Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 avril 2013

Nos vies désaccordées de Gaëlle Josse.

DSC_0331.JPG

"Du jour où j'ai pu vivre ailleurs, j'ai choisi des lieux où la vie ne s'arrête jamais, rassuré par la disponibilité, l'abondance des êtres et des choses, par l'illusion des innombrables possibles à portée de main, et par l'irremplaçable liberté de l'anonymat." 

Il est velléitaire cet homme...François Vallier, jeune pianiste célèbre. Il court le monde, donne des concerts chaque soir. Le portrait de cet homme, à l'affût du must-have, n'avait rien pour me plaire. Un éternel insatisfait... parce qu'il pense que l'eau est sans doute plus fraîche ailleurs, que la joie de vivre repose sur les biens matériels. 

Sauf qu'il sera contacté par un homme, un soignant à qui le talent de François Vallier fut porté à la lumière grâce à une jeune femme internée. Cette jeune femme c'est Sophie, que François a aimée passionnément puis abandonnée, juste après une interruption médicale de grossesse. Elle écoute en boucle ses enregistrements, peint une toile gigantesque dans sa chambre, une oeuvre manichéenne qui oscille entre le blanc et le noir, le reflet indubitablement de sa propre vie. Il décide de tout quitter pour la retrouver.

C'est à ce moment-là que la narration se fait plus douce...on entre lentement dans l'introspection, dans le dénuement d'un homme. Confronté à un univers inconnu, celui de la campagne où est internée Sophie, François va devoir se dépouiller de son personnage. Se regarder en face n'est pas chose simple pour un artiste, pour cet écorché vif en particulier...

Est-on invincible en amour? La musicalité de l'amour peut-elle revenir dans la routine de nos vies? Comment retrouver un amour perdu dans ce temps suspendu? Où puiser la sérénité lorsqu'on est désarmé?

La plume de Gaëlle Josse offre de beaux portraits, en demi-teintes d'un homme et d'une femme, perdus et vaincus par la passion amoureuse. Sous couvert d'une nonchalance, la narration ne m'a pas toujours emportée...

Je tenterai la lecture de son premier roman Les Heures silencieuses

Merci Catherine, pensée pour Frédéric A.

Commentaires

Les heures silencieuses est mon préféré !

Écrit par : clara | jeudi, 11 avril 2013

" Car nous abritons en nous quantité de souvenirs et de réflexions, il ne se trouve personne pour les entendre, et le cœur s'étouffe de les contenir "... La suite sur ma PAL !!!

Écrit par : Sabeli | jeudi, 11 avril 2013

J'ai beaucoup aimé les heures silencieuses, comme Clara et j'ai celui-ci dans ma PAL... J'espère l'aimer autant que le premier mais je crains que ce ne soit pas le cas vu ton avis et ceux que j'ai lus ici ou là.

Écrit par : sylire | jeudi, 11 avril 2013

Ce livre m'a plu dans le sens où la musique permet de réunir ces deux univers devenus si étrangers l'un à l'autre

Écrit par : Catherine | jeudi, 11 avril 2013

comme toi avis en demi teinte...

Écrit par : lucie | jeudi, 11 avril 2013

J'ai lu il y a peu Les heures silencieuses... Bien envie de découvrir celui ci !

Écrit par : Noukette | jeudi, 11 avril 2013

Toujours pas tentée - pour le moment.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | vendredi, 12 avril 2013

J'ai bien aimé celui-ci mais le premier m'a bien davantage touchée. Elle vient de publier le troisième, Noces de neige.

Écrit par : Anne | vendredi, 12 avril 2013

Je l'ai aimé ce livre...beaucoup !

Écrit par : Un autre endroit | mercredi, 17 avril 2013

Oh comme ce titre me fait de l'oeil.

Écrit par : moka | dimanche, 21 avril 2013

Les commentaires sont fermés.