Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 juin 2010

L'Avant-dernière chance de Caroline Vermalle.

vermalle.jpg
"Son corps raccommodé se tenait encore, avec un peu de mal, certes, mais il tenait. Mais l'homme à l'intérieur, il n'était plus debout depuis bien longtemps. Il attendait, presque vaincu d'avance, que les pronostics se réalisent, que les statistiques soient démontrées, que les probabilités le frappent. Mais rien ne venait, alors il avait décidé de partir à la rencontre des probabilités. Quatre-vingt-trois ans, un corps malmené de tous les côtés, trois mille cinq cents kilomètres et deux mois d'expédition.Le calcul était tellement vite fait que ça l'avait même étonné que Charles insiste pour qu'il parte avec lui. Il devait la faire cette grande boucle, avant que les escadrons d'aides médicales débarquent, avec leur artillerie d'humiliations bien intentionnées, et qu'elles lui prennent tout, jusqu'au dernier geste."

A Londres, Adèle, sur un tournage de film, reçoit un texto surprenant: son papi, mort quelques jours auparavant, lui souhaite un joyeux anniversaire.

Adèle va remonter le fil des souvenirs et évoquer au fil des 246 pages le dernier périple de son grand-père Georges. Accompagné de son voisin Charles, ils décident tous deux de conjurer le sort de la vieillesse et de la routine du quotidien en réalisant un tour de france en voiture. On les accompagne au fil de leurs étapes pour découvrir une Bretagne magnifique.

Inquiète pour la santé de son aïeul, Adèle lui fait promettre de lui envoyer des nouvelles tous les jours par texto. Cette correspondance virtuelle entre Adèle et son grand-père est tendre. L'échange de textos apporte de la complicité entre "un papy kiki" et la jeune femme fuyante devant l'âge de Georges.

Ce récit est très plaisant, j'ai ri en découvrant l'apprentissage de l'écriture SMS par Georges. Les dialogues entre les deux voisins sont d'une richesse! Le texte est teinté de nostalgie. Etrangement, je me suis arrêtée un peu avant l'épilogue...j'avais envie de laisser les choses comme elles étaient, presque pas l'envie de connaître la fin, que  nous connaissions dès l'incipit.L'émotion est forte en reposant ce livre.

Merci à Keisha pour le prêt!

Caroline Vermalle a reçu le prix Nouveau Talent 2009 de la Fondation Bouygues Telecom-Metro.

Commentaires

Uen belle lecture émouvante !

Je suis contente l'auteure m' a laissé un commentaire sur mon blog !

Écrit par : clara | samedi, 12 juin 2010

C'est toujours sympathiquede recevoir les visites d'auteurs!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 juin 2010

Un livre que j'ai beaucoup aimé aussi. Il y a une de suite de prévue je crois.

Écrit par : saxaoul | samedi, 12 juin 2010

Ha une suite?! Je pensais qu'elle était sous la forme de feuilletons sur le blog de Caroline Vermalle...

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 juin 2010

Tu as bien fait, la fin est trop triste lol!

Écrit par : Ori | samedi, 12 juin 2010

C'est bête de vouloir, comme ça, garder les choses intactes!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 juin 2010

J'avais vraiment bien aimé !

Écrit par : Stephie | samedi, 12 juin 2010

J'ai bien aimé les deux papis kikis!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 juin 2010

J'ai déjà noté ce livre il y a quelques temps chez Keisha. Ce roman m'attire beaucoup même si apparemment la fin laisse le coeur serré...

Écrit par : Marie | dimanche, 13 juin 2010

IL VOYAGE!!!
Marie, je suis ennuyée, je t'ai adressée un mail et des commentaires pour avoir la prochaine adresse du livre voyageur "La Grand-mère de Jade" en vain...:( Du fait, ce livre est bloqué chez moi!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 juin 2010

Je te comprends d'avoir arrêté avant la fin. Une lecture jeunesse à présent ! bises :)

Écrit par : christine | dimanche, 13 juin 2010

Je lis le dernier Paola Calvetti! c'est léger! hihi

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 juin 2010

Lis la fin; le retour de la petite fille et ses souvenirs qui affluent, c'est très très beau (et triste, OK)
J'ai aussi appris le langage SMS par ce roman.
Bon, si quelqu'un le veut, il voyage, sinon "retour maison". On attend de voir si quelqu'un le veut? Mariiiie? Tu m'entends?

Écrit par : keisha | dimanche, 13 juin 2010

J'ai lu en diagonale et c'est vrai que les impressions d'Adèle ainsi que les propos sur chacune des histoires de familles m'a séduite!
J'attends des news de Marie ;).

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 juin 2010

Si le Paola Calvetti voyage, cela m'intéresse,... sauf si tu lis en italien (que je ne comprends pas encore). Bises:)

Écrit par : christine | dimanche, 13 juin 2010

Il reprendra la route avec le Glattauer alors! Bises.

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 juin 2010

Je préfère que tu fasses voyager le Glattauer, certaines lectrices sont fan de romans épistolaires. Avis aux amatrices!

Écrit par : christine | lundi, 14 juin 2010

D'accord, comme tu le souhaites ;). J'ai quelques difficultés à avancer dans ma lecture du Paola Calvetti..., tu me diras tes impressions ;).

Écrit par : Mirontaine | lundi, 14 juin 2010

Moi aussi, je pleure toujours à la fin :)
Mais cette fin est finalement plus optimiste que la 4ème de couv le laisse entendre, je pense. J'aime beaucoup votre collage ! A très bientôt

Écrit par : Caroline Vermalle | mercredi, 23 juin 2010

Les commentaires sont fermés.