Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 avril 2011

Où on va papa? de Jean-Louis Fournier.

DSC_0067.JPG

Le narrateur, Jean-Louis Fournier, a deux enfants handicapés. Tout au long de ce cours roman, primé en 2008 pour le Prix Femina et en 2010 pour le Prix des Lecteurs, il raconte cette réalité quotidienne avec ses deux fils.

A travers son regard de père, il écrit une longue lettre d'amour, sans véritable destinataire, puisque ceux pour qui cette lettre est écrite ne pourront jamais en apprécier la teneur. C'est une formidable leçon de vie, teintée d'un humour cocasse et caustique propre à Jean-Louis Fournier. Pas de mélodrame mais des phrases justes, incisives qui bousculent nos préjugés et touchent le lecteur. L'humour est corrosif mais nécessaire pour affronter la réalité d'un quotidien peu banal entre Mathieu et Thomas. « Où on va papa? », cette phrase est inlassablement répétée par Thomas, tandis que son frère Mathieu jette un ballon, seul lien créé entre ses parents et lui pour établir un contact. Réalité et vérité sont les deux maîtres mots de ce petit roman. Certes, l'espoir d'un bel avenir pour ces deux fils est vain, vivre une existence paisible devient difficile. Seul l'humour pourra embellir cette leçon de vie. Là où certains lecteurs soulignent la cruauté des propos de Jean-Louis Fournier, je ne relève que poésie et infinie tendresse pour Mathieu et Thomas.

« Cher Mathieu, Cher Thomas,

Quand vous étiez petit, j’ai eu quelquefois la tentation, à Noël, de vous offrir un livre, un Tintin par exemple. On aurait pu en parler ensemble après. Je connais bien Tintin, je  les ai lus tous plusieurs fois.

Je ne l’ai jamais fait, ce n’était pas la peine, vous ne saviez pas lire. Vous ne saurez jamais lire. Jusqu’à la fin, vos cadeaux de Noël seront des cubes ou des petites voitures…

Maintenant que Mathieu est parti chercher son ballon dans un endroit où on ne pourra plus l’aider à le récupérer, maintenant que Thomas, toujours sur la Terre, a la tête de plus en plus dans les nuages, je vais quand même vous offrir un livre. Un livre que j’ai écrit pour vous. Pour qu’on ne vous oublie pas, que vous ne soyez pas seulement une photo sur une carte d’invalidité. Pour écrire des choses que je n’ai jamais dites. Peut-être des remords. Je n’ai pas été un très bon père. Souvent, je ne vous supportais pas, vous étiez difficiles à aimer. Avec vous, il fallait une patience d’ange, et je ne suis pas un ange.

Vous dire que je regrette qu’on n’ait pas pu être heureux ensemble, et peut-être, aussi, vous demander pardon de vous avoir loupés.

On n’a pas eu de chance, vous et nous. C’est tombé du Ciel, ça s’appelle une tuile.

J’arrête de me plaindre.

Quand on parle des enfants handicapés, on prend un air de circonstance, comme quand on parle d’une catastrophe. Pour une fois, je voudrais essayer de parler de vous avec le sourire. Vous m’avez fait rire, et pas toujours invonlontairement.

Grâce à vous, j’ai eu des avantages sur les parents d’enfants normaux. Je n’ai pas eu de soucis avec vos études, ni votre orientation professionnelle. Nous n’avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire. Pas eu à nous inquiéter de ce que vous feriez plus tard, on a su rapidement que ce serait : rien.

Et surtout, pendant de nombreuses années, j’ai bénéficié d’une vignette automobile gratuite. Grâce à vous, j’ai pu rouler dans des grosses voitures américaines. »

                          

logo-fournier.jpg

 

Commentaires

Tout à fait d'accord avec toi, pas de cruauté dans ce texte bouleversant, mais un humour déchirant. Un livre magnifique, inoubliable !

Écrit par : Za | jeudi, 28 avril 2011

Tu as particulièrement bien résumé mon idée.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 28 avril 2011

Très jolie photo d'illustration !

Écrit par : reveline | jeudi, 28 avril 2011

Merci Reveline!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 28 avril 2011

J'avais lu ce livre d'une traite, ça me semblait être un magnifique chant d'amour à ses enfants. Mais avec du recul, je ne peux m'empêcher de ressentir un certain malaise...

