Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 janvier 2012

Lignes de faille de Nancy Huston et adaptation théâtrale de Catherine Marnas.

DSC_0015 (2).JPG

Ce livre est un grand coup de coeur!

Une construction romanesque très singulière: quatre chapitres pour quatre portraits d'enfants, remontant la ligne d'un arbre généalogique, des membres d'une même famille l'année de leurs six ans. Quatre enfants se racontent, de fils en pères ou de filles en mères, et nous décrivent leur entourage.

Deux petits garçons (Sol 2004 et Randall 1982)et deux petites filles(Sadie 1962 et Kristina 1944) qui de drame en drame, vont nous faire traverser à rebours 60 ans d'histoire familiale et mondiale.

Suivant le fil d'un naevus qui se transmet de génération en génération, le récit nous conduit en Allemagne à la fin de la seconde guerre mondiale, où Kristina, l'arrière grand-mère de Sol, nous délivre la clé de voûte, le lourd secret de famille.

J'ai très vite été absorbée par ce roman polyphonique même si parfois la maturité de Solomon me perturbait du haut de ses six ans.

"En les écoutant je repense à cette idée de théâtre et me demande si au fond les gens ne passent pas leur temps à jouer des rôles, non seulement lors des mariages mais tout au long de leur existence" Sadie.

J'avais hâte de voir la potentialité théâtrale de ce roman dans la mise en scène de Catherine Marnas.Elle est très respectueuse du texte. Les décors sont minimalistes mais néanmoins très judicieux.La pièce dure quatre heures mais la prouesse des acteurs nous emporte littéralement.

Je vous invite vivement à lire ce roman où les blessures secrètes et intimes du passé marquent à notre insu nos existences actuelles.

vendredi, 27 janvier 2012

L'Oiseau, un film de Yves Caumon.

DSC_0020.JPG

Tu es seule sur Lille et tu as quelques heures devant toi. Tu as très envie de te faire une toile...pas Beigbeder, pas de  film larmoyant, pas de gros budget. Tu te diriges donc vers un petit cinéma d'auteurs et tu te réfugies dans une petite salle voir L'Oiseau de Yves Caumon.

Anne n'a pas d'amis, pas d'enfants, pas d'amants. Elle fait semblant de vivre. Un jour, un oiseau entre dans son appartement.

Quand et comment cette fille, drapée de solitude, va-t-elle ouvrir les yeux, comprendre ce qui lui arrive?

Anne, incarnée par sandrine Kiberlain, est filmée de manière singulière. On est près de ce personnage hors de portée. Sa vie de recluse offre un drame lumineux, solaire presque charnel.

Il est question du deuil mais dans la quête sempiternelle du "vivre encore".

Les personnages masculins sont vulnérables tels des ogres enfantins.

Le monde pour Anne est devenu inintelligible. La réconciliation passe par l'harmonie entre l'eau, le fleuve, la mer. Ce film fait écho à L'Arbre de Julie Bertucelli.

Des bruits...comme premiers véhicules des sensations au cinéma.

Comment revenir à la vie grâce à l'oiseau?

Un très bon film en salle depuis le 25 Janvier 2012.

 

vendredi, 20 janvier 2012

L'Autre moitié de moi-même d'Anne-Laure Bondoux.

DSC_0010.JPG

C'est simple, tu déambules au Salon du livre de jeunesse de Montreuil, tu t'arrêtes sur le stand Bayard et tu apprends qu'Anne-Laure Bondoux sera présente. Son écriture t'a tellement charmée dans Le Temps des miracles que tu ne peux reposer son dernier livre. Tu sais qu'il ne s'agit pas cette fois d'un livre pour la jeunesse. Tu découvres un écrit beaucoup plus personnel, un peu à la manière d'Annie Ernaux. Tu parcours rapidement les pages, tu t'arrêtes sur quelques photos qui te rappellent tes propres photos d'enfance dans les années 70. Des bulletins scolaires prometteurs, des endroits insolites et importants dans la vie de cette femme écrivain. Tu penses que ce roman nécessaire pour comprendre, analyser et remédier à une panne d'inspiration sera sans nul doute une charmante compagnie pour débuter l'année.

Tu échanges quelques mots avec l'auteur sur les enfants du voyage que tu accompagnes, sur l'adaptation avec la communauté Rom du roman Le Temps des miracles. Mais c'est un autre voyage que me promet Anne-Laure Bondoux, plus intimiste, très constructif .

