Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 novembre 2012

A l'angle du renard de Fabienne Juhel.

 

DSC_0093.JPG

Arsène Le Rigoleur, contrairement à ce que suggère son patronyme, il ne rigole pas beaucoup. Paysan breton, bourru, il vit dans une ferme assez isolée. Un beau jour arrive la famille Maffart, des citadins avec leurs deux enfants, Louis et Juliette. La petite fille joue beaucoup dans la cour d'Arsène et sa maman s'interroge. Louis, plus réservé, rôde autour de la maison d'Arsène mais ne s'en approche jamais.

Dans une langue paysanne, Arsène raonte son quotidien à la ferme, il évoque sa mère placée dans une maison de retraite et son unique copain Yvan. Arsène se livre et l'atmosphère devient de plus en plus lourde. L'histoire de notre paysan breton est distillée au fil des pages jusqu'à l'émergence d'une étange filiation aux renards.

Le roman de Fabienne Juhel oscille entre la vision manichéenne du bien et du mal, des secrets et des révélations, les meurtres et la douceur d'Arsène. L'humain et l'animal s'entremêlent dans le personnage taciturne.

J'ai beaucoup aimé l'ambiance de ce roman dans ce cadre  mystérieux d'une vieille ferme bretonne où règnent les croyances populaires. Et puis le feu follet Juliette ravive progressivement la noirceur d'Arsène.

Voici l'incipit, vous n'avez plus qu'à poursuivre la lecture de ce très beau roman dont on attend la fin avec angoisse et soulagement...

 « C’est ici qu’il se terre. Non loin des hommes qu’il fréquente à distance, entre chien et loup.

Il a toujours habité ici, dans ce bois, après le village, sur cette butte qu’on appelle Le Tertre. Sans doute parce qu’il y est né. Ça aurait pu être un autre bois, plus au sud, sous un meilleur climat, ça aurait été pareil ; il n’aurait pas bougé. Aucun danger. Est-ce qu’on demande à un arbre d’aller planter son fût ailleurs ? Est-ce que ces choses-là sont mêmes possibles ? »

Commentaires

J'avais beaucoup aimé également mais je n'ai rien lu d'autre d'elle pour encore. J'y compte bien !

Écrit par : sylire | vendredi, 30 novembre 2012

Un roman intéressant pour son ambiance, en effet.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | dimanche, 02 décembre 2012

J'aime l'ambiance étrange qui ressort à la lecture de ton billet ça donne envie !!

Écrit par : Cristie | mardi, 04 décembre 2012

Beaucoup aimé aussi.
Tout ce qu'elle écrit est bien.

Écrit par : Mireille | mercredi, 05 décembre 2012

J'aime beaucoup l'écriture de Fabienne Juhel que j'ai découvert avec ce titre. "Les hommes sirènes" furent aussi un vrai coup de cœur, mais son dernier roman m'a déçu.

Écrit par : Fransoaz | mercredi, 05 décembre 2012

Je savais bien que j'avais eu envie de le relire grâce à quelqu'un et à cette nouvelle couverture!
Je l'ai repris avec beaucoup de plaisir et j'aime beaucoup ce que tu dis sur l'humain, l'animal, la douceur et le mal.

Écrit par : VanessaV | vendredi, 31 janvier 2014

Et moi en lisant ton billet hier, je me disais "mais il me dit quelque chose"...étrange non?! Je pense souvent à toi. Je t'embrasse.

Écrit par : Mirontaine | vendredi, 31 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.