Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 août 2010

Zola Jackson de Gilles Leroy

zola.jpg
Zola Jackson, femme noire, retraitée de l'enseignement, vit à la Nouvelle Orléans. L'histoire se passe lors du déluge imposé par l'ouragan Katrina. Prisonnière des eaux avec sa chienne lady, Zola fera défiler le parcours de sa vie. Elle se remémorre la difficulté de la vie,celle de la communauté noire mais aussi la sienne, marquée par le deuil. Dans la solitude de sa maison, tandis que les eaux montent, elle se souvient de son fils tant aimé. Caryl, mort dix ans plus tôt, hante son esprit et illumine le récit.
 "Caryl a éclaté de rire. Quant il rit, mon fils, l’espace se modifie, l’air vibre, la lumière s’irise et les contours cèdent : comme si la face du monde même s’était mise à sourire, tout s’évase et s’illumine, la cuisine devient un palais, la courette un jardin de maître et mon cœur une étoile en suspens."
 

Zola est une femme remarquable, forte face à la tempête. Elle fait preuve de beaucoup de tempérament lorsqu'elle refuse les secours puisque sa chienne Lady ne peut être sauvée par la même occasion. Elle attend le calme après la tempête, peut-être le temps de partir et quitter cette ville qu'elle observe de manière lucide.

"Je pourrais fuir, si seulement j’en avais envie. On pourrait se trisser, Lady, on en a les moyens, tu sais ? J’ai mes écono-croques à la banque, de quoi nous laisser vieillir toutes les deux. On pourrait s’inventer une autre vie sous des ciels tempérés. On pourrait…. Sauf qu’on ne quitte pas cette ville. On y est né, on y a souffert à peu près tout ce qu’une créature du Seigneur peut encaisser, et on y reste. Ce n’est pas le goût du malheur, non, et pas faute d’imagination. C’est juste qu’on a personne d’autre où aller."

Je suis tombée sous le charme de ce roman, lu en quelques heures. Un roman mélancolique dans sa toile de fond mais dôté d'un personnage principal sensible et touchant. Zola domine ce récit de catastrophe. Gilles Leroy revient sur les conditions d'évacuations différentes selon votre couleur de peau et surtout votre condition sociale.

"Zola Jackson, tu fus une bonne mère, peut-être. Maintenant tu es pour sûr une vieille enquiquineuse et un héritage embarrassant. Tu es si noire, Zola Louisiane Jackson, et ton fils café au lait, ton fils mulâtre aux merveilleux yeux verts a ces traits fins qui répondent aux canons de la beauté blanche suprême – si noire, vieux pruneau sec, bien sûr que ton fils a honte de toi ! Bien sûr il te fuit ! Tu n’iras jamais dans les hauteurs vertes et fraîches de Buckhead ; les grandes demeures de vieil Atlanta ? Et pourquoi pas le bal annuel du gouverneur ! Ne rêve pas ma fille, jamais tu n’y entreras, sauf à ramper sous la porte de service. Tu n’es qu’un boulet de charbon." 

 

 

 

Commentaires

J'ai adoré ce roman et j'ai eu la chance de rencontrer l'auteur qui est vraiment un homme charmant et accessible.

Écrit par : Stephie | lundi, 02 août 2010

Tu es chanceuse! J'ai très envie de lire Alabama Song du fait, alors que d'ordinaire je ne m'empresse pas de lire les Goncourt.Il est sur ma PAL, affaire à suivre! (mais les enseignants n'ont pas assez de vacances pour tout lire !^_^.)

Écrit par : Mirontaine | lundi, 02 août 2010

Une très belle lecture !
@ Stephie : veinarde!

Écrit par : clara | lundi, 02 août 2010

J'espère ne pas être déçue avec Alabama Song.

Écrit par : Mirontaine | mardi, 03 août 2010

Je l'ai lu pendant mes vacances et je l'ai beaucoup aimé aussi. Il se dégage un souffle de ce roman, je trouve...

Écrit par : Karine:) | lundi, 02 août 2010

Tu as raison, ce roman nous emporte, il s'en dégage beaucoup de force.

Écrit par : Mirontaine | mardi, 03 août 2010

Il est noté depuis un bon moment, son auteur en parle très bien (entendu à la radio). Dès que je peux je le glisse entre les autres ..

Écrit par : Aifelle | lundi, 02 août 2010

Je vais essayer de trouver une interview de l'auteur, j'aime beaucoup cette approche.

Écrit par : Mirontaine | mardi, 03 août 2010

J'aime beaucoup la plume de Gilles Leroy. Alors, oui je note ce titre avec grand plaisir !
Les extraits que tu as sélectionnés sont très beaux...

Écrit par : Marie | lundi, 02 août 2010

Les extraits cités m'ont beaucoup touchée, je ne m'attendais pas à être séduite à ce point.

Écrit par : Mirontaine | mardi, 03 août 2010

Toujours pas lu et pourtant il m'attire depuis un bon moment

Écrit par : Kikine | mardi, 03 août 2010

Je te le conseille vivement!

Écrit par : Mirontaine | mardi, 03 août 2010

ah, je suis contente ! (et j'avais bcp aimé aussi Alabama Song, même si je préfère celui-ci)

Écrit par : amanda | mardi, 03 août 2010

Je pense ne pas tarder à me plonger dans Alabama Song alors!

Écrit par : Mirontaine | mardi, 03 août 2010

Leroy a l'art des personnages féminins fort! Alabama Song est un bijou! Et Zola, quel roman!

Écrit par : chiffonnette | jeudi, 05 août 2010

J'ai hâte de partir à la découverte d'Alabama Song!

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 06 août 2010

tiens c'est marrant je l'ai lu il n'y a pas longtemps et j'ai adoré, j'ai été littéralement scotchée! par contre j'avais lu alabama que j'ai aimé mais sans plus, rien à voir avec celui là!!

Écrit par : nesto | vendredi, 06 août 2010

Je l'ai repéré chez toi justement et le soir-même il était en médiathèque. J'ai passé un très bon moment de lecture, merci.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 06 août 2010

Les commentaires sont fermés.