Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 janvier 2013

Une photo, quelques mots.

venise.jpg

Je suis fardée toute la journée.

 J'inspire le rêve et la féérie. Les gens se pressent autour de moi, m'immortalisent sous de multiples photos.

Les voix fusent... "Bellissima" "Bravissimo" "Grazie mille"...

Je souris aux passants, j'offre des regards perçants mais sous mon armure tout est différent. 

Sous le masque, tout me paraît si simple. Je semble si lisse avec tout ce maquillage, je me cache sous des faux semblants.

Je ne suis qu'une poupée de cire, qui se consume au fil des jours...

Tu penses en m'observant que je suis l'incarnation même de la joie, de la beauté suprême et sous des attributs désuets, je laisse oeuvrer mon air enjoué.

Poupée ou déesse de  chiffons, je suis une femme en kit...

 Le soir, en rentrant dans mon petit studio della Calle de la Pieta, je retire mes cheveux, j'ôte délicatement les couleurs sur mon visage, je retire mon costume, ma robe me semble aussi lourde qu'une côte de mailles. Je fais glisser mes bas, les dernières dentelles, si légères.

Je m'observe, ainsi, nue dans la glace...

 Dans la pièce, la voix d'Emily Loizeau m'accompagne: "Toi, la blafarde, la visage pâle, colore-moi, de peinture rouge, de brou de noix pour ce combat"..."Je serai fort dans la bataille, je ne pleurerai pas"...

Je m'observe dans la glace, j'aimerais poursuivre ce rituel du déshabillage mais je suis totalement dénudée. J'ai un dernier souhait , encore, ce  serait de pouvoir enlever cette cicatrice sur mon corps et cette peur qui me tenaille. Je passe le coton sur cette ombre sous mon oeil...si seulement je pouvais effacer toutes les tâches de mon corps...

Demain matin, j'écouterai à nouveau cette chanson "May the beauty, make me walk" inspirée d'une prière Navajo: "Puisse la beauté qui m'entoure me faire marcher ou sinon laissez-moi mourir" et je déambulerai à nouveau vers la piazza San Marco, sourire aux lèvres...

Mirontaine.

Voici mon texte pour l'atelier de Leiloona.

09:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Que c'est beau !Et bouleversant.

Écrit par : Mireille | lundi, 28 janvier 2013

Ah, cet album d'Emilie Loiseau,
Ah ce beau texte de Mirontaine...

Bellissima

Écrit par : stéphanie | lundi, 28 janvier 2013

J'aime beaucoup, en particulier le lien entre la musique et ton texte, c'est très beau.

Écrit par : Yosha | mardi, 29 janvier 2013

Quelle jolie idée de nous livrer l'évocation qui a fait naitre entre toi ce texte. L'articulation des mots et de la musique est très chouette. Et je retiens l'idée de pouvoir retirer toutes les tâches de son corps...

Écrit par : Gaëlle | mardi, 29 janvier 2013

Je viens tout juste de rattraper mon retard, j'ai ajouté ton lien. Désolée, vraiment de mon retard. Je cours ...

C'est un super texte, Mirontaine. J'espère retrouver ta délicatesse sur d'autres photographies.

Bises.

Écrit par : Leiloona | dimanche, 03 février 2013

Les commentaires sont fermés.