemin de croix. Elle cherche à comprendre les silences.
Dacia Maraini, d'une plume sensible,
fait surgir la vie d’une femme en quête de sa liberté dans un univers qui glisse, comme  les images d'un vieux tableau oublié. Marianna porte un lourd secret dans son silence.

Lentement, elle va prendre conscience de sa condition, de sa caste et de toutes les rigidités sociales qui la contraignent, jusque dans ses sentiments les plus intimes. Il lui faudra toute une vie pour apprendre à aimer et pour gagner une liberté qu'elle n'aurait jamais pu envisager. Désormais, le silence n'est plus un enfermement, mais une ouverture sur le monde.

Je vous invite vivement à découvrir le monde silencieux de Marianna Ucria. J'aimerais beaucoup visionner le film réalisé par Roberto Faenza pour voir le Palerme du XVIII ème siècle.

Roman traduit par Donatella Saulnier.

Merci Christine!

bannière 3.jpg

lundi, 15 mars 2010

Un livre Hervé Tullet

Tullet.jpg
 
Un petit tour dans ma librairie lilloise préférée: "Le Bateau livre". Repérer les nouveautés et s'arrêter sur ce dernier album d'Hervé Tullet. Une merveille d'album intéractif. L'histoire d'un petit point jaune qui m'a rappelé l'album Petit-Bleu et Petit-Jaune de Leo Lionni et de beaucoup d'autres points de toutes les couleurs...à compter, à déplacer d'un clic, à secouer. On peut changer les couleurs, souffler...ce livre est magique!
Un Livre d'Hervé Tullet chez Bayard Jeunesse.
La preuve! ce petit partage ...le soir dans la chambre d'un Petit Korrigan content:


podcast

 
 
défi album.jpg
4#24

mercredi, 10 mars 2010

Hänsel et Gretel des frères Grimm illustré par Mattotti.

Hanzel.jpg
J'étais curieuse au sujet de cet album Hänsel et Gretel, célèbre conte des frères Grimm, illustré par Lorenzo Mattotti, auteur culte de la bande dessinée underground.
Suite à une commande pour le New Yorker, Mattotti rélise à l'encre de chine des toiles d'un mètre de haut pour offrir au conte des images de narration. Son travail n'est donc pas destiné aux enfants à la base, l'illustrateur était donc libre d'utiliser ce medium complexe qui ne donne pas droit à l'erreur.
La fable terrorisante prend toute son ampleur grâce aux mises en scène naturelles et rapides, d'une puissance incroyable. Le travail de perspective est fascinant, la construction en profondeur, le rapport entre les volumes. Chaque toile raconte une histoire et livre la force des images, toute la noirceur du conte est ainsi valorisée. Il s'agit d'un album libre, extrême dans ses choix d'aborder le thème de la peur. Le noir est mystérieux, il ne se raconte pas. J'ai su apprécier cet album en découvrant les techniques de Lorenzo Mattotti, sa volonté de mettre en  lumière l'angoisse comme une étape de la vie.
Je ne reviens pas sur le conte des frères Grimm, à l'origine de la figure de l'ogre. Je souhaite avant tout commenter l'univers inquiet de Mattotti et ses choix judicieux et surprenants.
Hänsel et Gretel de Jacob et Wilhelm Grimm, traduit par Jean-Claude Mourlevat et illustré par Lorenzo Mattotti chez Gallimard Jeunesse.
Merci catherine!
défi album.jpg
3#24

mardi, 09 mars 2010

Exit le fantôme de Philip Roth.

