Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 12 avril 2013

La Maternité de Mathieu Simonet.

DSC_0303.JPG

Refermer ce livre, un peu secouée, bouleversée. Pas forcément par le sujet difficile, celui de la mort d'un être proche...non plutôt par la beauté des mots choisis dans ce moment si doux en émotions.

Réussir le pari de mettre de la vie dans les derniers jours d'existence, brosser le portrait d'une femme atypique, intègre, révoltée, un peu à l'image de Goliarda Sapienza.

La Maternité n'est pas seulement un livre sur la fin de vie,  un livre sur ce mal terrible qui chamboule nos vies, sur cette maladie qui décime...c'est un livre plein de vie qui bouscule la nôtre. 

Mathieu aime beaucoup recueillir les propos des gens, les manifestations de la souffrance brute, le désarroi émotionnel. Ces confidences sont réunies dans des petits carnets. C'est probablement la source de son travail littéraire, une sorte de collage des échantillons de vies. Cette vie surprenante, sans pitié parfois. La mère de Mathieu souffre d'un cancer, une première alarme. Une année singulière puis la rémission. Il comprend dès lors que la parole de sa mère doit être recueillie à son tour dans les petits carnets. Puiser l'inspiration dans la parole de cette femme avant que le crabe ne soit de retour. Pascale Simonet souhaite surtout parler de l'après maladie, cette période où tout redevient normal aux yeux de l'entourage.

Fidèle  à sa démarche singulière de recueillir les témoignages, Mathieu Simonet donne la parole aux professionnels de la fin de vie et transcende l'indicible grâce aux propos d'une bénévole en soins palliatifs, d'un prêtre, d'un embaumeur. Le récit est assez ludique parfois par son côté protéiforme qui oscille entre l'entrée dans un établissement de soins palliatifs, les réminiscences de l'enfance chamboulée et le questionnement d'anonymes sur le thème de la mort. Lire attentivement les visions oniriques, fantasmées, enfantines de la représentation de la mort, une grande lecture visuelle des gens en somme qui autorise l'intéraction entre l'imaginaire et le symbolique, faire face à la résurgence des croyances magiques.

Comment répondre au flot de questions et aux angoisses suscitées par ce qui n'est, en principe, que l'aboutissement normal de toute vie?

Entrer dans l'établissement de soins palliatifs, autrefois une maternité...parce qu'un accouchement c'est un peu comme la mort, après le tumulte s'invite le temps de l'apaisement.

Lire La Maternité c'est sublimer la dramaturgie lacrymale au-delà de la souffrance initiale. Nous ne sommes pas préparés à la douleur brutale, incompréhensible, ressentie où la mort fait irruption dans notre vie. Acquise une certaine maturité, la mort de l'autre devient indubitablement un peu notre propre mort. Intégrer la mort de l'autre est une démarche conceptuelle ardue, passer par le filtre de la littérature nous permet alors d'en parler, avec les mots des autres. Le postulat de la mort suggère des échanges difficiles et esquivés entre Mathieu et sa mère. Dans une société soumise au refoulement de ces questionnements, l'incertitude et l'errance résonnent d'autant plus fortement lorsque surgit l'épreuve du deuil, soudaine ou attendue.

Le roman se referme sur la mort de Pascale Simonet le 4 Juillet 2009. C'était un samedi. Telle une autobiographie collective ou une natation synchronisée, La Maternité a profondément résonné en moi. Ce samedi- là, un autre exemplaire de Paris Match sur la mort de Mickaël Jackson trônait sur la table de nuit d'une chambre aseptisée du Nord de la France, la bête venait d'être délogée.

Merci Sophie Andriansen pour m'avoir mise sur la voie, merci Mathieu. 

 

Commentaires

Merci pour le clin d'œil en fin de billet, Mirontaine. La Maternité est un livre important, je crois.

Écrit par : Sophielit | vendredi, 12 avril 2013

waou, ton billet...je note

Écrit par : lucie | vendredi, 12 avril 2013

Très très impressionnant, et ton billet et ce livre... ce n'est pas le moment, la vie reprend son lot d'attention mais je viendrais à cette lecture, merci

Écrit par : VanessaV | vendredi, 12 avril 2013

Billet très bouleversant

Écrit par : Catherine | vendredi, 12 avril 2013

La maternité, un roman sur la fin de vie ?

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | vendredi, 12 avril 2013

Je n'ai pas encore lu cet auteur mais j'ai lu de nombreux billets très positifs sur ses livres alors j'y songe !

Écrit par : sylire | vendredi, 12 avril 2013

Que j'aime lire et entendre Mirontaine... Alors pour ce billet, pour cet avis, pour la vie qui s'écoule...

Écrit par : sabeli | samedi, 13 avril 2013

J'avais beaucoup aimé "les carnets blancs" du même auteur, je note car cela m'intéresse de le lire de nouveau.

Écrit par : antigone | samedi, 13 avril 2013

Quel beau billet... Noté !

Écrit par : Noukette | mardi, 16 avril 2013

Les commentaires sont fermés.