Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 mai 2013

Col de l'ange de Simonetta Greggio.

Mai 2013 001.JPG

On entre dans ce roman comme au milieu d'une ambiance lourde et mystérieuse. C'est Nunzio qui prend la parole. La mémoire d'outre-tombe du narrateur omniscient. Mort depuis dix-sept jours, Nunzio remonte le fil des souvenirs et nous permet de prendre connaissance de l'existence de Blue et Marcus. Les premières pages évoquent le singulier triangle relationnel qui unit ces personnes. Blue, amie de Nunzio, rentre au Col de l'ange, lieu de son enfance et retrouve Marcus, le frère de Nunzio. Elle cherche à comprendre.

"Rien n'expliquerait jamais ma sortie ultime dans la nuit, personne ne raconterait jamais autre chose que ce qui était resté enregistré dans les cellules de mes cheveux, dans les parcelles de ma peau. Dans mon coeur invisible qui n'en revient pas, qui continue de saigner devant cette fin à laquelle il ne s'habitue pas. Cette mort à laquelle je ne comprends rien, cet état auquel je ne peux m'accoutumer. Je me demande, de la même manière que vous vous le demandez, Marcus et toi, quelle absurde cruauté, quelle banale et horrible mise à mort m'a frappé. Je suis là, près de vous, de votre chaleur et de vos pensées qui montent vers moi, mais est-ce vous qui avez besoin de moi, ou moi qui ai besoin de vous?"

Le Col de l'ange où la montagne se fait refuge. Simonetta Greggio décrit avec beaucoup de talent l'âpreté des nuits en haute montagne. Nunzio s'apparente à l'ange gardien. Blue est à nouveau un personnage très sensuel sous la plume de Greggio et cette histoire, sous couvert d'une noirceur thématique, illumine le roman au fil des pages. La nature est omniprésente. Le souvenir de la lecture d'un texte de Giono Batailles dans la montagne m'est revenue en mémoire. Les personnages sont complexes et se dévoilent petit à petit. Les souvenirs d'enfance construisent des êtres à la Colette où la psychologie pleine de profondeur leur permet de croire au bonheur, malgré tout.

"Ton père t'a adorée. A sa façon impure, malade, corrompue. Il t'a aimée comme un pauvre être peut trop et mal aimer. Mais ça, les petites filles ne peuvent pas le comprendre." 

Roman sensuel que je vous invite vivement à découvrir.

Commentaires

Un roman que je n'aurai pas choisi de prime abord, mais pourquoi pas, après avoir lu ton billet.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | vendredi, 31 mai 2013

Je dis et redis que ce livre fut pour moi un coup de coeur total !!Je ressentais les émotions, les absences, tout quoi .

Écrit par : Mireille | jeudi, 06 juin 2013

Les commentaires sont fermés.