DSC_0002 (2).JPG

"Jusqu'ici, j'aimais écrire des romans. J'aimais inventer des intrigues, explorer des contrées lointaines, donner  vie à des personnages perdus qui cherchaient un sens à leur existence.

 Aujourd'hui, c'est moi qui suis perdue, et c'est moi qui pars en voyage..."

 

J'ai refermé ce livre, en pensant que j'aimerais revoir Anne-Laure Bondoux pour parler, non plus des enfants du voyage, mais de ce magnifique roman. Est-elle si différente de la nôtre son histoire? On ne peut s'empêcher de s'identifier à ce passé identitaire commun, ces rituels familiaux de province. Sa plume dans ce qu'elle a de plus intime m'a rappelé celle d'Annie Ernaux dans Les Années.

Ce roman est essentiel, je vous invite vraiment à découvrir ce voyage d'Anne-Laure Bondoux. 


Interview Anne-Laure Bondoux : L'autre moitié de... par Bayard_Editions

vendredi, 06 janvier 2012

Swap Nouvel an 2012!

swapnouvelan2012.jpg

Pour ceux qui ne connaissent pas le swap nouvel an, toutes les explications sont ici.

J'étais très heureuse de participer  à ce swap organisé par Hérisson!

A l'ouverture, de très jolis paquets empaquetés, voyez plutôt:

swap 2012 1.jpg

J'étais très impatiente de découvrir les choix de  Nota Bene. C'est toujours un très bon moment d'échanges le swap, on passe de longs moments à arpenter le blog de notre swappée, on relit une multitude de fois son questionnaire et on fait des sorties shopping en pensant à elle. 

Nous avions fait ce voeu de nous concentrer sur la littérature jeunesse, notre passion commune.

L'intérêt du Swap c'est d'élargir ses horizons littéraires, sortir des sentiers battus et apprécier les choix réalisés à notre attention.

Grâce à une très belle lettre, Nota Bene a souhaité me faire entrer dans l'année 2012 en toute sérénité. 

DSC_0006.JPG

(Miss Virgule aime beaucoup les courriers!)

"Le temps de lire, comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre" (Daniel Pennac, Comme un roman) .

La citation est si juste et trouve tout son écho dans mon quotidien au milieu des livres.

Nota Bene accompagne chaque présent de bons mots, de citations sur le thème du temps qui passe.

swap 2012.jpg

 Voici le contenu du Swap année 2012:

-le roman Jenna Fox, pour toujours de Mary E Pearson, paru aux éditions des Grandes personnes et réédité chez Gallimard jeunesse pôle fiction. Le passage cité par Nota Bene annonce déjà une belle lecture et des thèmes qui me séduisent:

"N'est-ce pas ce  qui fait la vie? Des morceaux. Des lambeaux. Des moments. Suis-je moins parce que j'en possède moins? Ou ceux que je possède sont-ils les plus importants?"

Le désir de vie éternelle, voilà qui me séduit.

-le roman Le monde dans la main de Mikaël Ollivier aux éditions Thierry Magnier. Le coup de coeur 2011 de Nota Bene! Un roman sensible, tendre et drôle.

"La plénitude était donc accessible au coeur de la réalité! Il était possible de vivre sans en attendre autre chose." Cette citation me parle énormément... j'ai hâte de découvrir l'histoire de Pierre.

-Un très beau calendrier illustré par Anne Julie Aubry.

- Un très bon thé vert japonais "Genmaïcha" qui a enchanté chacun de mes goûters de Noël.

- Un chocolat au caramel qui fond au palais!

- Un roll-on anti-stress toujours dans ma poche!

-Deux sucres d'orge engloutis par Petit Korrigan.

-Un confit de bière celte au miel! Tiens donc Nota Bene et moi avons cet autre point commun de partager nos vies avec un conjoint breton!

-Des autocollants Rue du monde que j'aime beaucoup

"Surtaxez ceux qui génèrent la crise, pas les livres"

"Le livre est un aliment indispensable aux enfants."

Un immense merci à Nota Bene pour ses choix judicieux, la mise en scène du swap dont le fil rouge fut le temps qui passe, les bonnes résolutions pour l'année nouvelle.

Merci à Hérisson pour toute l'organisation.