Roth.jpg
Exit ghost fait  référence à une didascalie de Shakespeare dans Hamlet. Le fantôme qui doit quitter la scène, c’est sans doute Nathan Zuckermann, le double de l’écrivain, bien diminué par la vieillesse.
Âgé de 71 ans, opéré d’un cancer de la prostate, qui l’a rendu impuissant –à son grand désespoir – et incontinent, Nathan Zuckermann s’est retiré pendant onze ans dans un coin perdu des Berkshires, "ayant pris la décision de vivre loin de tout", cultivant la solitude, se consacrant à la lecture et à l’écriture.
 Il revient à New-York pour une intervention bénigne, censée retarder un peu sa déchéance physique. On est en 2004, juste après la réélection de Bush. Il retrouve la compagne d'un ami écrivain,E.I. Lonoff, une femme déboussolée et tourmentée. Il fait aussi la connaissance d’un jeune couple d’écrivains, avec qui il envisage un échange de maisons, et devient fou de désir pour la superbe Jamie, si attirante dans l’éclat de ses trente ans…
Est-ce le
temps du renouveau? Celui d'un nouveau départ? Tout semble possible...Mais le monde a changé.
Nous les gens qui lisons et écrivons, nous sommes finis, nous sommes des fantômes qui assistons à la fin de l’ère littéraire.
Évoquant "l’avidité frénétique de la pulsion biographique" incarnée par le personnage de Richard Kliman, Nathan s'indigne contre cette " deuxième mort " qu’est une biographie:
"licence d’exploitation d’une vie qui est fixée à jamais dans l’esprit des gens…châtiment d’une inquisition menée par le biographe".
Une certaine distance s'impose face à la politique du pays:
"ayant vécu captivé par l’Amérique pendant près de trois quarts de siècle, j‘avais décidé de ne plus me laisser prendre tous les quatre ans par des émotions d’enfant – des émotions d’enfant et une douleur d’adulte".
Un beau rendez-vous avec le temps, un peu d'humour acide, une belle réflexion sur la littérature et les mystères de l'écrivain: un bel opus assez mélancolique mais néanmoins très captivant. Je découvre Philip Roth suite à son passage sur le plateau de La Grande librairie, je ne suis pas très littérature américaine mais j'ai bien apprécié sa vision de l'Amérique actuelle.

Escapade

de panne.jpg
Prendre le large...longer la côte belge, s'offrir de belles balades à De Panne, se ressourcer face à la mer du Nord, sentir l'air marin, repérer des étoiles de mer, quelques coquillages, déguster des pralines à De Haan, prendre le tramway pour découvrir Ostende, penser à La Rêveuse d'Ostende d'E. E. Schmidt, observer les mouettes, prendre son temps, le temps de lire dans une bouquinerie,de manger face à la mer à Nieuwpoort, savourer tout simplement ...

lundi, 01 mars 2010

Il était une fois...le swapôcontes!

swapocontes.jpg
(clic clic)
Le swap'ô contes est arrivé! C'est Gio  qui était ma swappeuse et j'en suis ravie!
Côté livres: Mes grands contes classiques chez Nathan où l'on retrouve les plus beaux contes de Grimm, de Perrault et d'Andersen. J'aime beaucoup les illustrations, elles sont différentes pour chaque conte et Petit Korrigan s'amuse à retrouver des illustrateurs connus pour d'autres albums.
Mystère de Marie-Aude Murail, illustré par Serge Bloch était de la partie. J'affectionne beaucoup les textes de cet auteur, aussi je pense que cette réécriture malicieuse de conte a tout pour me satisfaire. 
swapocontes1.jpg
En ouvrant grand les yeux, nous avons trouvé une boîte magique qui révéla bien des trésors oubliés:
-Une graine de haricot magique confiée sous le sceau du secret par le célèbre Jack! Petit korrigan s'est empressé de planter la graine et l'arrose chaque matin!
-Une tuile en chocolat du toit de la sorcière qui, jadis, captura Hansel et Gretel! J'adore ces tuiles-là au chocolat et aux écorces d'orange!
-La petite théière qu'utilisa Alice lors de sa folle tea party! Voilà qui est parfait pour une grande consommatrice de thé! J'ai très envie de relire Alice avant Avril...
-Un des deux lutins qui aidèrent le brave cordonnier! Oh la jolie bougie!
-Le véritable miroir qui causa la perte de Blanche-Neige! Je l'aime ce petit miroir La Marelle en papier!
-Une pomme sans doute empoisonnée!
-Les petites galettes qui n'arrivèrent jamais chez la mère-grand! Elles sont au miel, fondantes et délicieuses!
swapocontes2.jpg
Petit korrigan fut ravi de découvrir des gommettes sur le thème des contes de fées et moi des images pour "la fée des écoles" que je vais glisser dans chacune des copies du bout du monde!
Un grand merci Gio pour toute cette imagination, voici un swap comme je les aime: découvertes, recherches et partage furent au rendez-vous!
J'ai pris beaucoup de plaisir à préparer ce swap, j'ai appris beaucoup en relisant les contes classiques, en cherchant un fil rouge. Je souhaite poursuivre ce swap avec Gio en lui proposant une lecture commune sur le thème de la réécriture du conte avec Pierre Dubois.
 Merci beaucoup  Emmyne et Gio .
                              swapocontes