Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 18 avril 2010

Ce que je sais de Vera Candida de Véronique Ovaldé.

vera candida.jpg
(Collage réalisé en mixed-media)
Quel beau livre, je suis encore bouleversée par cette lecture. Il est difficile de donner ses impressions  sans ternir la beauté de ce roman.
Le roman s'ouvre sur le retour de Vera Candida à Vatapuna, quelque part dans une Amérique du Sud imaginaire. Elle remonte le temps pour nous confier l'histoire d'un gynécée très particulier formé par trois générations de femmes:
~ Rosa Bustamente ,la grand-mère prostituée, qui ne peut avoir d'enfant avant quarante ans. C'est la femme magnifique, forte, mais sujette au carcan propre à son sexe.
~ Violette, la fille et la mère éphémère. C'est la femme simple, celle dont la vie semble loupée. Celle qui ne changera rien à l'histoire des femmes si ce n'est en donnant naissance à Vera Candida.
~ Vera Candida, la téméraire qui décide de quitter l'île natale. Avec elle, naît cette possibilité d'un affranchissement. C'est lhéroïne du roman, celle qui porte les secrets des générations précédentes, celle qui donne aux femmes cette possibilité de se libérer de ce carcan, notamment avec une autre figure féminine incarnée par sa fille.
"C’est très difficile, pensait Vera Candida, d’oublier que votre enfant est un organe siamois de l’un des vôtres, c’est très difficile de ne pas le considérer tout le temps comme un membre supplémentaire et parfait de votre propre corps ".

 

Ce qui relie ces trois générations de femmes est teinté par le mal, la soumission et la pauvreté. Pour fuir ce cercle infernal, Vera Candida va partir pour Lahomeria. Avec sa soif de liberté, elle part pour braver les précédentes téméraires qui se sont abstenues. Elle va quitter l'île tropicale où le climat est lourd. Chaque description offre au lecteur une plongée dans cette île magnifiquement construite, avec sa végétation exeptionnelle mais la chaleur est tellement accablante et propice au pourrissement qu'il faut vite s'extraire de ce lieu.
"Mais un jour ce qui devait arriver arriva : un petit garçon de Vatapuna attendait Rose au retour de sa pêche. Il était assis sur la plage, il la regardait venir du large à l'abri sous son chapeau de paille verte. (Cette paille n'est pas encore mûre et elle mûrit sur la caboche. Le chapeau change insensiblement de couleur jusqu'à devenir marron, c'est un plaisir pour les yeux et une surprise quotidienne, un couvre-chef comme ça; la paille dore puis brunit et, pour que le processus s'arrête, il faut la baigner chaque jour dans de l'eau citronnée. Comme les enfants portent souvent ce genre de chapeau à Vatapuna, ils  dégagent tous une délicate odeur de citronnade. Mais trêve de couleur locale)."
On se sent très proche de ces femmes, dans la transmission de leurs secrets.Véronique Ovaldé propose des silences à partir desquels il faut avancer. Nous sommes à mi-chemin entre la soumission volontaire et l'émancipation illusoire du deuxième sexe. C'est compliqué d'être une femme. Dans Déloger l'animal, l'auteur proposait le point de vue d'une petite fille, avec Vera Candida c'est l'histoire d'une femme dans sa quête d' émancipation. La présence d'Itxaga est très belle dans ce portait merveilleux des trois femmes. Je refeme ce roman la tête pleine d'images ovaldesques et c'est sublime!
Roman paru en juin 2009 aux Editions de l'Olivier.
Catherine, tu m'as offert ce livre en annotant "Pourvu qu'il soit aussi bon que les précédents", ce roman est tout simplement magnifique, le chapitre "L'épine dans les pétales de rose" m'a beaucoup émue. Merci pour ce merveilleux moment de lecture.

Commentaires

J'ai prévu de le lire .. tôt ou tard. J'ai failli me le faire dédicacer au salon du livre et puis non .. un reste de raison, je l'ai reposé. (j'aime beaucoup la vignette que tu as mise en haut à gauche.)

Écrit par : Aifelle | dimanche, 18 avril 2010

J'aurais aimé la rencontrer et lui parler de ce livre...
Merci, j'aime bien cette image, je fais beaucoup de mandala et celle-ci est très jolie.

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 18 avril 2010

Je l'ai vu à la bibliothèque, je vais l'emprunter.J'espère que je ne serai pas déçue!Bises:)

Écrit par : christine | dimanche, 18 avril 2010

J'aimerais bien en discuter avec toi après ta lecture alors.Bonne semaine Christine!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 18 avril 2010

C'est vraiment une belle lecture! J'aime bien ton montage! Qu'est-ce que c'est que ces Mango Pickle que tu as mis sur l'image? Quelle est cette langue utilisée?

Écrit par : Mango | dimanche, 18 avril 2010

C'est une écriture indienne! Ce n'est pas vraiment tropical mais l'univers coloré correspondait bien à l'oeuvre. Tiens d'ailleurs, j'ai revu le film Frida Kahlo...je trouvais une similitud entre ces femmes et l'artiste.

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 18 avril 2010

Je l'avais noté il y a quelques mois quand tout le monde l'avait lu dans la blogosphère ... Et j'ai une amie qui m'en a encore parlé la semaine dernière... donc, je l'ai réservé à la bibliothèque. Dès que je le reçois, je me plonge dans cette lecture !

Écrit par : Kikine | lundi, 19 avril 2010

Tu verras, on entre vite dans la vie de ces trois femmes et on en sort sourire aux lèvres!

Écrit par : Mirontaine | lundi, 19 avril 2010

Un régal pour moi aussi. J'adore la mise en situation de tes livres, c'est toujours très joli.

