Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 juin 2012

La Robe couleur café de Maria Messina.

 

DSC_0016.JPG

A la vieille fille dont la jeunesse se fane sous l’égoïste regard des siens, au commerçant avare victime de la regrettable fécondité de sa femme, à l’adolescente amoureuse trahie par l’officier volage — sans parler des déçus du "rêve américain" qui reviennent de l’Eldorado plus misérables encore que naguère… —, à ces destins ingrats, à ces victimes du tragique ordinaire, Maria Messina rend le seul véritable hommage : celui d’une compassion qui soumet aux exigences de l’écriture la sincérité du témoignage.
On trouvera à la fin de ce recueil les lettres que Maria Messina adressait à Giovanni Verga entre 1909 et 1919, où la romancière sicilienne — dont la vie fut aussi tragique que celle de ses personnages — confie à son "maître" ses espoirs, ses incertitudes et ses premiers succès.

Née à Palerme, elle publie son premier livre en 19O9 et connait un succès
croissant jusqu'à ce que la sclérose en plaque l'oblige à cesser toute activité dans les années 2O. Elle meurt oubliée en 1944 à Pistoia sous les bombardements.

A la lecture de cette quatrième de couverture, j'étais curieuse de découvrir la plume de cette femme sicilienne au début du siècle dernier.

Ce que je retiens surtout à la lecture de ces nouvelles, c'est le portrait de la Sicile et des siciliens en toile de fond. Une société qui repose dès le début du 20 ème siècle sur un code de l'honneur. Les femmes jouent un rôle particulier dans les familles. On s'intéresse peu à leur désirs mais plus à ce qu'elles représentent d'où l'intérêt porté, par exemple, à leur virginité avant le mariage.

J'ai bien aimé retrouver la tendance proverbiale des siciliens à la discrétion voire au mutisme dans certaines nouvelles. Appréciée de son vivant par des romanciers comme Verga ou Borgese, elle sera redécouverte par Leonardo Sciascia, son compatriote sicilien. Il écrit :

"La vie sicilienne, telle que la dépeint Maria Messina, n'offre ni paysages grandioses ni drames sanglants.
Elle est toute en la mineur. Ce sont des "petits remous" dans une eau
marécageuse où sans bruit, disparaissent des êtres qui n'ont meme pas la force de se plaindre."

Nouvelles traduites par Marguerite Pozzoli chez Actes Sud, Nov. 91.

 

Commentaires

J'aime beaucoup ce que font les éditions Actes Sud, mais je n'apprécie pas trop les nouvelles, donc pas trop tentée cette fois...

Écrit par : L'or des chambres | vendredi, 08 juin 2012

Je suis restée un peu en dehors même si j'ai appris des choses sur les moeurs siciliennes à cette époque-là.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 08 juin 2012

Oh la jolie photo et qu'on a envie de se laisser caresser par ce chat tout doux...

Écrit par : Anne | vendredi, 08 juin 2012

Les commentaires sont fermés.