Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Station thermale de Ginevra Bompiani.

DSC_0219.JPG

"Comme si la vie passait à côté d'elle. Ou peut-être que c'est moi qui suis comme ça et que je me revois en elle quand j'étais petite. Avec cette impression que ma vraie vie s'écoule dans le lit d'un fleuve à côté de moi, je pourrais la rejoindre d'un bond, mais ce bond, je ne veux pas le faire. Et quand je découvrirai pourquoi, il sera trop tard. Ou quand la terre de la berge cédera tout simplement et que je me retrouverai dans le lit de mon fleuve, le courant m'emportera sans que je nage. Ce ne sont pas des choses qu'une enfant pense. Mais qu'elle vit. Moi je les vivais. Peut-être qu'elle est plus pragmatique, moins imaginative, plus moderne, elle nous supporte, je ne sais pas pourquoi elle nous supporte".

Je vous emmène dans une station thermale. Un hâvre de paix soit-disant. C'est probablement ce que pensent les trois femmes et la fillette qui se rencontrent dans ce lieu.Le temps est suspendu et on entre à pas feutrés dans ce gynécée. Loin du monde, celui des hommes, les femmes vont s'observer, apprendre à se connaître et révéler des secrets enfouis.

Lucy, la fillette, s'ennuie. Elle tente de débusquer les secrets de sa tante Emma. Giuseppina, telle une impératrice, jouit des plaisirs pantagruéliques de la vie. Lucia se montre soucieuse du temps qui passe et tente de conjurer le sort en s'adonnant aux soins de chirurgie esthétique.

Peut-on échapper à ce que l'on est? Telle est la question posée par Ginevra Bompiani dans ce très beau roman "mélancomique" . Dans le huis-clos, les femmes se révèlent à elles-mêmes.La plume est incisive au sujet du temps qui passe, de la vieilesse et de la maladie. Ces femmes souffrent toutes d'une timidité affective. Le lieu de la station thermale crée l'illusion, celle d'échapper au temps, de se créer un nouveau départ à force de bains de mer.

La chute est très belle et marque l'apogée de toutes les vérités. 

Roman publié chez Liana Levi en Octobre 2012, traduit de l'italien par Jean-Luc Defromont. 

Merci à Dialogues Croisés pour cette très belle découverte.

 

dialogues croisés.pnglogochallenge3.png

 

 

Commentaires

  • J'ai l'impression que ce roman me plairait bien! "Mélancomique", c'est pas mal trouvé et j'aime la citation! Je le retiens en tout cas.

  • Il est vraiment beau, je dois lire L'Etourdi également de Ginevra Bompiani.

  • Première fois que j'entends parler de ce livre. Merci Mirontaine !

  • Je suis certaine qu'il te plaira! Il part chez Lucie et peut venir chez toi. Fais-moi signe par mail.

  • oh ton billet me donne sacrément envie, je m'aperçois de plus en plus que nos goûts sont communs parce que nos sensibilités sont si proches...

  • Je suis touchée par ce que tu dis...je partage ton impression.
    Carole Zalberg et Ginevra Bompiani vont donc voyager ensemble dans la même enveloppe, c'est une jolie cohabitation!

  • Aïe! il semblerait que tu m'avais proposé ce livre !!!Puis-je l'écrire à Lucie pour l'avoir ensuite?
    baci

  • Mireille, il part chez toi d'abord alors et prendra la route chez Lucie ensuite, peu importe ;). Des bises Mireille.

  • J'aime bien ton mot tiroir : mélancomique....

  • C'est le mot employé par Ginevra Bompiani, elle-même, pour qualifier son roman.

  • une maison d'édition que j'apprécie.

  • Oui... Liana Levi a de très bons choix d'édition, j'aime beaucoup!

  • Je te souhaite une bonne année 2013.

  • je passais juste te souhaiter une excellente année!!!

  • bonne année! bonne année!

  • je ne connais pas cette auteure et ce livre semble intéresant

Les commentaires sont fermés.