Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 29 octobre 2012

Le Tag où je me livre(s)

 

liIiii.jpg

Tagguée depuis un certain temps par Aproposdelivres, je profite des vacances scolaires pour répondre aux différentes questions.

Le livre que j'ai particulièrement aimé:

La Folle allure de Bobin...j'étais seule pour quelques heures et ce que je m'apprêtais à vivre n'était pas un moment des plus joyeux. Céline m'avait offert ce livre en me confiant son élan vers cette plume si singulière. J'ai tourné les pages en pensant très vite à me procurer toute sa bibliographie. Grâce à ce livre, j'ai oublié l'endroit où je me trouvais.

Le livre qui ne m'a pas plu:

Je les oublie, je n'en parle pas sur le blog... à quoi bon?!

Le livre qui est sur ma PAL:

Ils sont nombreux... Je souhaite lire très vite le roman de Régine Salvat Une Histoire à tenir debout , un témoignage sur le combat de son fils, La Peine du menuisier  de Marie Le Gall offert par  Aproposdelivres lors du Swap "Be on my road", La Femme de l'allemand de Marie Sizun offert par Catherine. Récemment, j'ai écouté l'interview d'Olivier Adam pour son dernier roman Les Lisières, j'étais très perplexe sur les thèmes choisis mais ses propos m'ont convaincue de le lire assez rapidement. 

Le livre qui est dans ma wishlist:

Les romans de Thomas Vinau et ceux de Fabienne Juhel...et puis une multitude d'autres livres. Je me réjouis d'avance de découvrir d'autres histoires, des êtres de papier ...

Le livre auquel je tiens:

Les Années d'Annie Ernaux. Il s'est invité à un moment particulier. Je lis tous les livres d'Annie Ernaux depuis mes études de lettres, elle était mon enseignante par correspondance. Je le suis devenue et dans Les Années elle évoque une parenthèse singulière dans sa vie que nous partageons également. Je ne sais pas si l'appréciation d'un livre est plus importante lorsque l'identification est si forte, toujours est-il que j'affectionne tout particulièrement ce livre. C'est le livre que j'aime offrir aux femmes qui me sont proches. Le mois dernier j'ai regretté de ne pas l'avoir envoyé plus tôt à l'une d'entre elles...

Le livre que je voudrais vendre ou troquer:

Je n'arrive pas à me séparer de mes livres, même des daubes. Je les cache dans un meuble mais c'est difficile de les donner parce qu'ils correspondent à un moment particulier.

Le livre que je n'ai pas réussi à terminer:

Belle du seigneur d'Albert Cohen...je l'ai ouvert en 1ère grâce à mon professeur de français, mes amis me demandaient si je lisais le botin...je l'ai emmené à la maternité, j'ai progressé de quelques pages, je l'ai repris lorsqu'une parenthèse s'ouvrait, certaine d'avoir tout le temps pour le finir...toujours pas. Je l'emporterais avec moi!

Le livre dont je n'ai pas encore parlé sur mon blog:

Probablement toutes mes lectures en art- thérapie, c'est ce qui me vient à l'esprit en premier lieu, les livres d'Anne-Marie Jobin. En littérature, je n'ai pas encore parlé de certains textes de Bobin, tellement mes mots me semblent futiles. Je laisse juste ses mots imprégner ma mémoire.

Le livre que je vais lire en lecture commune:

La Fille de l'Irlandais de Susan Fletcher pour  le mois de Novembre quand nous parviendrons à nous accorder sur une date! C'est une lecture formidable pour la saison.

Je propose ce tag à qui le souhaite... 

dimanche, 28 octobre 2012

Du Bulgom et des hommes d'Amandine Dhée.

DSC_0027.JPG

Je poursuis ma découverte de la maison d'édition lilloise La Contre allée. J'aime assez le catalogue très diversifié de La Contre allée qui oscille entre plusieurs collections avec des thématiques variées: des faits de société pour "Un singulier pluriel", un panorama de la région Nord-Pas-de-Calais avec la collection La Sentinelle... entre autres. 

