Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 janvier 2014

Frida Kahlo La beauté terrible de Gérard de Cortanze.

DSC_0013 (2).JPG

Une autre biographie de Frida Kahlo, que dire de plus, qu'a-t-on encore à apprendre de cette grande artiste? Gérard de Cortanze raconte son histoire avec la somme des recherches documentaires, citant deci delà les publications de JMG Le Clézio,  Hayden Herrera, Carlos Fuentes, Salomon Grimberg... 

Cette biographie se lit comme un roman et on comprend davantage encore la corrélation entre la passion amoureuse qui unit Frida Kahlo à Diego Rivera et la création artistique qui en émane. Cependant, je n'ai pas beaucoup apprécié la narration. Le parti pris de Bernadette Costa Prades, en utilisant le tutoiement à son adresse, me séduit davantage.

Néanmoins, je retiens ce beau passage pour évoquer la mémoire de l'artiste:

"La peinture de Frida Kahlo, c'est un peu comme la biographie d'une âme qui nous serait offerte. Avec une totale impudeur, une artiste se dévoile, se met parfois en colère, exhibe son désarroi. Ecorchée vive, fragile, Frida Kahlo  est une singulière étoile filante qui comprend à mesure qu'elle peint que son art ne la protège pas mais la met à nu. Lentement, la peinture se retourne contre elle qui étale à la face du monde son corps mutilé. L'art décidément ne guérit jamais de rien. Tout juste pose-t-il des questions et entretient-il des blessures peut-être nécessaires. Mais il serait faux de ne voir en Frida Kahlo qu'un être à jamais blessé qui n'a peint que de "l'espoir sans espoir", de "la mort qui pense dans la tête". A la regarder de près, on est frappé par l'amour démesuré qu'elle inspire, sa joie de vivre, sa lumière affichée "comme un  paon qui fait la roue".

 

tumblr_l8wwnuSLPk1qcnu6qo1_500.jpg

Je vous invite à suivre Des ailes de mouette noire/ Portrait en miroir de Laure Egoroff sur France culture.

Commentaires

Je l'ai dévorée il y a peu

Écrit par : Stephie | jeudi, 09 janvier 2014

Oui, il me semble que c'est chez toi que je l'ai vu en premier.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 09 janvier 2014

Je n'ai pas pu aller voir l'expo, mais je pense que je lirai cette biographie !

Écrit par : L'Irrégulière | jeudi, 09 janvier 2014

Je n'ai pas encore pu me rendre à l'expo, peut-être ce week-end mais sans certitude.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 09 janvier 2014

Notre ressenti est donc assez différent. J'ai beaucoup aimé la version de Costa Prades pour les mêmes raisons que toi, mais je la trouve bien trop brève à mon goût. Les deux sont vraiment complémentaires quand on décide de ne pas s'attaquer tout de suite à celle d'Herrera...

Écrit par : Moka | jeudi, 09 janvier 2014

Oui, voilà c'est un bon début même si chronologiquement l'auteur pioche dans toutes les publications. A mon sens, si je devais en retenir qu'une ce serait probablement celle d'Herrera mais tu as raison de souligner leur légitimité comme premiers pas pour découvrir la vie de l'artiste.

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 09 janvier 2014

Très envie de le lire !

Écrit par : Cristie | jeudi, 09 janvier 2014

Entre Moka et moi, tu es cernée!;)

Écrit par : Mirontaine | jeudi, 09 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.