Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 août 2013

Le Don du passeur de Belinda Cannone.

Littérature 001.JPG

Belinda Cannone rend hommage à l’homme qui a râté sa vie, l’homme déraciné de la Sicile à la Tunisie, en passant par Marseille, ce père inadapté à la société. La seule chose réussie est l’ éducation de ses enfants auxquels il apprend à voir les choses et les nommer.

Ce sont les carnets intimes réunis à la mort de son père qui inspireront cette ode à la filiation tout en pudeur,au moment même où Belinda Cannone perd une malle de textes intimes.

Formidable support d’écriture pour rendre hommage à « cette fleur sauvage poussée sur le terreau de l’humanisme » dans « cette chute radicale du désir de vivre et cette utilisation du corps pour signifier ».Un homme de feu qui tombe dans la négativité pure, plus proche d’un héros de roman que d’une personne réelle. Un beau roman, tendre, sur la transmission, loin d’une simple biographie, elle souligne avec simplicité la puissance du faible proche de L’Idiot de Dostoïewski tout au long des treize chapitres. Ce père qui lui donne l’impulsion d’écrire, pour maîtriser et demeurer en équilibre. 

Je remercie Caroline et Clémence chez Dialogues Croisés pour ce très bon moment de lecture. 

 

 

dialogues croisés.png

 

AIrR-EVdeXcYkiv6uOI_gqFsFY8@150x150.png


Commentaires

Je viens moi aussi de publier mon billet sur ce texte.
Je l'ai trouvé assez froid et il est certain qu'on ne risque pas de reprocher à l'auteure d'avoir abusé du pathos.

Écrit par : Cynthia | jeudi, 29 août 2013

Une auteure que je ne connais pas. Ce titre ne m'attire pas particulièrement mais peut-être as-tu d'autres romans d'elle à me conseiller?

Écrit par : Gwenaëlle | jeudi, 29 août 2013

Non c'est le premier texte que lis mais son écriture est proche de l'essai...

Écrit par : Mirontaine | mardi, 17 septembre 2013

Non, je ne suis pas tentée, malgré tout.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | dimanche, 01 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.