Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 novembre 2010

L'Amour est une île de Claudie Gallay.

DSC_0004 (2).JPG

(Image de fond Histoire du théâtre dessinée d'André Degaine)

Grég rejoint Marie.

-Moi, je vis en imaginant, il dit à voix basse.

Elle ne sait pas pourquoi il dit cela.

Elle, elle imagine comment vivre.

Sous une chaleur accablante, le festival d'Avignon est perturbé par la grève des artistes et intermittents. Odon Schnadel, propriétaire d'un petit théâtre, a décidé cette année de monter et jouer, tant bien que mal, Nuit rouge, pièce de Paul Selliès, jeune auteur mort il y a quelques années. La petite soeur de ce dernier, Marie, écorchée vive, est venue voir les mots de son frère mis en scène. Cet été voit aussi le retour de Mathilde, avec qui Odon a vécu une histoire passionnelle, et qui, devenue une grande comédienne célèbre et reconnue, se fait appeler la Jogar. Ces corps qui jouent, qui souffrent et qui supplient vont se croiser dans l'enclos fortifié de la cité des papes pour révéler un secret trop longtemps enfoui.

Si comme moi, vous aimez le monde du théâtre, ce livre est fait pour vous. Tout au long du roman, Claudie Gallay nous plonge au coeur des passions où se mêlent la vengeance, la trahison, le sentiment de culpabilité. L'univers est pesant, les petites fleurs sont dangereuses, les souffrances de Marie sont immenses. L'histoire se déroule pendant l'été caniculaire de 2003.

Je suis ravie de retrouver la plume de Claudie Gallay. Elle signe cette fois encore un très beau roman. Mon intérêt s'est porté davantage sur les personnages de second rôle comme Jeff,un rêveur bon à tout faire ou Isabelle, grande dame du théâtre. Isabelle est plus importante à mon sens dans l'histoire que la Jogar, elle est l'incarnation même de la comédienne. Elle a par ailleurs fréquenté les plus grandes personnalités du monde du théâtre comme Vilar ou Varda.

Je referme ce roman avec le même enthousiasme qu'en quittant une salle de spectacle, subjuguée par la beauté de la langue et le talent mis en scène par Claudie Gallay.

Merci Clara!

Commentaires

Tout comme toi j'ai apprécié cette lecture. Découvrir le théâtre du côté des comédiens et connaître leurs tourments... D'habitude je suis sur mon siège et je les regarde évoluer sur scène !

PS: j'adore ce livre d'André Degaine ! Pour les illustrations et les explications surtout, très riches.

Écrit par : Griotte | mardi, 23 novembre 2010

J'adorais ce livre d'André Degaine pendant mes études de lettres!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 25 novembre 2010

Je n'ai pas aimé, mais j'ai l'impression d'être un peu la seule...

Écrit par : Irrégulière | mardi, 23 novembre 2010

Il est peut-être différent des précédents mais elle a vraiment un style d'écriture particulier que j'affectionne.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 25 novembre 2010

Et pour une fois, nous voici en désaccord. Je n'ai pas adhéré aux personnages, que j'ai trouvé bien artificiels. La description d'Avignon cette année-là est fidèle (j'y étais) mais non, finalement, la mayonnaise ne prend pas pour moi... Tant pis...

Écrit par : eliZAbeth | mardi, 23 novembre 2010

La Jogar ne m'a pas enchantée outre mesure mais les personnages secondaires ont plus d'épaisseur je trouve.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 25 novembre 2010

Je ne comprends pas mon appréhension avec cette lecture. Je suis une inconditionnelle de Claudie Gallay, mais ce roman, je ne sais pas, il ne m'attire pas du tout. Et pourtant, ce que tu dis sur le thème du théâtre est plus que tentant.

Écrit par : emmyne | mardi, 23 novembre 2010

Bizarrement c'est la couverture qui ne m'attirait pas lors de la parution! ;)

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 25 novembre 2010

Cela fait des mois que la passion de Leiloona pour cette auteur m'a donné l'envie de découvrir cette plume. Et ce n'est toujours pas fait...

Écrit par : Stephie | mercredi, 24 novembre 2010

Ce n'est peut-être pas le meilleur mais il a cette touche de style que j'aime.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 25 novembre 2010

j'ai hâte moi, j'ai hâte !!!

Écrit par : Violette | mercredi, 24 novembre 2010

Je comprends!^_^.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 25 novembre 2010

Je pense que je commencerais ma découverte de cet auteur avec Les déferlantes que j'ai dans ma PAL...

Écrit par : Noukette | mercredi, 24 novembre 2010

Très bon choix semble-t-il!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 25 novembre 2010

Je partage ton enthousiasme quand au talent de Claudie Gallay et l'importance des "seconds rôles". Ce n'est pas l'image un peu surfaite de la Jogar que je retiendrai mais plutôt la quête extrême de Marie.

Écrit par : Fransoaz | mercredi, 24 novembre 2010

Marie me faisait littéralement peur au fil du roman. J'étais davantage intriguée par le personnage d'Isabelle.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 25 novembre 2010

Apparté pour le livre d'André Degaine:

Ce livre je l'ai attendu tu ne peux pas savoir !
Je l'ai découvert au collège avec ma prof de français (que je n'oublierai jamais) et j'ai du attendre le lycée pour pouvoir me l'acheter. Je me souviens encore du moment: j'étais devant la librairie avant l'ouverture, je l'ai déniché au fond d'un rayon et je suis ressortie prendre le bus. Sur la route pour aller en cours j'étais la plus heureuse...!

Écrit par : Griotte | jeudi, 25 novembre 2010

On ressent encore ton émotion en évoquant cette anecdote aujourd'hui.

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 28 novembre 2010

Ton billet me donne envie de tenter une aventure que sinon je n'aurais pas osé. Je trouve que le style de Claudie Gallay se prête totalement à l'univers romanesque,saura-t-elle me faire partager celui du théâtre?
Bises^-^.

Écrit par : christine | vendredi, 26 novembre 2010

Elle conserve sa plume très romanesque au service du théâtre, je pense que tu aimerais ;).

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 28 novembre 2010

C'est bête, mais comme c'est un auteur que j'aime, j'adore aussi lire des billets élogieux sur elle ! ;)

Écrit par : Leiloona | vendredi, 26 novembre 2010

Je comprends tout à fait!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 28 novembre 2010

je n'ai lu que Les déferlantes de cette auteur, que j'avais adoré

Écrit par : Lilibook | samedi, 27 novembre 2010

Je n'ai toujours pas lu Les Déferlantes mais je garde ce plaisir pour les longues vacances au bord de mer.

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 28 novembre 2010

"-Moi, je vis en imaginant, il dit à voix basse.

Elle ne sait pas pourquoi il dit cela.

Elle, elle imagine comment vivre."

ah ben décidément, j'aime les citations que tu choisis!!
(lui non plus, je ne l'ai pas lu, c'est prévu aussi cependant!)

Écrit par : Gaëlle | lundi, 06 décembre 2010

J'avais relevé encore beaucoup d'autres passages!Comme bien souvent dans les textes de Claudie Gallay...

Écrit par : Mirontaine | mardi, 07 décembre 2010

Il faut d'abord que je lise "Les Déferlantes" !!!

Écrit par : Hambre | mardi, 07 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.