Écrit par : Stephie | lundi, 19 avril 2010

Merci Stephie!J'aime bien recréer un univers autour du livre afin de l'illustrer.

Écrit par : Mirontaine | lundi, 19 avril 2010

Pas encore lu celui-ci de Ovaldé mais je l'avais rencontré en live et elle était bien sympa. Après la lecture de "Déloger l'animal" et de "Et mon cœur transparent", je ne peux que vouloir persévérer dans cette voie. Bientôt j'espère !

Écrit par : Mélopée | lundi, 19 avril 2010

Je vais lire "Et mon coeur transparent" tantôt!Elle doit être fort agréable à rencontrer d'après ce que je vois en interview.

Écrit par : Mirontaine | mardi, 20 avril 2010

Je suis vraiment ravie qu'il ait pu te plaire. C'est grâce à toi que j'ai connu l'univers fantaisiste de V Ovaldé.
Quel plaisir de recevoir ce matin en ce début de vacances "Margherita dolcevita"!Un grand merci Mirontaine, j'adore les surprises!!!!!!!!!!!!!Merci, merci ma gentille fée!!!!!!!!!!Je me réjouis d'avance d'attendre la sieste de p'tit Paul afin de commencer en tte quiétude la lecture de ce roman.Bizzzzzzzzzzzzz.
PS Un détail technique....après cette escale picarde vers qui puis je le renvoyer?

Écrit par : Catherine | mardi, 20 avril 2010

Contente que Margherita soit parvenu. Je t'informe par mail ou au téléphone(^_^) de l'adresse suivante!Bonne semaine de vacances, profite bien de ce temps avec Paul.Bisous.

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 21 avril 2010

C'est un roman que j'ai trouvé très particulier. Facile à lire. Mais paradoxalement, une fois n'est pas coutume, j'ai éprouvé beaucoup plus d'empathie pour l'amoureux transi de Véro plutôt que pour ces 3 portraits de femme... ;-)

Écrit par : Marie | mardi, 20 avril 2010

Je comprend bien ton sentiment, comme toi j'étais peinée par l'attitude de Vera Candida face à Itxaga. Ce personnage masculin semble plus altruiste que ces dames, mais sous couvert de la souffrance endurée, on leur pardonne.

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 21 avril 2010

Je te rejoins encore une fois ! :))
Et oui, il m'est aussi très difficile de parler des livres que j'ai aimés. ;)

Écrit par : Leiloona | jeudi, 22 avril 2010

J'ai souvent peur d'être maladroite dans le choix des mots face au talent de l'auteur!;)

Écrit par : Mirontaine | samedi, 24 avril 2010

c'est drôle je n'ai pas reussi à accrocher, mais je comprends qu'on puisse aimer...

Écrit par : bel gazou | jeudi, 22 avril 2010

C'est l'univers fantaisiste ou l'histoire en elle-même qui ont entâché cette lecture?

Écrit par : Mirontaine | samedi, 24 avril 2010

Une auteur dont j'entends de plus en plus parler, pour un prochain achat! ;-)

Écrit par : Emilie | vendredi, 23 avril 2010

Son univers est surprenant, j'aime beaucoup le style!

Écrit par : Mirontaine | samedi, 24 avril 2010

J'ai envie de lire ce livre, maintenant que j'ai lu plusieurs billets positifs, mais j'hésite toujours ! Je pense que je vais regarder du côté de la médiathèque voir s'ils le possèdent ou alors attendre sagement sa sortie en poche ... Belle dolce vita, Mirontaine en ce week end printanier et doux !

Écrit par : Nanne | samedi, 24 avril 2010

Je t'invite vivement à le lire!

Écrit par : Mirontaine | lundi, 26 avril 2010

Je n'avais pas aimé les romans que j'avais pu lire de sa plume, mai ce que j'entends dire sur Vera Candida m'intrigue malgré tout! Ce sera sans doute ma tentative de la dernière chance!

Écrit par : chiffonnette | lundi, 26 avril 2010

oh j'espère qu'il réussira à te convaincre. L'univers est surprenant, il est vrai...mais cette histoire m'a emportée!

Écrit par : Mirontaine | lundi, 26 avril 2010

Ma maman a lu ce livre il n'y a pas longtemps et elle l'a beaucoup aimé. Tous ces avis me donnent envie de m'y plonger à mon tour, pourquoi pas dans les mois à venir :)

PS: Alors Pénélope? Tu as aimé? (j'espère que oui ^^)

Écrit par : The storybook girl | mardi, 27 avril 2010

Je pense que l'univers te plairait ;)
(J'ai bien aimé !!! )

Écrit par : Mirontaine | mardi, 27 avril 2010

J'ai adoré ce livre: quelle poésie, quelle beauté, quelle émotion!! J'avais été séduite par l'auteur entendue à la radio: sa voix, sa façon de parler...je n'ai pas été déçue!

Écrit par : lancellau | jeudi, 29 avril 2010

Je suis heureuse de voir mon enthousiasme partagé à l'issue de cette lecture.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 30 avril 2010

Il est dans ma wish-list! J'ai hâte de la lire.

Écrit par : lounapil | samedi, 01 mai 2010

Ne tarde pas ;) C'est un très bon moment de lecture.^_^.

Écrit par : Mirontaine | samedi, 01 mai 2010

Un délicieux roman ! Je relirai cet auteur avec plaisir (et crainte aussi de ne pas aimer autant ses autres livres.)

Écrit par : Leiloona | mardi, 25 mai 2010

Contente que tu aies partagé ce plaisir de la lecture!

Écrit par : mirontaine | mardi, 25 mai 2010

Les commentaires sont fermés.