Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Profanes de Jeanne Benameur.

DSC_0190.JPG

Octave Lassale a quatre-vingt-dix ans. Ancien chirurgien du coeur, il vit seul."J'ai appris aussi à aller encore dans chaque jour en espérant que la nuit suivante emporterait tout et moi avec". 

Mais il souhaite anticiper et être accompagné dans ses derniers jours. Il passe une petite annonce et recrute quatre personnes qui vont pénétrer dans sa maison... son quotidien...son coeur.

Il a besoin d'autres êtres humains qui comme lui, s'égarent, pour s'approcher de ce qu'est la vie.

Jeanne Benameur propose un très bon roman sur "l'être ensemble". Ce thème, largement abordé en littérature, est magnifié sous la plume de Jeanne Benameur. Son style est nourri d'images et de poésie.

Quel est le moteur qui permet à ces personnages d'avancer dans la vie? Aucun Dieu ne semble motiver Octave, Béatrice, Hélène, Yolande et Marc.

 Le doute à lui seul permet de dépasser "le fait d'être un homme, juste un homme de chair, de sang et de pensée.Aujourd'hui je me donne droit au doute. Un profane aussi a le droit de douter. Le doute n'est pas réservé aux croyants."

La peur du désastre est omniprésente dans la vie d'Octave Lassale mais aussi dans celle de ses accompagnants."On peut sauver ou ruiner toute une vie quand on prend le risque[...]Est-ce que la vie n'est pas la seule louve à faire entrer dans la bergerie?"

Le personnage de Béatrice m'a beaucoup séduite.Cette jeune femme discrète, qui a tellement besoin du vide."Petite,, elle a été dévorée. Le silence des parents est un ogre. Il vous avale dans les questions qu'on ne pose jamais. Ces deux êtres-là vivaient vivent et vivront au secret des bandelettes qu'ils ont passé leur vie à tisser autour de leurs bouches, de leurs yeux."

Toute l'écriture de Jeanne Benameur est ciselée. Sa force repose sur la beauté des mots et la profondeur des personnages.

Tel un vieux fou Octave continue à croire, envers et contre tout, qu'il y a quelque chose de plus fort que la mort, quelque chose de plus intéressant que la mort. Il souhaite qu'Hélène, la femme artiste-peintre, dessine le portrait de sa fille, tel le Fayoum.

Voilà...j'ai refermé ce roman, secouée par les personnages. Des personnages de papier qui donnent la force, "qu'aucune foi en un Dieu, fût-il d'amour" ne puisse donner.

Jeanne Benameur met la foi au coeur des êtres humains, sous couvert d'une ellipse stylistique... mais c'est joliment offert dans Profanes.

Profanes, Actes Sud, janvier 2013.

Merci infiniment Isabelle.

 

Challenge-Jeanne-Benameur

 

Commentaires

  • ça donne envie!! j'ai emprunté à la bibli Laver les ombres, le seul de ses romans qui était disponible.

  • Je pense l'acheter au salon...

  • Merci Mirontaine pour cet excellent article sur le dernier livre de Jeanne Benameur. J'ai envie de lire ce livre, tellement il semble qu'il y a de la délicatesse et une certaine tendresse.
    Bonne journée.

  • Un autre beau billet!! Je n'ai pas le temps de lire en ce moment, mais je lis un chapitre ou deux par jour... disons que je le déguste à petites bouchées!

  • De rien...
    Je suis contente qu'il t'ait plu autant qu'à moi.

  • J'en entends tellement de bien que j'ai peur de ne pas aimer....

  • j'aime ton billet...quel est notre moteur quand on ne croit en aucun dieu : les humains aussi imparfaits soient ils.

  • Lecture prévue la semaine prochaine. Je reviendrai donc lire ton billet plus tard !

  • Une auteure dont j'aime beaucoup la plume.

  • Certainement une de mes prochaines lectures...

  • je suis dans "Les reliques" et je lirai ensuite "Demeurées"... j'espère aimer! même adorer!!!!

  • Quel joli billet...! Je suis ravie de ta participation à ce challenge, vraiment ! ;-)

Les commentaires sont fermés.