Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 octobre 2010

Fugue d'Anne Delaflotte Mehdevi.

Paola 019.jpg

Dans un premier temps,la fugue...celle de Madeleine. La fillette s'est échappée de l'école le jour de la rentrée. Clothilde, sa maman, terrassée par l'angoisse, hurle son nom au bord de la rivière.

"Qui fuyais-tu où allais-tu? Quelle drôle de façon de faire l'école buissonnière ma fille...Tu me diras, promets-moi..."

 L'enfant est retrouvée, saine et sauve. Mais Clothilde a perdu la voix. La narration prend un tour poétique et musical...

"Clothilde, désoeuvrée, en exil, démunie au seuil de la vaste cour, jaugea les différents groupes de deux, trois, quatre, huit mères qui avaient investi la place. Elle traversa la cour...[...] Clothilde passa comme une ronde tenue, traversa les espaces de silence, les grappes de mères-croches et de triolets. Les mots qu'elle entendait étaient purgés de sens, ils n'étaient plus que vibrations sonores. Elle perçut un soupir, approcha une vague de sons qui confluaient vers un même point en crescendo, essuya une salve d'accords épars, éclatés, dissociés ici. En canon là-bas? Clothilde passa les grilles."

Alors s'ouvre un second temps, celui de l'apprentissage de L'Art de la fugue de Bach. Las des consultations pour retrouver la voix, Clothilde renoue avec son plaisir de la musique. Elle joue du piano devant l'incompréhension de tous: ses enfants, son mari Vincent, son père Monsieur Athilaire, son amie Alix. Petit à petit, elle prend des cours de chant. Passionnée de musique depuis l'enfance, elle trouve dans ce talent une issue possible à ce quotidien de mère parfois si pesant. "Ce voyage-là, et les soins aux enfants avaient consommé son temps. Elle ne regrettait pas. Mais maintenant?"

Ce roman est une pépite! Un grand coup de coeur! L'identification au personnage est assez facile, j'aimerais citer de nombreux passages tellement la plume d'Anne Delaflotte Mehdevi m'a séduite et interrogée.

J'ai aimé la nature qui fait silence lors de l'apprentissage du chant, l'oiseau qui se tait, le chat qui miaule "staccato", sa retraite à l'abbaye, son interrogation sur l'étymologie du mot "persona" quand on ne pense être qu'une mère.

Emma Bovary des temps modernes? Non... Clothilde est beaucoup trop passionnée et moins vélléitaire que le personnage de Flaubert. Anne Delaflotte Mehdevi offre un portrait ciselé pour chaque personnage, comme Baptiste l'idiot du village transcendé par le chant, Corinne la femme simple sublimée par son attachement aux choses du quotidien. Beau, le grand chien blanc, qui accompagne Clothilde se voit personnifié tout au long du roman.

" Beau aboyait trois fois, piano. Si un visiteur s'annonçait franchement au seuil de la maison, un seul aboiement mezzo forte suffisait."

Fugue est "un portrait de femme d'une tonalité bouleversante". En prenant des cours de chant, Clothilde prend sa vie en main.

" Le temps passe invariablement. Sans doute. Pour Clothilde, à partir de ce moment-là, le temps s'emballa."

A lire absolument!

Je remerci les éditions Gaïa pour l'envoi de ce livre ainsi que toute l'équipe de Masse critique Babelio.

 

Critiques et infos sur Babelio.com

1487092425_2.jpg

(6#7)

Commentaires

Tu me rassures lorsque tu précises que cette femme est très différente d'Emma Bovary, un personnage qui m'est insupportable...

Écrit par : Marie | mercredi, 13 octobre 2010

Comme Emma, elle ne supporte pas son quotidien. Mais là où Emma Bovary se montre tour à tour passive et véllé¨taire, Clothilde prend sa voix/voie en main.

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 13 octobre 2010

C'est un livre qui m'a vraiment plût. J'aurais aimé le lire en écoutant les chants de Clothilde...

Écrit par : saxaoul | mercredi, 13 octobre 2010

J'ai écouté Bach avec grand plaisir!

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 13 octobre 2010

Un beau portait de femme !

Écrit par : clara | mercredi, 13 octobre 2010

Exactement!

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 13 octobre 2010

Il me semble qu'il n'y a que des billets positifs sur ce roman, j'en suis ravie, je vais le lire bientôt.

Écrit par : Aifelle | mercredi, 13 octobre 2010

Belle lecture à venir! Tu vas apprécier, j'en suis certaine!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 14 octobre 2010

Je l'ai lu, je n'ai pas encore écrit mon billet... les mots me manquent!
En revanche, tu évoques ce roman avec beaucoup de justesse. Bravo! (Si je puis me permettre ^^)
Une belle lecture pour moi aussi... et un portrait de femme très touchant, honorable et pourtant humble.

Écrit par : Marie L. | mercredi, 13 octobre 2010

Merci Marie! C'est avec une grande émotion que j'ai écrit ce billet.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 14 octobre 2010

Un de mes coups de coeur de la rentrée !:)

Écrit par : cathulu | mercredi, 13 octobre 2010

Un coup de coeur aussi pour moi!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 14 octobre 2010

Aïe, je vais finir par craquer... Trop d'enthousiasme chez toi et les commentaires...

Écrit par : keisha | jeudi, 14 octobre 2010

J'ai presque l'envie de dire qu'il ne faut pas passer à côté de ce roman.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 14 octobre 2010

Elle est bien réelle cette détresse, ce sentiment d'être en dehors lorsque l'on ne travaille pas à l'extérieur. Je suis très tentée par le thème de ce livre grâce à ton excellente critique, pleine de sensibilité comme toujours.Bises:)

Écrit par : christine | jeudi, 14 octobre 2010

Tu vois, personnellement, je bosse depuis chez moi et je ne ressens pas cette détresse comme Clothilde. L'identification était pour moi dans ce rôle unique de mère juste après la naissance de l'enfant.Je trouve cette prériode merveilleuse lorsque l'enfant grandit et que l'on se retrouve en tant que femme et que nous choisissons enfin notre voie.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 14 octobre 2010

Je note ce livre !

Écrit par : Liyah | jeudi, 14 octobre 2010

Il est sublime!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 17 octobre 2010

Quel joli billet ! Je surligne ce titre !

Écrit par : Noukette | jeudi, 14 octobre 2010

Merci Noukette! Ce serait dommage de passer à côté!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 17 octobre 2010

les citations du jeudi, confirme ton billet, je l'attends de pied ferme !

Écrit par : Pascale-Saphoo | samedi, 16 octobre 2010

les citations du jeudi, confirme ton billet, je l'attends de pied ferme !

Écrit par : Pascale-Saphoo | samedi, 16 octobre 2010

Belle lecture à venir!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 17 octobre 2010

Je suis contente car je dois le lire pour Babelio et je ne lis que de jolis avis ! :)

Écrit par : Leiloona | dimanche, 17 octobre 2010

Je ne suis vraiment pas déçue de cet envoi via masse critique Babelio!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 17 octobre 2010

En pleine lecture de ce bouquin et pour l'instant, je partage ton enthousiasme, une lecture vraiment, vraiment agréable, un livre tout doux...

Écrit par : L'or des chambres | mardi, 19 octobre 2010

J'ai hâte de lire ton avis alors!

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 20 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.