Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 11 mars 2011

L'Eternité n'est pas de trop de François Cheng.

cheng.jpg

Les arbres se dépouillent de leur habillage, traçant dans le ciel uniformément gris leur calligraphie aux traits essentiels. La vie des hommes, elle, devient chaque jour plus éprouvante. Hors du monastère, quand l'hiver s'installe enfin, on doit souvent balayer la neige pour que soit praticable le sentier qui mène au puits. Et, avant de puiser l'eau, on doit casser la glace qui encombre la margelle. Parfois, on peut s'offrir d'agréables surprises, tant il est vrai que l'hiver recèle aussi des sortilèges. Il suffit, par exemple, de pousser plus loin, jusqu'à la grotte des Immortels où, à la belle saison, les pèlerins venaient en masse pour brûler de l'encens et boire de l'eau de la source miraculeuse. Au plus fort de l'hiver, comme pour consoler les humains délaissés, la grotte se mue en une présence féerique, avec son rideau de cristal formé par des stalactites. De l'intérieur de la grotte, où l'on jouit de la douceur, on peut, à travers ce rideau, contempler d'un autre oeil l'immensité scellée de blanc qui s'étend en bas à perte de vue. En réalité, cette immensité scintille d'une flamme bleue ou rose, aussi ardente que les feux de l'été. L'âme en peine croit alors entendre une voix qui lui susurre à l'oreille : " Tout est métamorphose; il y a merveille au sein de la désolation même." L'Eternité n'est pas de trop de François Cheng.

 

Merci à toi Mingingi des prairies, j'ai beaucoup aimé ce livre à la sagesse toute platonicienne et cette passion amoureuse à la fin de la dynastie Ming (XVIIème siècle). Dao-Sheng vit dans un monastère en pleine montagne, à la fois médecin et devin, il oscille entre bouddhisme et taoïsme, retenu de tout engagement définitif par un secret vieux de trente ans : son amour toujours vivace pour une jeune fille juste entraperçue alors qu’il avait 20 ans. Aussi décide-t-il de mettre fin à cette obsession en descendant dans la plaine pour tenter d’y rencontrer celle qu’il a aimée. Et la rencontre a lieu, la passion est partagée meme si épreuves et obstacles attendent les amants. L'amour est source de sagesse.Les descriptions sont magnifiques, servies par une écriture toute magistrale.Un très beau conte sur le dépassement de soi où j'ai aimé me réfugier, appréciant tour à tour la beauté du message et la quiétude offerte au fil des pages.

Albin Michel, 2002. 

Commentaires

Je suis si contente qu'il te plaise, c'est toujours un tel plaisir de voir un livre aimé apprécié par d'autres ! Tu en parles merveilleusement bien, moi j'avais l'impression de ne pas trouver mes mots pour en parler, de ne pas pouvoir traduire ce que j'avais ressenti à sa lecture...

Écrit par : Mingingi des prairies | vendredi, 11 mars 2011

Je comprends ce que tu veux dire. Tu vois dernièrement j'ai lu La Reine Alice et je suis restée sans voix en refermant le livre.C'est un grand coup de coeur mais impossible de publier mon billet, pourtant j'aimerais tellement honorer ce très bon roman.
J'ai acheté d'autres livres repérés dans la prairie: Laura Willowes notamment.(pour une description citée dans un de tes billets) Bon dimanche dans la belle prairie!

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 mars 2011

je ne connais pas cet auteur. Ton enthousiasme fait plaisir à voir !

Écrit par : Noukette | vendredi, 11 mars 2011

Si je ne dis pas de bêtise, François Cheng est membre de l'académie française, c'est un grand poète également.

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 13 mars 2011

Oh là là, tu me tentes ! Ce livre a l'air très beau ! Le style a l'air très poétique, tout ce que j'aime...

Écrit par : Marie | mardi, 15 mars 2011

Je suis vraiment rentrée dans cette belle histoire et j'ai apprécié toute la poésie et la quiétude inspirées par l'auteur.

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 16 mars 2011

Chère Mirontaine,

Cela me fera plaisir de dédicacer l'un de mes derniers mignons bouquins parus pour votre petit lecteur préféré ! Voici mon mail pour que vous me confiez votre adresse postale où je puisse lui envoyer :
mymi.doinet@wanadoo.fr

Bien sincèrement.

Mymi DOINET

http://mymidoinet.blogspot.com/

Écrit par : doinet | mercredi, 16 mars 2011

cette lecture me titillait déjà. Je suis désormais convaincue!

Écrit par : Violette | samedi, 02 avril 2011

C'est une très bonne lecture :)

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 03 avril 2011

Je l'ai lu, il y a déjà un petit moment, j'aime la poésie et les romans de François Cheng , ils s'en émanent une certaine sagesse et douceur.

Écrit par : Pascale | dimanche, 17 avril 2011

sagesse et douceur, exactement!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 21 avril 2011

J'avais été très émue par la lecture de ce livre même bouleversée. Il se croise, se manque mais se retrouveront certainement. Un bijou.

Écrit par : Anis | lundi, 25 avril 2011

C'est le premièr livre lu de cet auteur et je pense en découvrir d'autres.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 28 avril 2011

Les commentaires sont fermés.