Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 avril 2012

Sollicciano d'Ingrid Thobois.

DSC_0017.JPG

 Norma-Jean, quinquagénaire, se rend chaque Jeudi à la prison de Sollicciano en Toscane. Elle rend visite à son ancien élève Marco. Cette femme reste un  mystère pour son entourage. Cette femme a fui son refuge confortable à Paris pour un modeste appartement près de Florence.

Ce roman renferme de multiples récits croisés, quelques bribes de vies décousues. Le personnage de Norma-Jean est fascinant. Elle est professeur de philosophie à Paris et épouse de Jean, son psychanalyste. L'auteure offre un portrait cinématographique à la Hitchcock, avec une ampleur psychologique angoissante.

La progression dramatique est constante, Ingrid Thobois emprunte la voix de chacun de ses personnages, tour à tour. Elle délivre les secrets pas à pas de ce triangle amoureux.C'est un très bon roman sur l'enfermenent, celui de derrière les barreaux mais également l'enfermement en soi.L'intrigue oscille entre passé et présent et donne plus d'intensité encore à ce drame psychologique.

« Je partageais avec Norma-Jean un immense besoin d’autonomie et de solitude, aussi avions nous choisi un appartement où deux couples auraient presque pu vivre sans se croiser.
Au bord du sommeil ma respiration était forte, celle de Norma-Jean irrégulière ; il me fallait changer vingt fois de position tandis que son cuir chevelu la démangeait ; je rejetais la couette – j’avais chaud -, et elle la ramenait – elle avait froid. Épuisés, nous finissions par allumer nos lampes de chevet. Assis contre la tête du lit, pantins bordés, les mains de part et d’autre des sarcophages formés par nos jambes, nous évitions de nous regarder. Les paupières gonflées, nous fixions sur le mur d’en face la sérigraphie de Marilyn par Andy Warhol, cherchant la clef de notre repos dans cette figure bleue, son teint et sa chevelure de noyée.
Nous avions beau nous respecter, nous aimer peut-être – si seulement les années n’écornaient pas ce mot – nous nous encombrions. A vingt ans, nous nous serions séparés pour cette unique raison. A près de cinquante ans, nous avions trouvé la solution : investir dans la literie en quantité et qualité. Nous installâmes des lits un peu partout dans l’appartement, qui nous garantissaient de pouvoir nous endormir seuls, et surtout de nous réveiller seuls – le poids du monde se rappelle si vite à nous le matin ».

J'ai bien aimé l'ellipse autour de ce mystérieux secret même si parfois je me suis perdue au fil des pages dans les flashbacks.

Roman lu dans le cadre du Prix Biblioblog.

Commentaires

tentée !

Écrit par : Theoma | mardi, 17 avril 2012

Il est plutôt chouette ce livre, surprenant et on ressent bien l'atmosphère étouffante de Sollicciano!

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 18 avril 2012

Je l'avais vue et entendue à Quimper et ,ma foi,son livre ne m'avait pas tentée.
J'avais acheté "Le roi d'Afghanistan ne nous a pas mariés.Il est en vadrouille. Peut-être chez Canel.

Écrit par : Mireille | mardi, 17 avril 2012

Je tenterais bien de lire cet autre titre d'Ingrid Thobois, c'est une grande voyageuse.
J'espère que le livre de Marco Lodoli te soit bien parvenu.
Baci Mireille.

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 18 avril 2012

comme j'aime ce type d'écriture, je vais peut-être le laisser tenter...

Écrit par : clara | mercredi, 18 avril 2012

Il peut voyager, n'hésite pas ;).
J'espère te revoir en Bretagne cet été...

Écrit par : Mirontaine | mercredi, 18 avril 2012

Oh, jolie... Je note immédiatement, je fais confiance en cette très bonne collection et de plus ton extrait m'a convaincue...

Écrit par : L'or des chambres | mercredi, 18 avril 2012

Je ne connais pas encore beaucoup de titres de cette collection mais tu as raison la ligne éditoriale semble plutôt originale avec de très bons choix.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 20 avril 2012

J'ai fini "Les Prétendants" hier soir.
J'ai noté plein de citations.
J'ai été dépaysée, j'ai beaucoup aimé.
Dunque:grazie tanto !!
Je t'avais envoyé un mel pour accuser réception.
J'ai proposé ce livre à Canel,mais avec le w.e,je n'ai pas encore sa réponse.
Y a-t-il une autre demande ?
baci

Écrit par : Mireille | dimanche, 06 mai 2012

Bonjour Mireille, ravie que cette lecture soit partagée. Tu peux me le renvoyer directement avec Cesarina V. car je l'ai promis à une amie, merci!

Écrit par : Mirontaine | lundi, 07 mai 2012

Les commentaires sont fermés.