Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 septembre 2010

L'Eternité n'est pas si longue de Fanny Chiarello.

chiarello 2.jpg

 

"Si je veux dormir dans un monde si décevant, je n'ai d'autre choix que de me raconter des histoires comme si j'étais mon propre enfant."

 

C'est Nora qui s'exprime. Nora a la trentaine. Elle a survécu à la mort et poursuit sa route avec un certain mal de vivre. Elle nous livre ses interrogations, futiles, frivoles, pertinentes tandis qu'une épidémie de variole sévit. Son attrait pour la mort devient trivial, banalisé par les évènements.

Fanny Chiarello évoque avec un style très particulier cette humanité bouleversée. En choisissant le microcosme de la colocation à Socorro, Nora et ses amis offrent un ultime espace-temps de partage fraternel.

La force de ce roman réside dans la capacité de l'auteur à mettre en place un personnage très atypique. Nora, de nature mélancolique, s'interroge sur le monde. La manière de livrer ses pensées comme une tempête sous un crâne m'a fascinée. Les pensées telles des bulles, se posent délicatement sur ses lèvres parfois, sur ses carnets d'écriture et cette ébullition est surprenante.

Nora, rescapée du coma, a une perception de la vie et de la mort très particulière. Elle est tour à tour fragile mais lucide sur notre monde. Plus l'épidémie sévit, plus Nora se concentre sur ce gynécée cérébral et se coupe littéralement du monde extérieur.

J'aime beaucoup l'humour du personnage sous la plume de Fanny Chiarello.A la fin du roman, le réel et l'imaginaire se superposent.

« Je me souviens de l’amour. L’amour est l’une des créations de l’esprit auxquelles j’ai autrefois adhéré avec le plus de hargne. Il s’agit en substance de porter son attention sur une personne (avec ce manque de discernement que, par élégance, on appelle plutôt intuition) et de la plier minutieusement de manière à la faire entrer dans un costume dont on a dessiné le patron dans le noir. Une discipline que je situerais quelque part entre la prestidigitation d’Houdini et l’origami de compétition. »

Fanny Chiarello est née à Béthune en 1974, elle a publié plusieurs textes dans des petites maisons d'édition. Elle sera présente le 22 Septembre au Bateau livre à Lille.

Edition de l'Olivier, août 2010.

 

 

rentrée litt.jpg

 

 (4#7)

Commentaires

Je note ce titre, je ne sais pas pour quand, mais il devrait me plaire !

Écrit par : Schlabaya | mardi, 14 septembre 2010

Il est surprenant mais j'ai passé un très bon moment en compagnie de Nora.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 17 septembre 2010

Je crois que le personnage de Nora me plait, en tout cas j'aime beaucoup l'extrait que tu cites.

Écrit par : Emilie | mardi, 14 septembre 2010

J'ai choisi cet extrait mais Fanny Chiarello a multiplié ce genre de prouesse verbale tout au long du roman.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 17 septembre 2010

J'aime beaucoup l'extrait du début !
Pourtant j'hésite un peu pour ce livre car le personnage de Nora semble un peu nombriliste quand même...

Écrit par : Marie | mardi, 14 septembre 2010

Elle est parfois caractérielle, surtout à la fin du roman mais son chemin de pensée vaut la peine d'être lu.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 17 septembre 2010

Il a tout pour me plaire!

Écrit par : clara | mardi, 14 septembre 2010

J'aimerais lire d'autres titres de Fanny Chiarello et espère pouvoir la rencontrer dans ma librairie préférée Le Bateau livre!

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 17 septembre 2010

J'ai bien l'impression que je pourrais aimer ce livre!

Écrit par : mango | mardi, 14 septembre 2010

Je pense effectivement qu'il a de quoi te séduire ce roman!

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 17 septembre 2010

J'aime beaucoup la citation. Je note

Écrit par : zorane | mercredi, 15 septembre 2010

Je suis heureuse de partager cet élan pour ce roman.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 17 septembre 2010

alors celui là me tente carrément ! merci pour le billet, très éloquent.

Écrit par : lucie | mercredi, 15 septembre 2010

Merci à toi Lucie et bonne lecture.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 17 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.