Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Darling River de Sara Stridsberg.

 

DSC_0002.JPG

Darling River est une variation autour du personnage de Nabokov, Lolita.

Lo a treize ans et parcourt avec son père les routes à bord d'une vieille jaguar le long du Darling River. Le périple semble apocalyptique. Les décors sont vides, la terre aride et les forêts en feu.

Dolores, un autre personnage, est la vraie Dolores Haze de Nabokov. Sara Stridsberg imagine sa mort en Alaska, tandis qu'elle donne naissance à un enfant.

Autre personnage avec cette jeune shimpanzée dont un scientifique français tente de lui apprendre le dessin au Jardin des Plantes. Cette histoire est la source selon Nabokov de son roman Lolita.

Dernier personnage, avec cette femme énigmatique qui sillonne les autoroutes proches de la ville, serait-elle la mère que recherchent Lo et son père?

Le récit se veut amoral même si l'atmosphère est décrite avec beaucoup de légèreté. Ce roman offre une variation sur le thème de l'instinct maternel sous couvert de l'ambivalence entre les personnages.

Le regard est assez abrupte sur le monde de l'enfance et la décrépitude du genre humain. Le thème du sordide et du laid n'est pas vraiment ma tasse de thé mais je dois avouer que je me suis laissée charmer par cette plume poétique surprenante. Sara Sridsberg réussit à creuser au plus profond de l'âme humaine dans cette Amérique décadente. Un bon roman sur l'amour, le féminisme, la chair et les variations Dolorès. Dolores veut dire douleur. Selon Stridsberg, la femme serait condamnée à la douleur, celle d'enfanter, d'être fille, mère et amante. La femme apparaît comme un animal dépecé.

 

« La sage-femme passe le rasoir sans penser qu'entre les jambes de Dolorès toujours hâlées et gluantes et tremblantes et nues enfle une bulle de chewing-gum rose et que dans sa tête un parfum de fraises et de soleil et d'espérances explose. »

 

Roman surprenant qui me donne l'envie de découvrir La faculté des rêves paru en 2009.

Roman traduit du suédois par Jean-baptiste Coursaud, Stock, mai 2011.

Je remercie la Librairie Dialogues de Brest pour cet envoi dans le cadre de Dialogues croisés.

dialogues croisés.png

 

 

 

Commentaires

  • Je ne sais pas si je me laisserais tenter... J'avais assez aimé le Lolita de Nabokov. Par contre ce livre-ci me semble assez dur, même si la plume est poétique...

  • J'avoue la plume est assez déroutante et j'ai parfois peiné dans ma lecture. Pour autant c'est un très bon roman, mais pas dans mon registre de lecture habituelle.

  • Je ne sais pas si ce livre-là me plairait, mais "dialogues croisés", ça m'intéresse.
    J'ai visité le blog, mais je ne comprends pas bien comment ça fonctionne. Pourrais-tu éclairer ma lanterne?

  • Dialogues croisés est un système de partenariat avec la librairie brestoise. Les informations sont réunies sur le blog de la librairie.

  • Il a l'air un peu étrange, ce roman, non ?

  • Assez étrange et déroutant mais bien écrit!

  • Je ne connaissais pas ton blog. J'aime également beaucoup faire des photos de mes livres, et je le vois rarement sur les blogs, c'est donc très appréciable de le voir ici.

    Bonne soirée !

  • Merci pour ta venue. J'ai parcouru tes blogs avec beaucoup d'intérêt et je note un intérêt commun pour la photographie. J'aime beacoup cette mise en scène du quotidien à travers la lecture. Au plaisir.

  • Tu m'intrigues : d' un côté cette peinture d'une Amérique décadente ne me tente pas, d'un autre côté ton billet a su attiser ma curiosité.

  • Il peut voyager si tu souhaites te faire ta propre opinion.

  • Je suis partagée. Très attirée d'une part par les ambiguités, par ce thème aussi de Lolita pour en avoir apprécier une version, celle de Garnung, mais un peu mal à l'aise avec le sordide me laisse un peu sur ma faim... j'aime l'ombre, les tripes mais bon, je tenterais quand même bien.

  • Darling River et Sauvage peuvent voyager et rester chez toi sans contrainte de temps, je sais où ils sont! J'ai toujours un livre à toi

  • C'est une très belle idée ;))

Les commentaires sont fermés.