Du Bulgom et des hommes est un texte court, une centaine de pages, plutôt surprenant. Amandine Dhée évoque la vie urbaine en détaillant les comportements humains. Au coeur de la ville, on rencontre des vieilles dames armées, d'étranges conseillers municipaux...le tout commenté avec un humour caustique! Le côté satirique est propice à la réflexion sur les habitudes des citoyens en ville.La description des transports en commun est très drôle.Les différents portraits forment une palette très plaisante. Le ton complétement déjanté offre un délicieux moment de lecture, jubilatoire au coeur de la monotonie de l'automne. 

"Quand il se produit des accidents près de moi, y'a comme une angoisse qui me monte au ventre. Pas à cause de l'accident, mais parce que j'ai passé mon brevet de secourisme il y a quelques années et que j'ai donc pour devoir d'intervenir dans ces cas-là c'est écrit dans le guide.
- Oui d'accord mais le problème c'est que je me rappelle plus vraiment enfin plus exactement les manœuvres qu'il faut faire ça devient de plus en plus flou dans ma tête alors j'ai peur de faire un geste qui achève ce pauvre type
- Oui d'accord mais d'un autre côté les gens à côté de lui ils sont peut-être encore pires que moi peut-être que eux ils ont même fait aucune formation alors faut que j'y aille bon sang.
- Oui d'accord mais mais attends la Position Latérale de Sécurité c'est comment déjà je crois qu'il y a un truc avec le bras je ne sais plus je devrais peut-être aller chercher dans mon bouquin il doit être quelque part dans la cave.
- Non mais attends ça sert à rien voyons... c'est une urgence vitale !

Je déconseille à qui que ce soit de passer le brevet de secourisme, c'est beaucoup trop angoissant."

Auteur à suivre! 

jeudi, 25 octobre 2012

L'Homme-joie de Christian Bobin.

DSC_0019.JPG

Ouvrir le dernier texte de Christian Bobin...L'Homme-Joie ... et découvrir une ode à la nature sous le bleu du ciel, admirerl'oiseau serviteur et quelques grains de sel angéliques, partir à la rencontre d'un roi soleil, assis sur le trône rouge de la grande salle de notre coeur, lire quelques pages imbibées de ciel bleu, faire la connaissance de Maria, l'alliage du farouche et du pur, admirer les oeuvres de Soulages avec la paix massive face au calvaire d'or, comprendre l'exil irrésistible de Glenn Gould, apprendre que le silence des morts est le même que celui des fleurs... Lire L'Homme-Joie c'est partir à la rencontre de textes brefs, d'une plume poétique qui enchante la vie, c'est une formidable relecture de Corneille et Suréna, du Typhon de Conrad... c'est ranimer La Plus que vive tant aimée, cachée dans chacune des pages, c'est honorer la vie dans l'infiniment petit...Un immense merci pour la grâce poétique de ce livre que l'on referme après avoir ressenti une joie radieuse.

DSC_0021.JPG

DSC_0022.JPG


L'homme-joie par Editionsiconoclaste 

Livre lu dans le cadre de l'opération La Voie des indés, organisée par Libfly.Je remercie vivement la maison d'édition L'Iconoclaste pour l'envoi de ce bijou, ainsi que l'équipe de Libfly. 

La voie des indés.jpg

lundi, 22 octobre 2012

Le Confident d'Hélène Grémillon.

DSC_0019.JPG

"La vie, c'est dépendre des caprices de son corps".  

Ce livre est tombé à point en ce mois d'Octobre. Pas trop envie de lire, un corps capricieux...et pourtant, à peine ouvert, je ne pouvais plus le reposer. Je me suis laissée emporter par la vie de Camille dans ce roman polyphonique. J'ai aimé la densité des personnages, la construction romanesque. J'aime beaucoup les romans qui donnent à voir, à ressentir, à éprouver, crescendo. La correspondance entre Camille et Louis, sur fond de Seconde Guerre Mondiale, révèle un terrible secret à mi-chemin entre le récit historique et le suspense psychologique. Un très bon premier roman que je vous conseille vivement.

Mille mercis à Catherine!