Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 novembre 2013

Sanderling d'Anne Delaflotte Mehdevi.

DSC_0378.JPG

Je garde en mémoire un excellent souvenir du premier roman d'Anne Delaflotte Mehdevi Fugue.

Je me réjouissais pour cette rentrée littéraire 2013 de retrouver cette plume si singulière et cette faculté à créer des univers qui vous emportent loin du quotidien.

C'est au Groenland, dans les étendues du Grand Nord que l'auteur nous emmène. On suit les pas de Landry. Il est paysan et s'attarde dans cette immensité blanche et naturelle parce que sur ses terres, personne ne l'attend. Le portrait de cet homme solitaire le rend très attachant.

Lorsqu'il évoque la société occidentale, il la compare à un siphon, un siphon qui a aspiré et aspire, à coups d'argent, de germes, d'alcool, de technologie, d'humanisme-alibi, tout ce qui a vocation à être aspiré, c'est-à-dire tout.

L'espèce humaine prend des risques, qu'elle paie, collectivement, ou paiera. Lorsque Landry retrouve ses terres, un nuages de cendres s'épaissit dans le ciel. A la manière de Lee Seung-U dans Ici comme ailleurs, dans  l'enlisement ,il faut tout désapprendre de soi et des autres. Kafka et Camus s'invitent sous la plume d'Anne Delaflotte Mehdevi.

Un très bon roman sur le monde rural, sur la solidarité de l'homme face à la nature qui n'est pas sans rappeler le roman de Giono Batailles dans la montagne.

Un petit passage pour savourer l'univers chaleureux de ce roman malgré la catastrophe naturelle...

" La feue boîte de galettes bretonnes qui renferme maintenant les petits pavés de sucre tient la place d'honneur, au centre de la table. La boîte s'ouvre et se ferme maintes fois, du petit matin à l'heure du coucher, pour rabonnir un café, faire le petit canard dans la gnôle. Sa belle-fille prend des sucrettes, ersatz de sucre. Lucette fait mine d'être outrée de ces simagrées, mais profondément elle s'en moque, de cela et de beaucoup d'autres choses. Il y a longtemps que le sucre ne peut plus lui faire mal aux dents, elle porte un dentier. Pourvu qu'il y ait du sucre dans le sucrier et de l'électricité pour faire fonctionner son système de surveillance vidéo des étables, tout va bien."

L'environnement est un sujet à la mode, le considérer sérieusement une très vague option. Laissez vous emporter tel l'oiseau migrateur, le sanderling, au coeur de l'émerveillement que procure ce très beau roman.

Ringrazio mio fratello.


Commentaires

vivement qu'il soit à la biblio !

Écrit par : clara | lundi, 04 novembre 2013

Comme toi, j'avais bien aimé le précédent roman de l'auteure.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | lundi, 04 novembre 2013

Je ne connaissais pas du tout mais j'avoue que tu me tentes carrément !

Écrit par : jerome | mardi, 05 novembre 2013

Comme Clara ! :D

Écrit par : Leiloona | mercredi, 13 novembre 2013

Les commentaires sont fermés.