Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 avril 2013

Renaître de Susan Sontag.

DSC_0296.JPG

La vie émotionnelle est un système d’égout complexe

 

Premier des trois volumes de carnets de Susan Sontag, essayiste et romancière américaine. Publiés à titre posthume grâce au travail de son fils David Rieff, on découvre Susan jeune fille velléitaire, très déterminée, éprise de liberté. On apprend sa volonté affirmée de vivre pleinement son homosexualité. Elle évoque ses erreurs notamment son mariage. "Le mariage est une sorte de chasse tacite en couples. Le monde est tout en couples, chaque couple dans sa petite maison, qui veille à ses petits intérêts et qui marine dans sa petite intimité –c’est la chose la plus répugnante au monde."

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt les bribes de ses écrits intimes, ses réfexions très pertinentes sur l'amour notamment: "Il est douloureux d’aimer. C’est comme se donner à dépecer, en sachant qu’à tout moment l’autre personne peut très bien partir avec votre peau."

Renaître couvre la période 1947-1963 et porte à la lumière la trajectoire intellectuelle et créatrice de cet écrivain d'importance aux Etats-Unis.

Susan Sontag aime les listes notamment la liste des livres lus, les films à voir, la musique à écouter. Ses écrits permettent d'apprécier son acuité de pensée, son désir de réussite sociale... Comme l’écrit son fils David Rieff dans sa préface à Renaître : « Ceci est un journal dans lequel l’art est vu comme une affaire de vie et de mort, où l’ironie est considérée comme un vice et non une vertu et où le sérieux est le bien suprême. […]

C'est toujours une démarche un peu empreinte de voyeurisme que de son plonger dans les journaux intimes des auteurs, je me remémorre le plaisir ressenti à la lecture des journaux de Simone de Beauvoir. Curieuse de connaître son rapport à la vie, à l'existence en parallèle de ses publications. Les livres sont souvent des machines à analyser la vie, et observer les rouages intérieurs d'une créatrice m'ont beaucoup fascinée. Une intelligence brute nous est offerte: "Pour écrire, vous devez vous autoriser à être la personne que vous ne voulez pas être (de toutes les personnes que vous êtes)."

Susan se prend comme sujet de pensée, se regarde vivre et médite sur l'existence. Pénétrer dans "sa chambre à soi" est un réel bonheur de lecture. J'attends les autres tomes avec impatience. Ce matériau... les livres, la vie, les vicissitudes de l'esprit et du corps sont d'une belle profondeur.

Renaître (Christian Bourgois éditeur), traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anne Wicke.

Commentaires

En ce moment même je lis je journal de Carol Oates, je comprends donc ton ressenti de lecture.

Écrit par : sylire | mardi, 23 avril 2013

Ton billet me rappelle des possibilités de sujets au capes sur "l'écriture de soi"

Écrit par : Catherine | mardi, 23 avril 2013

Pas tentée, à cause des listes peut-être, j'ai horreur de ça.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | mercredi, 24 avril 2013

@Sylire: Je pense le lire prochainement!
@Catherine: et nos interminables suppositions de sujet dès le mois de Février! Ah ce CAPES, il a permis de nous rencontrer, on ne peut donc lui en vouloir ;)
@Alex-Mot-à-Mots: Elles ne sont pas si nombreuses que ça les listes.

Écrit par : Mirontaine | dimanche, 28 avril 2013

Les commentaires sont fermés.