Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 juillet 2011

Sauvage de Nina Bouraoui.

 

Nina Bouraoui.jpg

À la fin des années 1970, Sami, un jeune garçon, disparaît au centre de la campagne algéroise. Pour ne jamais l’oublier, Alya, son amie d’enfance, écrit chaque jour son histoire, leur histoire, réinventant le passé, fixant le présent, temps de l’attente et de l'imagination.

« C’est arrivé dans l’attente d’un amour qui ne reviendrait pas. C’est arrivé dans l’espoir de devenir une personne qui trouverait sa place dans le monde. C’est arrivé tous les soirs, quand je regardais le soleil tomber derrière les plaines de la Mitidja. Chaque fois je me disais qu’il emportait une part de moi-même. Tout tourne, tout s’efface et tout recommence et je ne sais pas si l’on retrouve un jour ce que l’on a perdu ».

Sauvage est le récit de cette année-là . Dans Sauvage, son 13ème roman paru aux éditions Stock, Nina Bouraoui nous raconte les liens parfois indéfectibles entre elle et le personnage principal, joliment nommée Alya.

Il est question d'amour, d'un amour ambigü voilé sous un désir masqué entre Alya et Sami. Alya, la jeune fille sauvage, nous livre ses questionnements, une recherche omniprésente d'elle-même, sa quête spirituelle. La nature est voluptueuse dans ce roman notamment lors de la visite de la grotte. Expérience unique pour Sami qui rappelle à Alya la possibilité de mourir après avoir vu ce don de la nature.

J'admire cette soif d'absolu chez cette jeune femme qui s'éveille à l'écriture, sous couvert de recherches métaphysiques à cet âge « sauvage » de tous les possibles.

Les phrases de Nina Bouraoui sont comme des vagues violentes , elles brassent des idées sombres pour honorer un merveilleux retour aux sources.

Livre lu grâce à la Librairie Dialogues de Brest dans le cadre de Lectures croisées.

dialogues croisés.png

 

Commentaires

je n'ai lu qu'un seul titre de l'auteur ("Appelez-moi par mon prénom"), et je n'ai pas du tout accroché...

Écrit par : lasardine | mercredi, 06 juillet 2011

Le style est un peu surprenant, elle fait parfois des phrases à rallonge mais je pense qu'elle souhaitaitt mimer la tempête sous un crâne chez Alya

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 06 juillet 2011

Un euatuare qu ejen'ai pas encore lu.. Je vais en parler avec mes libraires pour avoir leurs conseils !

Écrit par : clara | mercredi, 06 juillet 2011

Elle a un style particulier mais j'ai plutôt bien aimé ce roman.Je ne sais pas s'il m'en restera pour autant un grand souvenir.

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 06 juillet 2011

c'est le dernier Bouraoui? J'en ai entendu de mauvaises critiques.

Écrit par : Violette | jeudi, 07 juillet 2011

Je n'ai pas lu de critiques sur ce livre en fait, je tenais à me faire ma propre opinion;).

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 21 juillet 2011

Il donne vraiment envie... de cette absence, de cette part d'ombre... et puis "sauvage" cela a de quoi attirer. Je le note. Merci

Écrit par : VanessaV | lundi, 26 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.