Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 06 mars 2012

ça nous apprendra à naître dans le Nord d'Amandine Dhée et Carole Fives.

 

DSC_0019 (2).JPG

Je l'ai bien aimé ce petit livre publié dans la maison d'éditions La Contre Allée. C'est une oeuvre de commande sur un quartier ouvrier de Lille, celui de Fives. Ce quartier est en pleine mutation, il suscite le respect et l'admiration pour le passé lillois ouvrier. Mais le regard posé sur ce quartier est tour à tour sensible mais aussi comique. Au fil des bistros, Amandine et Carole entrent dans le quotidien de la culture populaire au delà des friches industrielles. Elles proposent des lectures chez l'habitant et au fil des rencontres, le récit se construit.

J'ai beaucoup aimé la parole donnée aux femmes de ce monde ouvrier porté par les hommes. L'une cherche des informations inexistantes sur les femmes de l'industrie textile à Fives. Elle joue sur le fait qu'elle ne trouve pas d'informations à ce sujet et cette absence d'archives en révèle encore davantage sur le quartier.

L'humour est très subtil pour outrepasser l'admiration. Le passage entre le passé récent et les habitants d'aujourd'hui témoigne de la mutation du quartier. Les habitants se cherchent.

C'est un très bel exercice d'écriture sur le quotidien, ni historique, ni sociologique mais un regard subjectif pour mettre en lumière un quartier.

J'ai apprécié également les propos des auteurs sur la commande en écriture et la difficulté d'écrire sur un sujet imposé.

C'est un très beau cadeau de la part de Liliba, un livre qui me touche tout particulièrement puisque ma mère était ouvrière en filature dans ce quartier lillois dans les années 70!

Ce livre m'a donné l'envie de découvrir D'Azur et d'acier de Lucien Suel.

Commentaires

De Carole Fives j'ai lu des nouvelles que j'avais beaucoup aimées. Une bonne idée ce livre en tout cas.

Écrit par : Gwenaëlle | mardi, 06 mars 2012

Je pense poursuivre avec d'autres titres de Carole Fives, en jeunesse je crois.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 08 mars 2012

Punaise, je connais ce quartier. Enfin, je connaissais... nous y avons été logé de temps en temps durant ma folle jeunesse ;-), c'est certain qu'il a dû bien changer.
( parfois, je crois que les livres de commande sont nécessaire, sur ces sujets très précis justement, ou pour les collectifs )

Écrit par : emmyne | mardi, 06 mars 2012

Oui, c'est assez particulier l'écriture sur commande mais elle permet de mettre en lumière un sujet plutôt délaissé.
(Je ne t'oublie pas pour le mail, mais je suis juste débordée par les corrections ;))

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 08 mars 2012

tiens ça pourrait me plaire aussi ;) ma mère faisait comme ta mère mais à lens ;)

Écrit par : nesto | mardi, 06 mars 2012

Oh c'est rigolo! Ma mère était de Lens et prenait le bus très tôt pour se rendre à Fives! Elle travaillait en filature.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 08 mars 2012

Je veux le lire !

Écrit par : clara | mercredi, 07 mars 2012

Le sujet te plairait, je pense!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 08 mars 2012

J'aime bien ta remarque sur le manque d'archives révélateur.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | mercredi, 07 mars 2012

Elles se sont bien amusées avec cela et le passage de recherches en médiathèques ou archives est truffé d'humour!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 08 mars 2012

Je descendais à la station Fives presque tous les jours sans connaître l'histoire de ce quartier (j'habitais un peu plus loin, à Mons-en-Baroeul). J'aime le titre de ce livre, tout emprunt de caractère.

Écrit par : Bauchette | mercredi, 07 mars 2012

Oui le titre est bien trouvé...c'est drôle en te lisant, je crois entendre Desplechin à la fin d'un album de Delerm ;)

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 08 mars 2012

Si vous avez aimez ce côté décalé, lisez "Du bulgom et des hommes" dans la même édition de Amandine Dhée.
Vous y rencontrerai forcément un coin de votre quotidien avec un autre regard, des personnages plein de sensibilité et un brin comique.

Écrit par : Céline | mercredi, 07 mars 2012

Merci beaucoup Céline pour votre passage, je note cette référence!

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 08 mars 2012

Effectivement, pas évident d'écrire sur commande..., mais là, ça a l'air plutôt réussi ! ;-)

Écrit par : Noukette | jeudi, 08 mars 2012

Très réussie et très touchant quand il s'agit d'un univers que m'a longuement commenté ma mère.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 08 mars 2012

ma mère aussi en filature, à Zins plus exactement ;) dis donc on a des points communs ;)

Écrit par : nesto | vendredi, 09 mars 2012

J'avais été attirée par le titre (Petitou est né à Dunkerque...) plein d'humour, enfin, d'ironie, plutôt !
Ce livre est dans ma liste d'envie depuis longtemps, merci de cette piqure de rappel !

Écrit par : Za | vendredi, 09 mars 2012

Un phénomène étrange, constaté dans les différents salons du livre où je rencontre le public : "Il n'y a que les femmes qui achètent des livres" et cela est confirmé par tout mes collègues hommes ou femmes. Le cerveau des hommes est-il configuré que pour regarder les matchs de foot à la télé ?

Écrit par : jeanmi | mardi, 13 mars 2012

Les commentaires sont fermés.