Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 18 octobre 2013

Les poissons ne ferment pas les yeux d'Erri De Luca.

DSC_0365.JPG

"J'avais la petite chambre où je dormais sous les châteaux de livres de mon père. Ils s'élevaient du sol au plafond, c'étaient les tours, les cavaliers et les pions d'un échiquier placé à la verticale. La nuit, des poussières de papier entraient dans mes rêves."

Le jeune garçon a dix ans. Il passe trois mois, chaque été, sur un petite île italienne. Cet été là, le rempart des livres s'est écroulé et il a commencé à pleurer. Il apprend la douleur de la vie. Cette sensibilité qui le rend tout à coup coupable face au monde. Il découvre l'amour, cette énergie qui a besoin d'autrui, sentiment étrange pour ce jeune solitaire qui se suffit à lui même.

C'est un très beau récit autobiographique sur la naissance du sentiment amoureux, la perception du corps mais aussi une jolie parabole de la justice. Erri De Luca nous conte l'opposition de l'enfant face au monde des adultes.

Sur l'île, la vie est sauvage, sans heures, l'hygiène simplifiée, la chevelure  est un  buisson indiscipliné. L'île étouffante devient le lieu de la liberté.

Livre gracieux qui ramène à l'enfance et invite une deuxième fois le passé. Erri de Luca convoque les absents, plante autour de lui les personnes d'une deuxième rencontre. Ce retour sur un événement du passé donne une allure plus vive et plus essentielle de la vie.

C'est un récit des sensations; les sensations qui à leur tour deviennent les formats propices aux apprentissages.

Sur l'île, on apprend en observant le métier noble des pêcheurs. La mer n'enseigne rien, elle fait à sa façon.

Roman publié chez Gallimard, traduit par Danièle Valin.

Merci à l'équipe de Libfly, livre lu pour le prix Jean Monnet 2013, Salon des littératures européennes de Cognac.

Commentaires

Ça fait bien envie. Ton avis retranscrit une ambiance vraiment chouette ^^

Écrit par : Lelf | vendredi, 18 octobre 2013

J'ai adoré ce petit roman. De Luca ne m'embarque pas toujours dans son univers, surtout lorsqu'il se fait mystique mais là, j'ai trouvé ce récit d'une remarquable finesse.

Écrit par : jerome | vendredi, 18 octobre 2013

Il ne me reste plus que quelques pages. J'ai beaucoup aimé également. J'avais lu un autre de ces romans qui m'avait laissée un peu de marbre. Me voilà réconciliée avec l'auteur!

Écrit par : **Fleur** | vendredi, 18 octobre 2013

Un roman que j'ai bien aimé, sans plus.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | dimanche, 20 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.