Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 13 mars 2012

Pas revoir et Neige rien de Valérie Rouzeau.

DSC_0011.JPG

Très récemment, un billet chez Cathulu a attiré mon attention. Elle évoquait la sortie d'un numéro consacré à la poétesse contemporaine Valérie Rouzeau dans Le Matricule des anges.

Je me suis procurée ce magazine et très vite j'ai souhaité découvrir les textes de Valérie Rouzeau. J'ai choisi Pas Revoir et Neige rien réédités chez La Table ronde.

Avec Pas revoir, la poète(sse) se dévoile inventrice talentueuse. Elle met en mots le départ de son père ferrailleur, on entend au présent la douleur d'une perte. Elle parle le langage rude des banlieux et convertit en écriture ses images. Son travail de traductrice (les poèmes de Sylvia Plath notamment) l'amène à triturer la langue et donne sens et vivacité aux mots.

Donner du sens aux thèmes comme l'enfance, la mort, l'amitié, la vie, l'amour et le rien, l'écriture de Valérie Rouzeaus s'inscrit comme une manière d'être au monde. Elle offre des pirouettes verbales qui s'incarnent en une image choc. Lire les textes de Valérie Rouzeau c'est osciller entre tendresse et drôlerie.L'humour devient "un cache-tristesse" (Thierry Guichard).

 

Ne plus tenir debout quelquefois tu disais.
Depuis quoi j'ai rêvé que je te relevais que je te relevais et que tu retombais.
Dans la pièce la plus froide tu te serais cassé.
Quand bien même je t'aurais mis debout et tenu aux épaules et parlé à l'oreille apporté des lilas ça n'aurait pas marché.
D'ailleurs je t'ai pleuré dessus ça ne t'a pas remué ni quand j'ai pris ta main dans mes mains bonnes à rien ni rien.
Tu te serais cassé.
Trêve d'éternité.

Je vous invite vivement à écouter cette lecture de Pas Revoir.→ (sur le site de Libération) Valérie Rouzeau lisant des extraits de Pas Revoir


Buissonnnière de l'école poétique, Valérie Rouzeau aligne des vers très longs, des groupes de "souffle essouflé". Ses textes s'animent par un ton en rupture et un langage précipité.Les poèmes de Pas Revoir jouent sur la négation "pas" répétée et le mot "papa".

Neige rien explore le quotidien, notamment celui des démunis. C'est le rendez-vous de la poésie avec une critique sociale. La colère s'exprime par la couleur rouge lors d'une première impression aux Editions Unes.

Les mots deviennent des béquilles nécessaires pour tenter d'avancer.

 Dehors 

Un mot sans savoir où on est trop
Yeux feuilles vin rouges
Sentiment serrement dans sa cage
Etoiles: décrochez-moi ça. 

Une très belle découverte, merci Cathulu! 

Commentaires

J'étais sûre qu'elle te plairait !:)

Écrit par : cathulu | mardi, 13 mars 2012

Je ne connais pas cette auteure...

Écrit par : clara | mercredi, 14 mars 2012

Merci beaucoup pour ces extraits qui m'ont vraiment donné envie de découvrir l'auteur, je note et je vais voir si je trouve ça très vite !!

Écrit par : L'or des chambres | mercredi, 14 mars 2012

Moi aussi j'accroche à cette poésie, des mots précieux à mettre au fond de sa poche ou de son cœur. Merci.

Écrit par : Fransoaz | jeudi, 15 mars 2012

Je suis contente de voir que Valérie Rouzeau fait son petit bonhomme de chemin sur les blogs...;) Je l'ai découverte lors d'un atelier d'écriture sur la poésie.

Écrit par : antigone | samedi, 17 mars 2012

J'avais lu aussi ce recueil mais impossible d'en parler!:) Pas grave tu le fais très bien !:))

Écrit par : cathulu | mardi, 20 mars 2012

Les commentaires sont fermés.