Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 juin 2013

Inassouvies nos vies de Fatou Diome.

Juin 2013 002.JPG

Première rencontre avec Fatou Diome et je ne suis pas déçue de ce beau voyage et cette expérience enrichissante. Ouvrir Inassouvies, nos vies c'est un peu commencer un dialogue avec Fatou Diome, le temps d'un thé pour infuser nos vies et partager leur saveur. L'espace de la feuille blanche  est donné comme une ouverture au dialogue avec son lecteur car "Que garde-t-on des humains? Que gardent-ils de nous? Que reste-t-il de nos rencontres?[...]L'ordinateur véhicule des amitiés dyslexiques. Derrière l'écran, les tendresses sont des mets succulents sous cloche, hors d'atteinte."

C'est l'histoire de Betty, une jeune femme, qui vit un peu en marge de la société, venue d'Afrique, elle s'est installée à Strasbourg. Elle semble désabusée par le quotidien et trouve refuge dans son appartement où elle passe le plus clair de son temps à épier ses voisins de l'immeuble d'en face avec une curiosité toute émoussée. Une sorte de Fenêtre sur cours , mais en beaucoup plus poétique.

L'immeuble est cossu, la population est plutôt riche. Parmi elle, vit une vieille dame qui soliloque avec son chat. Elle tente d'interpréter le quotidien de ses voisins par ce qu'ils donnent à voir depuis l'angle de vue de sa fenêtre. Petit à petit, Betty va apprivoiser Félicité, la vieille dame, veuve de guerre. Très rapidement, à la demande de la famille, Félicité sera internée en maison de retraite.

"Incroyable, ce que l'absence d'une personne qui ne vous est rien peut, soudain, bouleverser l'équilibre de votre vie. Comme la façade des immeubles et les arbres, que nous remarquons à peine en traversant la rue, les visages familiers sont des repères sans lesquels le cerveau se trouve désorienté et opère des vrilles sur lui-même." Betty lui rendra visite, lui fera la lecture.

La plume de Fatou Diome enchante le quotidien, dans son caractère inassouvi: inassouvies nos attentes, inassouvies nos rencontres, inassouvi notre désir de communion avec autrui...

" Nous sommes là, comme des petits poissons jetés dans la nacelle du monde."

Toutes les anecdotes du voisinage de Betty résonnent en nous. On accompagne les pérégrinations de l'esprit de Betty sur des sujets tels que la vieillesse, la mort, l'amour, l'attente... la vie en somme.

"La facilité des échanges est une illusion de notre époque. En multipliant les moyens de communication, la société moderne a rehaussé, proportionnellement, ses barrières."

Des barques se croisent sur l'océan de la vie, je remercie vivement Clara et Sabeli d'avoir mis celle-ci sur mon chemin. Je n'écouterai plus jamais Djelimoussa Cissoko et la Kora sans penser à ce magnifique roman.

Analyser la violence de certains courants de la vie avec Fatou Diome est un formidable voyage poétique. "Tant qu'on respire, chaque jour mérite d'être joliment habillé". Vivre est un condiment étrange, indispensable à toutes les sauces, mais qui ne révèle sa saveur qu'au contact d'autres épices.


Commentaires

Merci ma Belle. Grâce à toi j'ai replongé dans l'histoire de Betty. C'est toujours aussi beau, poignant, poétique et bouleversant. Et si tu éprouves l'envie de découvrir l'univers de la Petite, "Impossible de grandir" t'attend. Et celui là il est tout simplement son plus beau roman, son plus émouvant. Un signe et je partage...

Écrit par : sabine | jeudi, 06 juin 2013

Je sais d'avance que je vais aimer ce livre. Il me rappelle Astrid et Véronica. Je note aussi la suggestion de Sabine. Des livres plein d'humanité.. Ça fait du bien! :)

Écrit par : Milly | vendredi, 07 juin 2013

J'avais bien aimé son Prix Goncourt. Une auteure qu'il faudrait que je lise plus souvent.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | vendredi, 07 juin 2013

Très beau billet et plutôt convaincant ;) Je n'ai pas encore lu cette auteure mais en entend beaucoup de bien!

Écrit par : Laeti | vendredi, 07 juin 2013

Intrigant ça... Le principe m'intéresse.

Écrit par : Karine:) | vendredi, 07 juin 2013

Vive les boutons d'or et les livres ;-)

Écrit par : Mingingi | jeudi, 13 juin 2013

Mirontaine, ton billet est juste splendide. Sabeli m'a aussi glissé entre les pattes un roman de cette auteure. Celui là je le note aussi, il m'a l'air de toute beauté à en juger par ton avis et tes extraits...

Écrit par : lucie | mardi, 18 juin 2013

je crois que je n'ai jamais lu cet auteur. Pourquoi pas?

Écrit par : Violette | mercredi, 26 juin 2013

Les commentaires sont fermés.