ChocolaT2

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Tétins de Sainte Agathe de Giuseppina Torregrossa.

DSC_0014.JPG

Quel bonheur ce petit roman de Giuseppina Torregrossa! Elle nous conte l'histoire de la famille sicilienne d'Agatina au coeur de Palerme. Le roman s'ouvre sur la recette des cassatelle "Les Tétins d'Agathe", petites spécialités en l'honneur de la sainte que les siciliens fêtent chaque année le 5 Février.

"Au moment du café, les cassatelle étaient accueillies par des applaudissements. Le grand plateau débordait de ces petites montagnes invitantes, disposées deux par deux. Elles incitaient d'abord à toucher, puis à lêcher le sucre glace et enfin à mordre avec délicatesse, pour ne pas les blesser. Quand je croquais, la crème à la ricotta, au sucre et au chocolat envahissait ma bouche, je la sentais s'étaler sur mon palais ; je fermais les yeux et le plaisir s'étendait à tout mon corps de petite fille (...)"

La recette reste un secret entre Agatina et sa grand-mère. Les minne ("seins" en italien et mot qui désigne les gâteaux de Sainte Agathe) ont cette faculté de conjurer le mauvais sort gâce à la protection de Sainte Agathe. Cette sainte fut martyrisée: on a ordonné l'ablation de ses seins parce qu'elle s'est opposée au consentement d'un homme.

Sous le soleil de la Sicile, mêlée au parfum de la ricotta, des agrumes et de la canelle, c'est l'histoire d'une filiation, une histoire de la vie mouvementée des femmes siciliennes. Dans une langue savoureuse et malicieuse, de Catane à Palerme, ce sont toutes les traditions siciliennes qui nous sont confiées. Tandis que les femmes pétrissent les cassatelle en forme de sein, toute l'éducation féminine se livre au fil des années, de mères en filles.

En toile de fond, l'auteur évoque la montée de la mafia sicilienne et l'industrialisation mafieuse de Palerme.

Agatina est la dernière de cette lignée de femmes et on assiste impuissant à sa destinée vertigineuse malgré sa réussite professionnelle. Elle exerce le métier de gynécologue et soigne les maladies "delle minne", celle qui a emporté son arrière grand-mère, qui a frappé ses tantes et qui lui a valu cette année singulière dans son propre chemin de vie. Dans cette petite galerie de portraits féminins, le courage des femmes culmine qu'elles soient soumises ou émancipées. La société sicilienne est évoquée sans fioritures, l'évolution des moeurs, de la dévotion à la liberté sexuelle, se déploie dans la famille Badalamenti.

J'ai beaucoup aimé ce voyage dans les ruelles poussiéreuses de la Sicile, île de mes origines. La cérémonie culinaire des Tétins de Sainte Agathe est une jolie mise en abyme de la destinée des femmes, qui mènent le monde des hommes par la beauté "delle minne", ceux-là même qui étourdissent les machos siciliens et qui parfois sont source d'inquiétude.

"Les Tétins de sainte Agathe étaient une assurance sur ma santé, la douce amulette qui m'accompagnerait dans ma vie de femme". Ce roman est tour à tour, drôle, sensuel et gourmand!

Née à Palerme en 1956, Giuseppina Torregrossa vit entre la Sicile et Rome, où elle a exercé pendant plus de vingt ans la profession de gynécologue, s’occupant entre autres activement de la prévention et du traitement
du cancer du sein.

minne.jpg

 

Roman publié en 2009 en Italie Il Conto delle minne publié par Mandalori, édité en France chez Jean-Claude Lattès en 2011, sorti poche en 2012.

Commentaires

  • ça a l'air génial (et le gâteau super bon) !

  • Je t'invite vraiment à le découvrir, je pense que ce roman peut toucher tous les lecteurs au-delà de mes origines siciliennes et mon amour pour cette culture.

  • Je l'avais longtemps cherché en librairie quand il est sorti, je l'ai lu avec délectation et je voulais en parler bien.

    Mais avec ton magnifique billet, je vais me contenter du silence.
    J'ai adoré le livre et tu lui rends hommage, merci

  • Oh tes mots me touchent beaucoup, ce billet me tenait à coeur même si je n'ai pas pu dire tout ce que j'aimerais évoquer à son sujet. J'aimerais le partager avec toutes les femmes qui me sont chères.
    Je t'écris bientôt.

  • Et en plus tu me donnes faim, c'est malin ! Je note ce roman, il a tout pour me plaire ! ;-)

  • Les cassatelle sont délicieuses comme tutti dolci siciliani!

  • Je note ! Si on achète le livre, on a un gâteau avec ??? ;-)

  • Ce serait chouette en effet! Je vais en faire prochainement ;)

  • Merci pour ce titre Mirontaine !!!!

  • Tu vas l'aimer, j'en suis presque certaine!

  • j'ai ma réponse... il a l'air très bien alors ! Belle journée, biz

  • Oui! il est léger, drôle et parfois plus dur...la vie en somme!

  • La photo, c'est toi qui les a fait ?

  • Et non malheureusement les miens ne sont pas aussi précis! Je n'arrive pas à faire des tétins "alla Bardote" mais plus à la Jane Birkin!

  • Tu me mets l'eau à la bouche... Cette histoire (à croquer) semble réunir tous les ingrédients que j'aime trouver dans un roman.
    Je comprends que "Les tétins de Sainte Agathe" aient eu une résonance particulière pour toi.
    Bonne fin de semaine!

  • Oui, une résonance qui m'a touchée ;).

  • un petit air de Carole Martinez, non?

  • Je n'ai pas encore lu Le Coeur cousu mais s'il lui ressemble alors il ne faut plus que je tarde!

  • Il m'attend sur ma PAL !! Et d'un coup j'ai une folle envie de m'y précipiter !!! Même question qu'Alex : la photo est de toi ? As tu une recette spéciale ?

  • je fais la cassata mais plus en forme de gâteau, j'ai plusieurs recettes oui ;) notamment celle du livre de cuisine qui figure sur la photo, publié chez La Martinière récemment: ma bible!

  • Est-elle très différence de celle donné dans le livre ?? Aurais tu la gentilhesse de me l'envoyer en mail ??

  • Peux-tu m'adresser un mail via ninemic@msn.com. Merci! ;)

  • Je veux lire ce roman ! Un joli titre et une histoire qui devrait me plaire !

  • je note pour mon challenge italie !

Les commentaires sont fermés.