Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 septembre 2013

Kinderzimmer de Valentine Goby.

septembre 2013 020.JPG

"Mille ans la chaise roulante et grinçante, mille ans la vaisselle aux motifs de fleurs, mille ans les voilages  au crochet offerts par la tante de Mantes. Et identique le travail d'humain, de part et d'autre de la ligne de fracture, tous espaces et tous temps réunis: ne pas mourir avant la mort. Vivre, dit-on."

"[...] elle lui dira que, par exemple, elle n'a pas oublié que le chien n'a pas mordu, que sa vie a tenu à cela, la vie tient à si peu de chose, à un pari.La vie est une croyance."

"Là où il n'y avait qu'ignorance. Il faudra écrire des romans pour revenir en arrière, avant les événements, au début de tout."

...il faudra écrire et elle l'a écrit.

Je retrouve Valentine Goby, que j'aime particulièrement pour ses publications chez Autrement jeunesse, ses albums qui ne cessent de me rappeler chacun des enfants que j'accompagne, dans mon travail au quotidien.

Kinderzimmer évoque le quotidien d'une jeune femme déportée au camp de Ravensbrück, hiver 1944. Elle avance dans le froid, parmi les coeurs battants, ceux de ses soeurs de misère, "toutes haleines mêlées, épaule contre épaule, formant rempart autour de Mila", les vivantes mais aussi les ombres des disparues dans le Krematorium. Elles survivent avec cet espoir fou dans la Kinderzimmer, la salle dévolue aux nourrissons, seule lueur dans les ténèbres. Dans cette matrice de femmes enchevêtrées sur les paillasses du camp de concentration, l'histoire s'écrit au présent, le temps de l'ignorance, celui qui permet aux idées folles de subsister et à l'espérance de triompher. Très beau roman qui aborde le sujet de la vie qui perdure malgré la mort. La beauté de ce roman réside, à mon sens, dans toute la virtuosité à décrire ce sentiment perpétuel de vie parmi les cadavres, l'odeur de putréfaction et la morbidité qui règnent autour de la Kinderzimmer. La construction du roman souligne la nécessité permanente du devoir de mémoire. Exercice brillamment réussi sous la plume de Valentine Goby.

Je remercie Argalit.

 

676178931.png



Commentaires

Très bel article, passionnant à lire, qui ajoute à mon envie de plonger dans ce roman dès lors que ma bibliothèque aura la bonté de l'acquérir ^^

Écrit par : Lili | lundi, 23 septembre 2013

Ton billet est superbe et rend hommage à ce livre !

Écrit par : clara | lundi, 23 septembre 2013

Pas joyeux comme sujet ! Mais je comprends que tu aies pu trouver ce roman magnifique, la thématique qu'il aborde est tellement forte.

Écrit par : jerome | lundi, 23 septembre 2013

Je suis contente qu'il t'ait plu. Joli billet.

Écrit par : argali | lundi, 23 septembre 2013

ça me donne très envie !

Écrit par : eulimene | lundi, 23 septembre 2013

je t'avoue que le thème me fait un peu peur, mais j'ai très envie de le lire malgré tout, et tu confirmes cette envie!!

Écrit par : choupynette | lundi, 23 septembre 2013

Je le note...très joli billet...

Écrit par : Caudron | mardi, 24 septembre 2013

Tu as déjà allumé les bougies d'hiver....

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | mardi, 24 septembre 2013

On le voit fleurir partout et les critiques sont souvent positives !

Écrit par : Cristie | mercredi, 25 septembre 2013

Ca semble terriblement sombre... mais si tu dis que l'espérance3 triomphe... pourquoi pas!

Écrit par : Karine:) | lundi, 07 octobre 2013

Je te lis en diagonale car je dois écrire mon billet ;)

Écrit par : Stephie | jeudi, 10 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.