Écrit par : Fransoaz | jeudi, 28 avril 2011

Je comprends ce malaise à la relecture d'un extrait.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 28 avril 2011

pareil, je ne l'avais pas trouvé cruel moi, juste réaliste et cherchant dans l'humour le moyen d'aller de l'avant coute que coute ;) une belle leçon de vie et de courage ;) même claque et même leçon dans "deux petits pas sur le sable mouillé" que je viens de lire, là aussi des parents confrontés à la maladie de leurs enfants et qui décident de vivre malgré tout... je conseille aussi ;)

Écrit par : nesto | jeudi, 28 avril 2011

Je retiens ce titre, merci Nesto!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 28 avril 2011

Je l'avais lu à sa sortie et j'ai été bouleversée.
Sans conteste un de mes ouvrages préférés!
Bises

Écrit par : La Marmotine | jeudi, 28 avril 2011

Je n'avais pas réussi à le lire lors de sa sortie et du tapage médiatique. Je l'ai savouré en une soirée. Un très bon texte en effet. Il faut que je te mail pour avoir des nouvelles. Bises.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 28 avril 2011

je l'ai lu pour le RAT 2011 mais je ne l'ai pas encore commenté car cela fait partie des livres qui ont besoin de " reposer " un peu, mais j'ai beaucoup apprécié
voilà également l'occasion de te dire que j'aime beaucoup tes présentations très originales

Écrit par : XL | jeudi, 28 avril 2011

Merci beaucoup XL et bienvenue.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 28 avril 2011

j'ai adoré ce roman, n'y ait vu aucune cruauté mais un humour noir, un cynisme qui permet de continuer à vivre malgré tout, de tenir...un excellent roman. Je n'avais pas vu qu'il était en poche, je vais pouvoir l'offrir autour de moi...

Écrit par : lucie | jeudi, 28 avril 2011

C'est un très beau livre à offrir et à partager, tu as raison!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 28 avril 2011

un livre que j'ai lu à sa sortie et qui m'a laissé un souvenir énorme!

Écrit par : lasardine | jeudi, 28 avril 2011

Oui je pense que l'on ressort de ce livre assez bousculé(e)!

Écrit par : Mirontaine | samedi, 30 avril 2011

Très jolie photo en effet! Ce titre m'avait beaucoup touchée, on sent qu'une grande souffrance se cache derrière cet humour mordant.

Écrit par : pimprenelle | vendredi, 29 avril 2011

Tu as raison de souligner cette souffrance cachée derrière un humour décapant parfois.

Écrit par : Mirontaine | samedi, 30 avril 2011

Pour le moment j'ai du mal à voir le côté poétique, donc je passe ...

Écrit par : Leiloona | samedi, 30 avril 2011

Pourtant malgré la difficulté du sujet, certains passages sont de toute beauté. Mais je comprends l'hésitation propre à chacun sur ce type de texte.

Écrit par : Mirontaine | samedi, 30 avril 2011

j'avais été très touchée par ce livre. Je l'ai surtout trouvé d'une incroyable justesse. Il me poursuit encore, des mois plus tard...

Écrit par : Violette | lundi, 02 mai 2011

Tu as raison, ce livre laisse des traces.

Écrit par : Mirontaine | lundi, 09 mai 2011

j'ai été très touchée par cette lecture et ces deux enfants.

Écrit par : Griotte | mardi, 03 mai 2011

On ne ressort pas indemne d'une telle lecture. C'est un livre coup de poing.

Écrit par : Mirontaine | lundi, 09 mai 2011

C'est grinchant, c'est cynique, mais ce n'est jamais méchant, virulent ou même vulgaire. Comme si l'auteur regardait cette situation par le petit bout de la lorgnette ! Certains passages semblent être d'une grande beauté et tout en pudeur ...

Écrit par : Nanne | vendredi, 06 mai 2011

Tout à fait Nanne, tu ne l'as pas lu?

Écrit par : Mirontaine | lundi, 09 mai 2011

J'ai adoré ce livre, qui a pourtant soulevé une polémique assez importante. Son humour a été mal perçu, mal compris. Mais il est clair pour moi que c'est seulement la manière pour son père d'exprimer sa souffrance et son amour.

Écrit par : Marie | vendredi, 13 mai 2011

magnifique photo !

Écrit par : Theoma | jeudi, 19 mai 2011

Merci, il a fallu ruser pour les prendre au Petit Korrigan!

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 20 mai 2011

Les commentaires sont fermés.