Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 mai 2011

Pas ici, pas maintenant d'Erri de Luca.

 

erri.jpg

(Café Bicerin, boisson piémontaise originaire de Turin, préparée à partir d'expresso, d'une pâte chocolatée chaude et de crème servis dans un verre.)

 

Un homme de soixante ans croise dans la vitre d'un bus sa mère. Le visage de sa mère est celui de sa trentaine. « Le possible est la limite mouvante de ce qu'on est disposé à admettre ». Il s'adresse à sa mère et évoque son enfance et son adolescence à Naples. La parole d'Erri de Luca est très touchante. Il raconte des petits souvenirs de son enfance, bercée dans un quotidien initiatique et déréglé(le bégaiement du narrateur, les lapsus, les jouets qui se brisent). Il évoque les enfants battus à l'époque, puis ses joies auprès de Filomena, la domestique. Il n'a pas connu les violences physiques mais les remontrances verbales étaient son pain quotidien d'enfant bègue « Jevvveux pas des mots ».

"Entre mère et fils le progrès n'existe pas, la civilisation n'évolue pas : les mots seront toujours réduits et ne seront que des mots, rares, préservés. Ils ne remplacent rien, ni les coups, ni les caresses."

Récit d'une enfance napolitaine où la mémoire ne console pas.La ville de Naples est baignée d'une lumière blanche, elle semble dénudée et privée de ses atours baroques.

Pas ici, pas maintenant n'est pas une évocation nostalgique, mais un « livre abrupt et fier » sur le monde et l'enfance et les réminiscences des gestes tendres d'une mère.

 

 

(Première parution en français aux Editions Verdier en 1992 sous le titre Une fois, un jour)

Non ora, non qui, 1989

Traduit de l'italien par Danièle Valinchallenge Giro in Italia -Nane

Challenge organisé par  Nane.

Commentaires

Erri de Luca ahhh (soupirs....)j'ai acheté une réédition poche de "Tu, Mio".

J'aime cet auteur , son cériture est un délice!

Écrit par : clara | lundi, 02 mai 2011

J'ai noté cet autre titre!

Écrit par : Mirontaine | lundi, 09 mai 2011

Voici un livre qui a l'air triste mais un dessert qui ne l'est assurément pas! ;)

Écrit par : Sabbio | lundi, 02 mai 2011

J'avoue le dessert est divin! Le livre n'est pas forcément triste, il est plutôt nostalgique.

Écrit par : Mirontaine | lundi, 09 mai 2011

ça a l'air drôlement bon, ton café !

Écrit par : Irrégulière | mardi, 03 mai 2011

Drôlement bon le café Bicerin! A tenter, je t'assure!

Écrit par : Mirontaine | lundi, 09 mai 2011

j'aime beaucoup le passage que tu en as extrait, cela donne à réflechir...

Écrit par : lucie | jeudi, 05 mai 2011

Il me parle beaucoup cet extrait.

Écrit par : Mirontaine | lundi, 09 mai 2011

Un peu de franchise : j'avoue être beaucoup plus tentée par le dessert que par ce roman !!! ;-)

Écrit par : Marie | vendredi, 13 mai 2011

Tu as raison, la gourmandise l'emporte parfois sur la lecture!

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 13 mai 2011

J'ai aimé ce livre, Erri de Luca est mon auteur italien préféré du moment. Pourtant, il m'a un peu attristée, car j'ai eu le sentiment que le fils n'avait jamais pu vraiment "rencontrer sa mère", qu'il restait toujours une distance entre eux.C'est très beau néanmoins:).

Écrit par : christine | dimanche, 29 mai 2011

Les commentaires sont fermés.