Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 mars 2011

Sonietchka de Ludmila Oulitskaïa.

Sonietchka.jpg

"Pendant vingt années, de sept à vingt-sept ans, Sonietschka avait lu presque sans discontinuer. Elle tombait en lecture comme on tombe en syncope, ne reprenant ses eprits qu'à la dernière page du livre."

Sonietchka est une jeune femme au physique disgracieux. La lecture est sa grande passion, elle lui permet d'embellir une vie assez fade. Elle travaille dans une bibliothèque lorsqu'un jour un homme se présente, à la recherche de romans français.

L'univers est plutôt sombre dans ce roman, Sonietchka travaille dans un sous-sol, elle n'en souffre pas puisqu'elle préfère la compagnie des livres à celle d'autrui. Deux semaines plus tard, elle va épouser cet homme. Ils auront une fille Tania, personnage solaire qui fera entrer dans la vie de ses parents Jasia, son amie. L'intrigue va s'intensifier grâce à ces deux personnages.

En tournant les pages, j'espèrais une Sonietchka passionnée par ses lectures. La littérature pouvait être l'instrument nécessaire pour fuir l'ennui. Ludmila Oulitskaïa met en scène un personnage assez mièvre, presque absente. Elle n'est ni heureuse, ni malheureuse. Des drames se tissent et l'intérêt de cette narration réside probablement dans le caractère immuable de Sonietchka à s'adonner à la lecture ,imperturbable. Elle est indubitablement la digne représentante de l'héroïne russe malmenée par la pauvreté, l'âpreté d'une vie consacrée au labeur et l'injustice.

Prix Médicis étranger en 1996. Edité chez Folio.  

 

Commentaires

J'ai un recueil de nouvelles de cette romancière. J'espère que je serai plus enthousiaste que tu ne sembles l'être à cette lecture.

Écrit par : Manu | lundi, 07 mars 2011

Je pense que j'attendais trop de ce roman. je pensais lire un éloge de la littérature et je suis restée sur ma faim.
Je vais m'intéresser à ses nouvelles que tu cites.

Écrit par : Mirontaine | lundi, 07 mars 2011

Elles sont jolies tes poupées russes ! C'est marrant j'en ai aussi mises sur ma photo du jour, mais beaucoup plus petites ! Les grands esprits, tout ça ;-)

Écrit par : Irrégulière | lundi, 07 mars 2011

J'aime beaucoup les matriochkas!

Écrit par : Mirontaine | lundi, 07 mars 2011

Même si ton billet est tout en nuances, je ne te sens pas très emballée par ce livre ! ;-)

Écrit par : Marie | vendredi, 11 mars 2011

Je vais garder très peu de souvenirs en effet!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 mars 2011

Un avis en demi-teinte donc... Je ne connais pas cet auteur, à l'occasion peut-être !

Écrit par : Noukette | vendredi, 11 mars 2011

J'ai repéré d'autres titres à la médiathèque mais j'attends un peu ...

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 mars 2011

Je viens de le chroniquer et je n'en ai pas du tout eu la même lecture que toi, je n'y ai pas vu un livre sur les livres mais plutôt sur l'art et la Russie, sur la femme.

Écrit par : emmyne | mardi, 06 mars 2012

Les commentaires sont fermés.