Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 août 2012

La Jouissance de Florian Zeller.

 

DSC_0018.JPG

Florian Zeller évoque l’histoire d’amour qui unit Pauline et Nicolas de la même manière que la construction européenne.

L’histoire politique de l’union entre la France et l’Allemagne,  est analysée en parallèle de l’histoire du couple.

Nicolas, 30 ans, est un épicurien. Il ne boude pas son plaisir à savourer la vie pleinement.

Pauline, 28 ans, est une grande angoissée. Elle travaille dans les cosmétiques et semble briller dans ses responsabilités. Nicolas semble plutôt velléitaire dans le milieu du cinéma, métaphore vivante du faux semblant. Il voue un culte au cinéma de Godard et Truffaut, se rêve réalisateur tandis qu’il s’évertue à accomplir des tâches plutôt banales sur les plateaux de cinéma. Nicolas ressemble beaucoup au personnage de Martin Page, Elias Carnel dans On s’habitue aux fins du monde.

On assiste à l’évolution du couple, Nicolas et Pauline, entre amour fou, trahison et lassitude car « les couples, comme les pays, ne sont pas éternels ».

Sur le chemin de Nicolas, s’invite la jeune polonaise, Sofia, hédoniste, qui aime « jouir et faire jouir ». Grâce à ce personnage, on s’interroge sur le titre révélateur de ce roman.

 La jouissance est le moteur des couples contemporains. La jeune génération, née en même temps que la construction européenne, se caractérise par sa recherche continue du plaisir de l’instant. Est-ce que l’Histoire contemporaine engendre une jeune génération dont le leïtmotiv repose uniquement sur la jouissance ?

Faut-il avoir connu les sombres années de guerre mondiale, la pénurie et le manque pour affronter la vie dans un esprit communautaire ?

 Florian Zeller souligne  l’individualisme propre à la jeune génération, plus intéressée par les nouvelles technologies que l’élan solidaire de ses ascendants.

En convoquant tour à tour Breton, Kundera, Leiris ou encore Beethoven, Florian Zeller offre un  bon roman sur notre société où "L'histoire commence là où toutes les histoires devraient finir : dans un lit".

Roman sympathique mais dont je ne conserverai pas un grand souvenir.

Livre lu dans le cadre de l'opération "on vous lit tout !" Merci à Libfly et la librairie le furet du Nord pour la découverte.

Le site dédié à l'opération est ouvert.

Parution fin Août chez Gallimard.

 

on vous lit tout.jpg

Commentaires

Juste un petit commentaire pour te dire combien j'aime les arrangements photos que tu crées pour mettre tes livres en valeur! C'est un plaisir pour les yeux.. Et les petits indices que tu places autour :)

Écrit par : Milly | dimanche, 19 août 2012

Merci beaucoup Milly, tes bons mots me touchent beaucoup! Bonne fin de Dimanche.

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 19 août 2012

Voilà une rentrée littéraire qui commence bien...! Et un titre de noté, un ! ;-)

Écrit par : Noukette | lundi, 20 août 2012

Il est chouette ce roman pourtant j'avais quelques réticences avec Florian Zeller.

Écrit par : Mirontaine | mardi, 21 août 2012

Conquise ou pas, finalement ?

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | mardi, 21 août 2012

Oui conquise! (mes billets manquent peut-être de "j'ai vraiment aimé"...)

Écrit par : Mirontaine | mardi, 21 août 2012

Je n'avais pas été très convaincue par ma découverte de Zeller... je le trouve trop cynique !

Écrit par : L'Irrégulière | mercredi, 22 août 2012

Moi non plus je n'aime pas trop le personnage médiatique mais j'ai apprécié ce court roman.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 24 août 2012

Telerama n'a pas aimé mais j'ai entendu l'auteur parler de son roman dans les bonnes feuilles et j'ai bien aimé sa façon d'ne parler.

Écrit par : Valérie | mercredi, 22 août 2012

Je n'ai pas encore lu les critiques pour l'instant ;)

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 24 août 2012

J'ai rencontré l'auteur à la forêt des livres (37) et ma foi, Géraldine et moi sommes d'accord : auteur agréable à regarder!
http://cdcoeurs.over-blog.net/article-foret-des-livres-cru-2012-109579995.html

Écrit par : keisha | vendredi, 31 août 2012

Je n'ai pas aimé du tout

Écrit par : zazy | lundi, 07 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.